Aider les sortants de sectes coercitives

Pour un « sortant » de secte coercitive, s’être détaché du groupe ou du gourou et avoir désadhéré à la doctrine sont une chose, tandis que le travail en profondeur pour en sortir mentalement sans pour autant effacer toute cette période de vie en est une autre. Cela va lui demander un long travail pour reconstruire sa personnalité, retrouver une autonomie, des relations affectives, amicales et sociales, ses valeurs et un avenir.
Lire la suite

La sortie de secte

Les différents cas de sortie de secte relatés montrent tout d’abord que, comme toute autre personne, l’adepte d’une secte est dans une situation unique et présente un caractère propre. Il importe donc de respecter son libre arbitre.

On peut distinguer essentiellement deux types de sortie de secte : la sortie volontaire ou l’exclusion par la secte.
 

Lire la suite

Mise en place d’une relation d’aide

Toute la famille ainsi que les amis sont appelés à apporter leur contribution, chacun selon ses compétences et ses possibilités. En s’engageant dans une relation d’aide, personne ne sait le temps qu’elle durera. Elle peut s’échelonner sur plusieurs années.

En aucun cas, il ne faudrait sous-estimer la gravité du processus de soumission sectaire, espérer que le sujet prenne conscience de sa dérive et soit assez lucide et fort pour s’en sortir seul : l’adepte, attiré, manipulé, embrigadé a perdu son esprit critique, la capacité de penser par lui-même. Aussi, il ne faudrait pas tomber dans le piège de se dire que l’on ne peut rien faire sous prétexte de respecter le libre arbitre et le libre choix de l’adepte. De même, n’avoir plus aucun autre recours que l’intervention musclée serait adopter une position violente qui renforcerait le discours des sectes sur la famille.
 

Lire la suite

Aider les victimes sans leur voler leur autonomie

Pour la présidente de l’UNADFI, Catherine Picard, « les adeptes désireux de s’affranchir d’un mouvement sectaire nécessitent un soutien tout particulier du monde associatif » qui joue alors un rôle d’interface avec la société et les assiste pour retrouver un logement et récupérer leurs droits, tout en les aiguillant vers des psychologues capables de les soutenir. Mais « il s’agit de les aider, sans leur voler leur autonomie ».

Lire la suite