Un constat alarmant

Près de la moitié des signalements de dérive sectaire que reçoit la Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (MIVILUDES) relèvent du domaine de la santé, et la tendance ne fait que s’amplifier selon son président, Serge Blisko. Elle recense plus de 300 pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique, 1 800 centres de formation dans le domaine de la santé susceptibles de présenter un risque de dérive sectaire, 4 000 psychothérapeutes autoproclamés sans formation et non inscrits sur un registre professionnel. Il est impossible, aujourd’hui, d’évaluer le nombre de pseudo-thérapeutes en France. L’ordre des médecins signale également que près de 3 000 médecins sont en lien avec la mouvance sectaire.

Lire la suite

Faux souvenirs induits

La justice rencontre des difficultés face aux cas de faux souvenirs induits. Sur les dizaines de cas recensés, peu vont devant les tribunaux. Seul Benoit Yang Ting, « humanothérapeute » a été condamné en appel à un an de prison avec sursis et 50 000 euros d’amende pour abus de faiblesse après avoir suscité de faux souvenirs de traumatisme chez deux victimes1.

Lire la suite

Une pseudo-thérapeute cible les riches héritières

En Grande-Bretagne, Victoria Cayzer a coupé les liens avec sa famille durant quatre ans sous l’influence d’un guérisseur, thérapeute ou coach en développement personnel, Anne Craig. Cette pseudo-thérapeute lui a induit de faux souvenirs, la persuadant que ses parents avaient sexuellement abusé d’elle durant sa petite enfance.

Lire la suite

Quatre ans ferme pour le psychanalyste jungien d’Ugines

Le Tribunal correctionnel d’Albertville (Savoie) a condamné Jacques Masset, psychanalyste autoproclamé, à cinq ans de prison dont une année avec sursis pour abus de faiblesse. Il a été jugé pour avoir prescrit à ses « patients » des rapports sexuels multiples, violents et dégradants. Il lui est également reproché de leur avoir soutiré d’importantes sommes d’argent. Sur les 91 victimes identifiées, dix-neuf se sont portées parties civiles. En effet, deux victimes se sont ajoutées, durant le procès, aux dix-sept déjà enregistrées.

Lire la suite

L’« antipsychiatrie » et la psychothérapie institutionnelle

La psychothérapie institutionnelle se comprend au regard de l’état de la psychiatrie au milieu du XXe siècle. En Europe et aux états-Unis, un certain nombre de psychiatres et philosophes vont en effet remettre en question la façon de traiter la folie en institution, en particulier son extrême médicalisation et les formes de stigmatisations sociales de la folie ; on a ainsi pu parler de mouvements « antipsychiatriques ».

En Italie, Franco Basaglia, psychiatre à Trieste influencé par les philosophes Heidegger, Sartre ou Foucault, marqué par les prises de position du psychiatre hongrois Thomas Szasz, et promoteur de la psichiatria democratica, s’opposera aux logiques asilaires de son pays jusqu’à promouvoir la « loi 180 » de 1978 qui abolit désormais en Italie toute institution asilaire (la loi n’est totalement appliquée que depuis 1994).
 

Lire la suite

Claude David, la dérive d’un psy

En septembre 2015, la Cour d’appel de Toulouse a confirmé la condamnation à deux ans de prison de Claude David, le fondateur de la communauté des Gens de Bernard, pour abus de faiblesse sur cinq victimes, dont des mineurs. Il semble intéressant de revenir sur le parcours de ce psychanalyste, exerçant depuis 40 ans dans diverses structures, et en délicatesse avec la justice depuis plus de quinze ans.

Lire la suite