Vers une interdiction ?

La député Laurence Vanceunebrock a déposé une proposition de loi ayant pour but d’interdire les pratiques notamment religieuses qui prétendent modifier l’orientation sexuelle ou le genre d’une personne. Le but de cette loi est la protection des victimes de ces thérapies.

La parlementaire s’est saisie du sujet en 2017 et a pu constater que le phénomène était bien présent dans l’hexagone. Elle a constaté la part importante des mouvements religieux dans ces thérapies mais aussi des thérapies pseudomédicales. Pour l’instant la loi n’est pas encore inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale mais la députée se montre optimiste quant à l’accélération de la procédure.

(Source : France Info, 03.06.2020)

Parole à un ancien président de la Miviludes

Début avril 2020, Georges Fenech magistrat et ancien président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) devait publier son livre Gare aux gourous. En raison de l’épidémie de Covid-19 la sortie de l’ouvrage est reportée au mois de septembre. Cependant dans une interview pour le quotidien Sud Ouest Georges Fenech est revenu sur le phénomène sectaire et en particulier son entrisme dans le secteur de la santé. Lire la suite

Précisions sur l’avenir de la Miviludes

Dans une réponse publiée au journal officiel du Sénat le 12 mars 20201, le ministère de l’Intérieur a apporté des éclaircissements sur la continuité du travail de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) depuis son rattachement au Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR). Lire la suite

La Miviludes fait part de ses inquiétudes

Par voie de presse, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a fait part de ses inquiétudes liées à la recrudescence des « discours dangereux » entourant l’actuelle crise sanitaire planétaire liée à l’épidémie de coronavirus. Lire la suite

Questionnement autour des archives de la mission

Un article de Marianne du 13 décembre 2019 a créé la stupeur en annonçant notamment que les archives, datant de plus de 20 ans, de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires(MIVILUDES) pourraient être détruites à la suite de son rattachement au ministère de l’Intérieur. Lire la suite

Rattachement de la Miviludes au CIPRD

Depuis le 1er janvier 2020, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) est passée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur au sein du secrétariat général du Comité interministériel de prévention de la  délinquance et de la radicalisation (SG – CIPDR). Si rien n’est encore acté concernant son organisation, les réactions sont nombreuses depuis l’annonce de ce rattachement. Lire la suite

Conférence de presse

Le 10 octobre 2019, s’est tenu en présence de parlementaires, d’acteurs du milieu associatif, de personnels de santé et d’ex-adeptes, une conférence de presse de soutien à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Pour rappel, le gouvernement a annoncé le mois dernier le rattachement de la Miviludes au ministère de l’Intérieur.1 Lire la suite

Clap de fin ?

Sans président depuis un an, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) va disparaître ou plus précisément subir une restructuration. Rattachée jusqu’alors aux services du Premier ministre, elle devrait dès janvier 2020 intégrer ceux du ministère de l’Intérieur, et plus exactement celui du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR). Cette annonce a été vécue comme un coup de tonnerre par la majorité des acteurs de la prévention du phénomène sectaire qui craignent que ce sujet ne soit plus une priorité pour le gouvernement. Lire la suite