Les dérives sectaires n’épargnent pas la Dordogne  

Dominique Poumeyrol, président de l’antenne de l’Association de Défense des Familles et de l’Individu Victimes de sectes (Adfi) de Dordogne, ne désarme pas. Lui qui s’investit depuis longtemps auprès des victimes de dérives sectaires, traite chaque année une dizaine de dossiers.

Tout le monde peut être confronté à une secte explique Dominique Poumeyrol. La recherche du bien-être ou de solutions pour se soigner, la volonté de s’investir dans une cause, sont autant de raisons d’entrer dans une secte.

Depuis le début de la pandémie, il constate une évolution des demandes et s’inquiète quant aux dérives concernant le domaine de la santé. Il y a quelques années déjà, il avait aidé les victimes d’un thérapeute qui a finalement été condamné en 2020 à 18 mois de prison pour abus de faiblesse1.

Aujourd’hui c’est une entreprise née en Dordogne, mais dont le rayonnement est national, qui inquiète Dominique Poumeyrol. Science of Eden, dont l’une des dirigeantes était kinésithérapeute, diffuse les théories du russe Grigori Grabovoï, inventeur du PRK-1U, un appareil censé ressusciter les morts. Grigori Grabovoï a été condamné dans son pays pour avoir fait croire à des mères, dont les enfants étaient morts dans la tuerie survenue à Beslan en 2004, qu’il allait pouvoir les faire revenir à la vie. En dépit de sa condamnation il attire des adeptes du monde entier. En France, Science of Eden aurait une centaine de personnes à son service. Pour vendre l’appareil de Grabovoï, ces dernières organisent des conférences dont l’entrée coûte 100 euros. Le PRK-1U est vendu 10 000 euros. Pour ceux qui ne peuvent pas investir de telles sommes, l’entreprise propose d’autres produits : séminaires, vidéos et surtout des séries de chiffres à réciter pour guérir de diverses pathologies.

Dominique Poumeyrol s’inquiète aussi de la présence d’un groupe templier qui prétend vouloir « se battre pour la chrétienté » et d’une église évangélique dont plusieurs membres auraient été abusés sexuellement. L’une des victimes reçues par Dominique Poumeyrol n’a pas voulu porter plainte. 

(Source : Sud-Ouest, 22.02.2022)

  1. Lire sur le site de l’Unadfi : Condamnation du thérapeute énergéticien : https://www.unadfi.org/actualites/groupes-et-mouvances/condamnation-du-therapeute-energeticien/

Parole à l’Adfi Alsace

Rue89 Strasbourg a consacré un article à l’Adfi Alsace donnant la parole à sa présidente ainsi qu’à sa trésorière. Elles ont présenté le travail de leur association et fait part de leurs inquiétudes sur l’avenir de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Lire la suite

À écouter

Le 13 octobre 2019, Christiane, présidente de l’Adfi Alsace et Irène, ancienne présidente et bénévole de longue date à l’Adfi, ont été reçues par Thierry Bardin dans l’émission de radio Paroles d’Assocs diffusée sur Fréquence Verte. Lire la suite

Sofi-Adfi 94, tenir bon malgré les difficultés

Alors que le gouvernement se prépare à dissoudre la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) pour l’intégrer le Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR), les associations d’aide aux victimes avec lesquelles la Mission travaille depuis de nombreuses années s’inquiètent, à l’image de Sofi-Adfi 94. Lire la suite

Rencontre avec le président de l’Adfi Bretagne-Sud

Dans un entretien paru début juillet dans le journal Le Télégramme, André Houel, le président de l’Adfi Bretagne-Sud explique comment identifier un « mouvement présentant des risques de dérives sectaires ». Il précise que ces mouvements ne sont pas forcément basés sur des croyances religieuses, on peut par exemple les trouver dans le champ des pseudo-thérapies. Lire la suite