L’ avenir du Brésil aux mains des évangéliques ?

59% des brésiliens ont accordé leur confiance à Jair Bolsonaro en lui permettant d’accéder à la présidence de leur pays. A l’évidence, ce candidat d’extrême droite a été en partie porté par les églises évangéliques qui représentent aujourd’hui 29% de la population. 72,5% d’entre leurs membres auraient voté pour lui.

La presse internationale s’interroge sur cette déferlante évangélique et sa forte influence sur les fidèles. Autre observateur, Lamia Oualalou, auteure de Jésus t’aime ! La déferlante évangélique a tenté d’expliquer comment ces différentes églises ont pu gagner la confiance des Brésiliens au point d’avoir permis à un candidat d’extrême droite d’accéder au pouvoir.

Les évangéliques à la conquête du Brésil

Pays rural, le Brésil est devenu en près de quarante ans un pays citadin entrainant une transformation sociale et sociologique. L’État et l’Église catholique (alors majoritaire dans le paysage religieux), peinant à s’adapter à cette métamorphose, ont progressivement quitté les quartiers populaires : d’un côté l’Etat disparaissait en même temps que l’économie produisait plus de précarité, de l’autre, l’Église catholique désertait les zones pauvres suite à une décision politique du pape Jean-Paul II opposé au bloc communiste et défavorable à la théologie de la libération.(…)

Lire la suite en pdf 

Le négationnisme, première théorie du complot ?

« Avec la mort de Robert Faurisson, c’est l’idéologue du négationnisme français qui disparaît ». Les Idées Claires, programme hebdomadaire produit par France Culture et France info destiné à lutter contre les désordres de l’information, des infox, fake news et autres idées reçues, a brillamment traité le sujet du négationnisme devenu le premier des complots contemporains.

Valérie Igounet, historienne et directrice adjointe de Conspiracy Watch, spécialiste du négationnisme et de l’extrême-droite en France le confirme : « c’est la première théorie du complot puisqu’elle apparaît trois ans après la fin du génocide juif c’est-à-dire en 1948, l’année de la création d’Israël ». Pour les négationnistes, les Juifs ont fait croire à leur extermination pour créer l’Etat d’Israël.

La thèse de Faurisson consistant à nier l’extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale n’est pas morte avec lui pour autant. Robert Faurisson est parvenu à médiatiser sa thèse négationniste grâce, notamment au journal Le Monde ou à des personnalités comme Jean-Gabriel Cohn-Bendit.

Alors que les historiens ou les scientifiques amassent des documents et les font parler, les négationnistes (comme tous les théoriciens du complot) trient sur le volet documents et témoignages qui corroborent ce qu’ils veulent faire entendre.