Au coeur des services secrets de la Scientologie

Dans un article pour Vice le journaliste Robin d’Angelo a interviewé un ancien membre des bureaux de l’OSA (Office of Special Affairs) de Paris. Son témoignage éclaire sur le rôle de cette branche de la Scientologie qui peut être assimilée à un véritable service secret de l’organisation.

Lire la suite

Témoignage d’un ancien anthroposophe

Ancien anthroposophe, Grégoire Perra raconte au journal Le Point son parcours au sein de l’Anthroposophie et les raisons qui le poussent aujourd’hui à mener sur internet1 une campagne d’information sur ce mouvement méconnu et pourtant très influent. Lire la suite

Une enquête semée d’embûches

Le mouvement #MeToo relancé en 2017 pour dénoncer le harcèlement sexuel dont les femmes sont victimes, notamment dans les milieux artistique, politique et entrepreneurial a amené le média américain BuzzFeed à s’interroger sur le secteur du coaching de vie. Le journal a enquêté sur Tony Robbins considéré par beaucoup comme un pionnier du développement personnel. S’appuyant sur des enregistrements, des documents internes, et des témoignages, BuzzFeed révèle comment Tony Robbins a réprimandé des victimes de violences et d’abus sexuels, soumis ses élèves à des techniques potentiellement dangereuses et aurait fait des avances sexuelles à des stagiaires et à des membres de son personnel. Lire la suite

Déçus par Montessori

La pédagogie Montessori1 a le vent en poupe depuis quelques années. En France, elle est pratiquée dans plus de 200 établissements privés hors contrat. Une dizaine de familles accusent l’une de ces écoles de leur avoir « vendu quelque chose d’extraordinaire » qui s’avérait en fait n’être « qu’un mirage » et ont décidé de retirer leurs enfants. Lire la suite

La pédophilie au coeur de l’organisation

Dans la continuité de l’enquête du groupe de travail chargé d’étudier le traitement des abus sexuels sur mineurs au sein des Témoins de Jéhovah, la chaîne de télévision belge RTL Info a enquêté sur la loi du silence régnant au sein du groupe. Si les journalistes n’ont pu obtenir d’entretien avec des responsables de l’organisation, des victimes se sont exprimées. Parallèlement à cette enquête initiée par la Chambre des représentants de Belgique1, un rapport a été remis par le Centre d’information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles (CIAOSN). Lire la suite

Un professeur de yoga abuseur

Le quotidien québécois, La Presse, a enquêté sur l’Ostéoyoga Montréal et Patrick Salibi, son fondateur. Selon des témoignages d’anciens clients de son école de yoga, il se serait servi de sa position et de sa structure pour abuser d’adeptes.

En plus d’être professeur de yoga, Patrick Salibi s’est autoproclamé guérisseur. Ses formations ont attiré de nombreuses personnes, essentiellement des femmes. Le nom de son école Osteoyoga Montréal vient de sa méthode de yoga censée permettre de devenir son propre ostéopathe. Sur l’un de ses sites internet, le leader se présente comme « un génie refoulé » qui doit « gouverner l’humanité » qui, sans lui, serait « ennuyeuse et vide ». En outre, sur son profil Instagram, il n’hésitait pas à se proclamer champion mondial de l’utérus…

A la fin du mois de janvier 2019, quatre femmes ont créé une page Facebook pour dénoncer les abus de Patrick Salibi qu’elles décrivent comme un être dangereux aux propos haineux et homophobes. Cette page a permis à d’autres personnes victimes de témoigner de leur expérience avec le professeur.

La Presse a pu interroger une trentaine de ses victimes. Certaines ont abandonné leur emploi, leur situation familiale et vendu leurs biens pour vivre aux côtés du gourou et travailler pour son compte gratuitement : elles traduisaient son livre, géraient ses sites internet, assuraient le fonctionnement de son école, recrutaient des élèves ou encore cuisinaient pour lui et ses invités. Dans leurs témoignages, les ex-adeptes disent avoir été exploités, violentés, humiliés et abusés sexuellement. Un témoin affirme avoir été renvoyé d’une formation annuelle après avoir refusé de procéder au lavement du colon quotidien souhaité par Patrick Salibi. En effet, les membres participants aux formations devaient signer un contrat qui donne au gourou le droit de les expulser s’ils ne transforment pas assez leur vie. Bien entendu le gourou garde l’ensemble des paiements effectués. Certaines obligations sont stipulées dans le contrat : régime végétalien, ni café ni alcool, interdiction de toute autre pratique spirituelle ou autre mode de guérison que ceux que prônait Patrick Salibi.

En plus des témoignages, La Presse a pu se procurer des brochures sur les formations dispensées par l’école de yoga. Le premier principe énonce que la femme doit être un « réceptacle » et qu’elle doit « écouter », « se laisser pénétrer », « sans contrôler ». Lors des cours dispensés par le leader, les fidèles entraient dans une sorte de transe et ceux qui n’accédaient pas à cet état, devaient acheter le livre du gourou et participer à plus de conférences et séminaires aux coûts exorbitants.
Depuis début février 2019, Patrick Salibi a disparu. Ses sites internet, blogs, vidéos et comptes sur les réseaux sociaux ne sont plus en ligne.

En 2017, le Collège des médecins avait reçu des plaintes de cinq ex-adeptes. Pour l’instant le Collège n’a pas indiqué s’il allait faire une enquête. Pour sa part, la fédération francophone de yoga, Swani Sai Shivanda a radié l’école de Patrick Salibi l’accusant de pratiques sectaires.

(Source : La Presse, 09.04.2019)

Des adeptes entièrement dévouées à Charles Manson

A l’heure où, en Californie, se pose une nouvelle fois la question de la libération de Leslie Van Houten, emprisonnée depuis 49 ans pour sa participation à une série de meurtres orchestrée par Charles Manson, une journaliste australienne a essayé de comprendre comment le gourou de La Famille a fait de ses jeunes adeptes féminines des tueuses. Lire la suite

Enquête sur un gourou

Au début du mois d’avril 2019, trois ex-adeptes d’une petite église de l’Île Maurice ont porté plainte contre son fondateur et dirigeant Rajesh Hosanee. Les trois victimes l’accusent d’abus sexuels et d’attouchements. Rajesh Hosanee a été arrêté le 15 avril, puis relâché après avoir été condamné à payer trois cautions d’un montant total de 570 euros et à signer trois reconnaissances de dette de 3 800 euros.

Lire la suite

L’éducation au sein d’OKC

Avec les témoignages de deux ex-adeptes, Vice est revenu sur l’emprise exercée par Robert Spatz, leader d’Ogyen Kuzant Chöling (OKC). Leurs récits apportent aussi un éclairage sur le déroulement du procès qui devrait connaitre un nouveau dénouement le 22 mai 2019. Lire la suite