Des anti-IVG chez les complotistes  

Alors que l’IVG est fortement menacée aux Etats-Unis, une certaine frange de la sphère complotiste française adopte un discours ouvertement anti-IVG fondée sur une idéologie traditionnaliste des valeurs familiales. La fronde anti-IVG semble être un point commun pour de nombreux complotistes.

Lire la suite

Quand France 2 manque de diffuser des propos charlatanesques

France 2 allait diffuser le 4 mai un numéro de « Ça commence aujourd’hui » avec pour thème l’endométriose. La chaîne a dû déprogrammer l’émission, des propos tenus sur le plateau par Natacha Calestrémé, écrivaine, spécialiste en bien-être et autrice du livre Les Clés de votre énergie, ayant fait polémique.

Lire la suite

Maternité et soumission des femmes dans un mouvement chrétien fondamentaliste

Le mouvement Quiverfull qui prône une lecture littérale de la Bible repose sur deux fondements idéologiques : la soumission totale des femmes à leur mari et le refus de toute planification des naissances.

Ce courant chrétien évangélique fondamentaliste né dans les années 1980 aux Etats-Unis revendique un retour à des rôles genrés très stricts. Les enfants étant considérés comme un « don de Dieu », les familles sont nombreuses, parfois de douze enfants ou plus. L’école à la maison fait aussi partie des principes d’éducation du mouvement, avec une défiance envers les « écoles du gouvernement ».

La soumission des femmes se fonde sur une lecture littérale de certains versets de la Bible et sur l’idée que la relation entre le mari est la femme est semblable à celle entre Dieu et son Eglise. Dans ces communautés extrêmes, la femme n’a ni le droit de conduire ni celui de voter.

Le mouvement a par ailleurs fait l’objet de plusieurs alertes pour des violences sexuelles et conjugales. En 2015, un rapport de police rendu public a révélé qu’un des fils de la famille Duggar, âgé de 15 ans au moment des faits, avait agressé plusieurs jeunes filles dont ses sœurs. Il a été arrêté en 2021, avec détention d’images pédopornographiques.

Outre les violences conjugales, les punitions corporelles envers les enfants font aussi scandale. Dans plusieurs affaires, des parents appliquaient les méthodes de Michael et Debi Pearl, connus pour leur ouvrage « To train up a child » préconisant des châtiments jugés appropriés à l’éducation des enfants.

Des personnes ayant quitté le mouvement soulignent ces dérives. « J’ai été endoctrinée à voir le monde entier à travers un filtre religieux […] Les seules choses que j’ai apprises à la maison tournaient autour du rôle que l’on m’a assigné en tant que fille et future épouse », déclare Cynthia Jeub, ancienne membre de la communauté.

Kathryn Joyce, journaliste et auteur de Quiverfull : inside the patriarchy movement, note que des communautés d’anciens Quiverfull se créent en ligne pour aider à quitter le mouvement, s’entraider et gérer les post-traumatismes.   (Source : Slate.fr, 19.11.2021)

 

 

 

 

Exploitées au sein de l’Opus Dei

Plus d’une quarantaine de femmes ont déposé plainte auprès du Vatican contre l’Opus Deï pour exploitation par le travail, abus de pouvoir et de conscience. Elles auraient été exploitées par l’organisation en Argentine et au Paraguay, alors qu’elles étaient mineures.

Dans leurs témoignages, ces femmes affirment avoir été contraintes de travailler pendant 12 heures par jour sans pauses sauf pour manger et prier. Elles devaient effectuer des tâches domestiques difficiles sans recevoir de salaires. Elles n’étaient pas inscrites au système de sécurité sociale. Certaines gardent aujourd’hui des séquelles physiques de ces longues journées éreintantes.  Elles n’ont jamais osé protester et se persuadaient qu’elles devaient faire ça car elles avaient une dette envers Dieu. Ces femmes ont été pour la plupart recrutées par le groupe et séparées de leurs familles alors qu’elles avaient entre 12 et 16 ans.  Elles estiment avoir été victimes d’emprise durant des années : coercition et menace spirituelle pour les pousser au travail ainsi qu’un contrôle constant de leurs relations avec le monde extérieur. Au bout d’un certain temps la plupart d’entre elles ont demandé à partir car les exigences physiques et psychologiques devenaient intenables. Elles se sont alors retrouvées sans argent et avec un fort besoin d’aide psychologique.

L’avocat des plaignantes soutient que c’est le reflet d’une politique interne institutionnalisée de l’Opus Dei car des problèmes similaires ont été recensés en Afrique, en Espagne ou au Mexique. Les plaignantes souhaitent obtenir des excuses publiques, une reconnaissance des abus subis, une réparation financière et une juste condamnation des responsables. Leur plainte déposée au Vatican vise en effet de nombreux dirigeants de l’Opus Dei pour leur participation aux sévices ou leur connaissance des traitements infligés. En l’absence de réponse du Vatican les plaignantes pourraient engager des poursuites pénales contre l’Opus Dei en Argentine et dans d’autres pays où elles ont travaillé.   

(Sources : Associated Press, 12.11.2021 & Euronews,16.11.2021)

La vision new age de la féminité sert-elle vraiment la cause des femmes ?

Porté par l’attrait de nombreuses jeunes femmes pour la sorcellerie, un nouveau féminisme se fait jour. Partant de l’idée supposée que les premières sociétés auraient été matriarcales, les femmes qui auraient eu à l’époque la responsabilité du soin, revendiquent aujourd’hui ce pouvoir confisqué par les hommes. Lire la suite

L’inceste vu par les constellations familiales

Effectuant la promotion des constellations familiales1 sur Instagram, Graciela del Campo Varra a posté une image dont la légende stipule notamment que la femme violée n’est pas une victime car elle a choisi ce destin dans le cadre du processus de guérison du système familial. Ce post n’a pas manqué de faire réagir les associations sud-américaines. Lire la suite

Les femmes au sein de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X

« Dieu exerce le gouvernement librement, en déléguant son autorité aux hommes, non aux femmes ». Cette phrase, institutionnalisant l’infériorité des femmes au sein de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X (FSSPX), figure, encore à ce jour, sur La Porte latine, le site internet officiel du groupe. Lire la suite