Mémoire retrouvée ou faux souvenirs ?

Mardi 25 septembre prochain à 19h, dans le cadre des « Mardis de la Science » de la mairie du 5è arrondissement de Paris, conférence de Brigitte Axelrad, vice présidente de l’AFIS (Association Française pour l’Information Scientifique)

Lire la suite

Douze années d’emprise : le pseudo-thérapeute condamné

Extraits de l’intervention de Sophie Poirot lors de la conférence de la FECRIS à Bruxelles, le 19 mai 2017.
L’analyse détaillée des « outils » mis en oeuvre par Benoit Yang-Ting (BYT), « humanothérapeute » expert en induction de faux souvenirs, pour maintenir son emprise sur ses clients permet de comprendre combien ces techniques de manipulation sont efficaces pour empêcher une personne de prendre conscience qu’elle n’a plus aucune liberté…

Lire la suite

Les faux souvenirs, un phénomène sous-estimé

Le 23 mai dernier, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Catherine Phanekam, une kinésithérapeute auto proclamée psychothérapeute. Elle était accusée d’abus de faiblesse et de mise en état de sujétion d’autrui. Ses victimes l’accusent de leur avoir induit de faux souvenirs afin de les éloigner de leurs familles et ainsi les maintenir sous son influence.

Lire la suite

Condamnation dans une affaire de faux souvenirs induits

Le 23 mai dernier, le tribunal correctionnel de Paris a reconnu Marie-Catherine Phanekam coupable d’abus de faiblesse1. Elle est condamnée à un de prison avec sursis, 20 000 euros d’amendes et à verser 300 000 euros de dommages et intérêts aux victimes ou à leurs proches s’étant constitués parties civiles.

Lire la suite

Le procès d’une pseudo-thérapeute

Le 20 février dernier a eu lieu devant la 1ere chambre correctionnelle de Paris, le procès d’une kinésithérapeute, Marie Catherine Phanekam, jugée pour abus de faiblesse. Elle s’improvisait thérapeute et « coach » auprès de personnes cherchant de l’aide dans un moment difficile de leur vie. Ce procès a mis en exergue l’utilisation d’une méthode d’emprise : les faux souvenirs induits1.

Lire la suite

Faux souvenirs induits

La justice rencontre des difficultés face aux cas de faux souvenirs induits. Sur les dizaines de cas recensés, peu vont devant les tribunaux. Seul Benoit Yang Ting, « humanothérapeute » a été condamné en appel à un an de prison avec sursis et 50 000 euros d’amende pour abus de faiblesse après avoir suscité de faux souvenirs de traumatisme chez deux victimes1.

Lire la suite