Quand le « courant guérisseur » est préféré à la consultation médicale

Le Cercle des Amis de Bruno Gröning (CABG) affirme ne pas déconseiller le recours à la médecine et aux traitements « classiques ». Cependant les témoignages de réussite mettent souvent l’accent sur l’inefficacité du recours aux médicaments, ce qui peut faire naître le doute chez les adeptes.
Avec l’accord du Cercle Laïc pour la Prévention du Sectarisme (CLPS) qui l’a publié en ligne, nous proposons ici de larges extraits d’un témoignage qui illustre cette attitude ambiguë et aurait pu très mal se terminer. Bien que conscients du danger, pour certains, les participants se sont sentis incapables de s’opposer à la responsable du groupe.

« J’ai fait partie d’une communauté du Cercle des Amis de Bruno Gröning pendant un peu plus d’une année. J’ai adhéré spontanément. En effet, j’étais seule, en mauvaise santé et déprimée. Et surtout j’avais d’atroces migraines dont je ne pouvais me faire quitte, même après avoir consulté généralistes et spécialistes. En un premier temps, j’ai aimé ces réunions qui nous rassemblaient toutes les trois semaines. En plus de l’espoir de guérir, j’y avais trouvé le lien social dont j’avais besoin.
Un jour – le 15 novembre 2012 -, il s’est passé un incident à notre soirée de communauté, qui me pousse à témoigner. Nous étions huit en tout, les membres habituels auxquels s’ajoutait notre guide de communauté et responsable nationale. (…)

Lire la suite en pdf 

Que sait-on de ? Le Cercle des Amis de Bruno Gröning

Historique

Un homme « inspiré » dans une époque troublée

Bruno Gröning est né le 30 mai 1906 à Dantzig, quatrième de sept enfants. Dès son plus jeune âge il semble exercer un ascendant sur son entourage : il n’a qu’à toucher son père ivre pour que celui-ci se calme, il réussit à guérir divers animaux. Il se marie, a deux fils qui mourront tous deux à l’âge de neuf ans, l’un d’une pleurésie l’autre d’une tuberculose osseuse. Il exerce divers métiers avant d’être mobilisé en 1943 ; fait prisonnier, il rentre en Allemagne de l’Ouest en 1945. Il exerce ses dons de guérisseur sur quelques personnes de son entourage et commence à être sollicité. Il se sépare de sa femme, peu favorable à cette activité.

En 1949, il est de plus en plus connu. Portée par les « guérisons miraculeuses » qu’il aurait provoquées, sa réputation ne cesse de grandir. En Bavière, la foule se masse devant le balcon de l’hôtel où il réside et salue son apparition avec des cris de joie: « Vous n’avez pas besoin de me décrire vos maux, dit-il. Je les vois mieux que vous. Je sais tout de vous. »

« Que ceux qui sont malades lèvent la main ! » demande-t-il, et après une profonde méditation, « Que ceux qui sont guéris lèvent la main ! » : des centaines de mains se lèvent à nouveau, la foule scande « Gröning nous te remercions ! Parfois il lance des boulettes de papier d’argent qui contiennent sa « force rayonnante »… La presse qui relate ces événements voit ses tirages augmenter. (…)

Lire la suite en pdf 

Enquête sur les Témoins de Jéhovah

L’émission de télévision belge Reporters a consacré l’un de ses numéros aux Témoins de Jéhovah. Le reportage a été diffusé le 11 janvier 2019 sur RTL TVI.

Des journalistes ont infiltré le mouvement afin de le comprendre et d’appréhender le quotidien des adeptes. À l’aide d’une caméra cachée, ils ont pu comprendre la doctrine et l’enseignement jéhoviste en suivant des cours bibliques à la maison, en assistant à des réunions et en se rendant à un grand rassemblement annuel de trois jours qui réunit plusieurs milliers de Témoins.

L’organisation compterait 25 500 membres en Belgique.

L’émission donne la parole à d’anciens adeptes comme Alexandre Cauchois1 qui retrace son parcours au sein de l’organisation. Il rappelle le nombre important de personnes déprimées parmi les Témoins de Jéhovah, malgré qu’ils affirment être un peuple heureux. Des spécialistes tels que Johan Detraux, ancien Témoin de Jéhovah devenu psychologue spécialiste du phénomène sectaire, ou encore André Frédéric, parlementaire et président de l’association belge d’aide aux victimes de sectes AVISO,abordent aussi la problématique des Témoins de Jéhovah.

Le programme insiste sur les règles de l’excommunication qui coupent les ex-membres de leurs familles et de leurs proches2.

 (Source : RTL Info, 11.01.2019 & sectairebe.wordpress.com, 11.01.2019)

1. Alexandre Cauchois est l’auteur de plusieurs livres sur les Témoins de Jéhovah dont : Témoins de Jéhovah – paradis pour pédophiles: https://www.unadfi.org/bibliographie/temoins-de-jehovah-paradis-pour-pedophiles/

2. Lire sur le site de l’UNADFI, Dossier : Témoins de Jéhovah – L’excommunication, une atteinte aux Droits de l’homme : https://www.unadfi.org/groupes-et-mouvances/%E2%80%8Bdossier-temoins-de-jehovah-l-excommunication-une-atteinte-aux-droits-de-l-homme-2/

Une association pour réinsérer les victimes de cultes

Invitée du talkshow américain Dr Phil, Tonia Tewell, directrice et fondatrice de l’association Holding Out Help, a présenté l’action qu’elle mène auprès des victimes de groupes polygames, en particulier la FLDS. Elle et son mari, famille d’accueil, ont décidé de lancer l’association après avoir reçu chez eux six personnes dont le dénuement à la sortie d’un groupe polygame était total. L’association s’est donnée pour mission de « fournir aux personnes issues d’une culture polygame les ressources nécessaires pour passer de l’isolement à l’indépendance ». A leur arrivée à l’association, les ex-adeptes se voient offrir le gîte et le couvert. Une fois ces besoins essentiels satisfaits, l’association leur apporte une aide à la réinsertion scolaire et professionnelle.

Lire la suite

La Scientologie doit payer

Au terme d’une enquête, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) a conclu que les employés de la Scientologie ont été sous-payés. La Commission réclame environ un million de dollars pour la soixantaine de travailleurs victimes de l’organisation.

Lire la suite

Joao de Deus impliqué dans un grand scandale d’abus sexuels

Sous le coup d’un mandat d’arrêt, le célèbre guérisseur brésilien Joao de Deus ( Jean de Dieu ), s’est rendu à la police brésilienne. Les accusations d’abus sexuels portées contre lui le placent au centre d’un gigantesque scandale touchant près de 600 femmes âgées de 9 à 67 ans. Ces centaines de plaintes sont en train de faire passer l’icône du miracle en escroc fraudeur et violeur s’étant servi de sa renommée internationale pour exploiter sexuellement ces femmes venues chercher de l’aide.

Lire la suite