Dérives sectaires : hausse de 33% pour l’année 2021

Dans son rapport annuel la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) souligne une augmentation du nombre de saisines enregistrées en 2021 :  4020 signalements soit +33,6% par rapport à 2020. Et depuis 2015, la hausse s’élève à 86 %. Des chiffres préoccupants, d’autant plus qu’ils ne reflètent qu’une infime partie de la réalité.

Lire la suite

Un député préoccupé par les dérives sectaires sur internet

Le 27 septembre 2022, le parlementaire LFI Hadrien Clouet a interrogé le ministère de l’Intérieur et des outre-mer sur l’essor des dérives sectaires en ligne.

Dans sa question écrite, le député partage son inquiétude sur ce phénomène qui n’est pas nouveau mais dont « les outils sont en train de muter au rythme de la numérisation, compliquant l’application de l’article 223-15-2 du code pénal. Désormais, le gourou, en étant doté d’une caméra et d’une connexion internet, dispose d’une audience conséquente, de plusieurs milliers voire de centaines de milliers « d’adeptes » devenus des abonnés ». L’identification de cette e-médecine ou des praticiens en tous genres (naturopathes, exorcistes, medium, thérapeutes quantiques…) devient plus difficile. De même, les abus de faiblesse ou l’éventuel exercice illégal de médecine sont moins facilement visibles et détectables. On observe que les « adeptes-abonnés », potentiellement victimes, constituent des communautés sans lien physique avec le gourou qu’ils défendent pourtant corps et âme lors de « raids numériques ». Leur endoctrinement est aggravé par la logique algorithmique qui les enferme dans des bulles de désinformation. Hadrien Clouet interroge alors le ministre « sur les moyens prévus pour lutter contre ces nouvelles formes de dérives sectaires sur internet, tant de manière préventive que répressive » et soulève plusieurs questions : « La Miviludes disposera-t-elle d’une rallonge budgétaire permettant d’assurer une lutte permanente sur internet, en lien avec les autres ministères concernés et à combien s’élèvera-t-elle le cas échéant ? Le Gouvernement envisage-t-il la mise en place d’un nouvel arsenal législatif pour lutter contre les « cyber-gourous » ? Comment compte-t-il agir pour faire cesser le remboursement par les mutuelles ou le financement par le compte CPF de « coaching de vie », « naturopathie », « réflexologie » ou autres pratiques dites « alternatives » ? Facilitera-t-il les possibilités de démonétisation contrainte de vidéos aux propos engageant une dérive sectaire ? ». Pour finir, le député demande s’il est prévu d’encadrer les termes rattachés à « thérapie » lorsqu’ils ne relèvent pas du domaine de la médecine.  

(Source : Question à Assemblée nationale N°1638)

Rétrospective de l’implication de l’État dans la lutte contre les dérives sectaires

Extraits de l’intervention de Monsieur le préfet Christian Gravel, Secrétaire général du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR), président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

Lire la suite

Mouvements sectaires et aide aux victimes 

Un colloque organisé début juin par la Fédération européenne des centres de recherche et d’information sur le sectarisme (Fecris) et l’Association belge Aviso a réfléchi à la manière d’aider les victimes de sectes à se resocialiser. Mais des questions sur les moyens à mettre en œuvre se posent encore.

Lire la suite

Vis à vies, podcast du ministère de l’Intérieur, Episode 3 : Les dérives sectaires

L’épisode 3 de Vis à vies, un podcast du ministère de l’Intérieur, diffusé le 24 mai, a été consacré aux dérives sectaires. Durant 36 minutes, Camille Chaize, la porte-parole du ministère, s’est entretenue avec le préfet Christian Gravel, secrétaire général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) et Nicolas Jacquette, rescapé des Témoins de Jéhovah.

Chacun a partagé son expérience, l’un livrant le point de vue d’une victime, l’autre en tant qu’agent de l’Etat. Lors de l’émission, il a beaucoup été question de l’accompagnement apporté par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) et les associations d’aides aux victimes de dérives sectaires à ceux qui souhaitent s’émanciper d’une secte.

Ecouter le podcast : https://podcast.ausha.co/vis-a-vies-le-podcast-du-ministere-de-l-interieur/3-les-derives-sectaires

Secticide continue la prévention

L’association Secticide continue sa prévention des dérives sectaires dans l’Est de la France.

Secticide continue son activité de répondre aux demandes d’aides et de dispenser des séances de formation et de prévention auprès de différents publics. Le Centre contre les manipulations mentales dont fait partie Secticide a adressé une lettre aux différents candidats à l’élection présidentielle 2022 afin de connaître leur engagement sur la thématique sectaire. Tous les candidats ont répondu qu’ils seraient attentifs au sujet.

(Source : L’Est Républicain, 23.03.2022)

Que peuvent faire les maires contre les dérives sectaires sur leur territoire ?  

Les sectes avancent souvent masquées et savent s’immiscer discrètement dans les communes. Face à un phénomène difficile à identifier, les maires sont souvent démunis face à l’entrisme sectaire sur leur territoire. A partir d’exemples concrets, le journal Maires de France donne des pistes pour protéger les administrés.

Lire la suite

Les dérives sectaires n’épargnent pas la Dordogne  

Dominique Poumeyrol, président de l’antenne de l’Association de Défense des Familles et de l’Individu Victimes de sectes (Adfi) de Dordogne, ne désarme pas. Lui qui s’investit depuis longtemps auprès des victimes de dérives sectaires, traite chaque année une dizaine de dossiers.

Lire la suite

Quelle perception ont les Français du phénomène sectaire

 L’Unadfi, en partenariat avec l’institut de sondage Odoxa, a réalisé en décembre 2021 une enquête pour évaluer le niveau de connaissance du phénomène sectaire par les Français. Les résultats de ce sondage, rendus publics le 17 janvier, ont pu montrer que certaines idées reçues sont encore tenaces.

Lire la suite