Le Sénat aurait-il cédé à la pression

Les principales associations qui œuvrent pour lutter contre les dérives sectaires et venir en aide aux victimes étaient optimistes quand elles ont pris connaissance du projet de loi qui a été étudié par le Sénat, en décembre dernier. Aujourd’hui, face à un texte vidé de sa substantifique moelle, elles sont plus qu’inquiètes.

Lire la suite

Des médecins demandent un renforcement de la loi

Face aux dérives sur les réseaux sociaux et dans certains médias, des médecins et chercheurs tirent la sonnette d’alarme. Pour eux, il n’est plus possible de laisser se propager de fausses informations médicales. Il s’agit d’un enjeu de santé publique. Ils ont signé une tribune en ce sens et appellent le gouvernement à prendre la mesure du fléau.

Lire la suite

Le projet de loi contre les dérives sectaires modifié

Le projet de loi porté par la secrétaire d’Etat Sabrina Agresti-Roubache, pour renforcer la lutte contre les dérives sectaires, a été largement vidé de sa substance par la commission sénatoriale des lois. S’ils reconnaissent au gouvernement des objectifs « louables », les élus dénoncent une « rédaction trop globale ».

Lire la suite

Dérives sectaires : l’Etat a-t-il les moyens de ses ambitions ?

Alors qu’un nouveau texte pour lutter contre les dérives sectaires a été présenté par la secrétaire d’Etat Sabrina Agresti-Roubache, et qu’il a déjà été largement modifié par la commission des lois, l’Humanité s’interroge : la lutte contre les dérives sectaires a-t-elle les moyens de ses ambitions ?

Lire la suite

Communiqué UNADFI / CCMM : Dérives sectaires : il faut avancer pour les faire reculer

Mardi 12 décembre 2023

Les révélations récentes sur les très graves dérives du mouvement Misa, perpétrées depuis de nombreuses années, doivent alerter sur la réalité d’un phénomène international. Alors que le gouvernement a dévoilé, il y a une quinzaine de jours, sa stratégie nationale pour lutter contre les dérives sectaires, Catherine KATZ, ancienne magistrate, aujourd’hui présidente de l’Unadfi et Francis AUZEVILLE, lieutenant-colonel de gendarmerie à la retraite, président du CCMM-Centre Roger Ikor, enfoncent le clou et sont formels : juridiquement, il est temps de monter d’un cran et de permettre aux primo intervenants, aux enquêteurs et aux magistrats d’être plus efficaces pour rendre justice aux victimes.

Lire la suite

Une nouvelle stratégie de lutte contre les dérives sectaires

La secrétaire d’Etat Sabrina Agresti-Roubache a présenté, ce mercredi 15 novembre, la stratégie nationale pour lutter contre les dérives sectaires. Son projet de loi vise à instaurer de nouveaux délits qui prennent en compte la mutation du phénomène sectaire.

Lire la suite

Pourquoi l’essor des rebouteux et des magnétiseurs ?

Depuis quelques temps, le recours à certaines PSNC, comme le magnétisme, semble s’amplifier. Pourtant, ces pratiques ne sont pas reconnues, que ce soit par les études scientifiques, la médecine conventionnelle, ou l’Etat qui n’en délivre aucun diplôme officiel.

Lire la suite

Communiqué UNADFI

Vendredi 17 novembre 2023

L’UNADFI se félicite du dialogue entamé avec Sabrina Agresti-Roubache

L’Unadfi a été reçue, ce jeudi 16 novembre, au ministère des Outre- Mer à Paris, par Sabrina Agresti-Roubache nouvellement nommée au Secrétariat d’Etat chargée de la Citoyenneté. L’Unadfi a donc fait la connaissance de la secrétaire d’Etat dont le discours rassurant a clairement exposé ses objectifs et sa motivation.

Après avoir rendu hommage à Sonia Backès, qui l’a précédée au ministère, Sabrina Agresti-Roubache a présenté aux principales associations qui luttent contre les dérives sectaires, comme le CCMM, et viennent activement en aide aux victimes son nouveau projet de loi. Celui-ci prévoit d’instaurer de nouveaux délits dont « la sujétion psychologique » et la « provocation à l’abandon de soins ».

L’UNADFI, qui n’a jamais douté de l’implication de l’Etat sur ce grave sujet de société, se félicite de cette entrevue. Sabrina Agresti-Roubache s’est montrée à l’écoute et concernée par le sort des victimes. Le dialogue fructueux entre toutes les parties concernées ne peut être qu’encourageant pour l’avenir.