Communiqué de l’Unadfi du 19/11/2020

Un lobbying mondial dicté par l’Organisation des Témoins de Jéhovah 

« Une campagne en novembre pour annoncer le royaume de Dieu » : en ce mois de novembre 2020, outre la prédication habituelle des proclamateurs de base (par téléphone et courrier en ce moment), certains Témoins de Jéhovah (anciens et proclamateurs les plus qualifiés) vont adresser un courrier si possible manuscrit à toutes les autorités (élus, commerçants, professionnels), pour leur présenter la Tour de Garde « Qu’est-ce que le Royaume de Dieu ? ».

Le fait que la lettre soit manuscrite pourrait faire croire qu’il s’agit d’une démarche personnelle d’un particulier alors que tout est orchestré par l’Organisation mondiale, le modèle de lettre ayant été adressé aux assemblées locales de tous les pays.

Cette opération marketing se déroule alors que plusieurs enquêtes sont menées par des autorités de différents pays suite aux dénonciations de nombreux ex-Témoins de Jéhovah concernant des atteintes à la dignité dont ils ont été les victimes :

  • Commission Royale Australienne sur les abus sur mineurs dans les organisations religieuses,
  • enquête de la Charity Commission en Grande Bretagne,
  • enquête sur les abus sexuels en Belgique,
  • acquittement par le tribunal de Zurich d’une experte des sectes accusée de diffamation par l’Association des Témoins de Jéhovah de Suisse.

Cette campagne est l’occasion pour nos associations de rappeler qu’elles dénoncent les pratiques de l’Organisation internationale WatchTower violant les droits fondamentaux des membres et de leurs proches, en particulier la pratique de l’ostracisme (la pratique d’excommunication chez les Témoins de Jéhovah).

Ostracisme (shunning ou évitement)

Les membres baptisés des Témoins de Jéhovah qui se détournent de la foi ou enfreignent les règles sont exclus de la communauté. Les autres Témoins de Jéhovah ne peuvent plus avoir de contact avec eux ou même les reconnaître. Cela s’applique également aux membres de la famille proche.

Les personnes touchées par cette expulsion perdent souvent tous leurs proches à la fois, y compris leur propre famille : parents, enfants, frères et sœurs, partenaires, grands-parents et amis. 

Aujourd’hui, les enfants Témoins de Jéhovah sont souvent baptisés à l’âge de 11 ans ou moins. Après cela, ils ne peuvent plus décider librement comment ils veulent vivre et en quoi ils veulent croire – sinon ils perdront leur famille et leurs proches.

Devant le tribunal de Zurich, l’experte des sectes a pu apporter des preuves que :

  • l’ostracisme viole « le droit à la liberté de croyance et de conscience de ses membres ».
  • «  le groupe  manipule ses membres et viole leur intégrité physique, psychologique et sociale  » et les victimes en souffrent de longues années après leur exclusion.
  • « les enfants et les jeunes sont eux aussi touchés par l’ostracisme » et la menace d’exclusion constitue une forme de violence psychologique.

Le tribunal a en outre reconnu que :

  • « il arrive encore que des Témoins de Jéhovah meurent à la suite de l’interdiction des transfusions sanguines »,
  • « la règle des deux témoins existe » et « facilite les abus sexuels, en particulier sur les enfants ».

http://jz.help/wp-content/uploads/2020/07/200708_Press-Release-1.pdf

https://www.unadfi.org/groupes-et-mouvances/reconnaissance-de-la-bonne-foi-dune-experte-accusee-de-diffamation-par-les-temoins-de-jehovah/#more-13212

Les ruptures familiales et l’isolement social provoqués par cette pratique ont pour but de faire pression sur les adeptes pour rendre impossible toute sortie du mouvement. Cette atteinte à leurs droits est dénoncée depuis longtemps par l’Unadfi notamment dans le dossier « Témoins de Jéhovah, L’excommunication, une atteinte aux Droits de l’homme » (https://www.unadfi.org/wp-content/uploads/2015/08/Temoins-de-Jehovah-L-excommunication-une-atteinte-aux-droits-de-l-homme_0.pdf )

.

Un enfant victime d’une attaque terroriste meurt d’un refus de transfusion sanguine

Le 24 octobre 2020 huit enfants ayant entre 9 et 12 ans ont été tués dans une attaque terroriste survenue dans une école primaire de Kumba, ville située au Sud-Ouest du Cameroun. Douze autres dont la survie pour certains dépendait d’une transfusion sanguine ont été blessés. Lire la suite

Transfusions sanguines, NHS Trusts et Comités de liaison hospitaliers

La National Secular Society (1) lance un appel au ministre de la santé Edward Argar pour demander aux hôpitaux de revoir leurs liens avec les Comités de liaison hospitaliers (CLH) Témoins de Jéhovah. La National Secular Society accuse certains NHS Trusts (2) d’avoir autorisé des membres des CLH à se rendre au chevet de patients Témoins de Jéhovah pour faire pression sur eux et les convaincre de faire passer leur foi avant leur vie en refusant les transfusions sanguines qui pourraient les sauver. Lire la suite

Une petite fille transfusée malgré le refus de sa mère Témoin de Jéhovah

Le ministère de la justice de San Juan, en Argentine, est intervenu sur demande du Service social et du Service pédiatrique de l’Hôpital de San Juan pour autoriser « l’exercice de toute pratique médicale », y compris les transfusions sanguines nécessaires au traitement d’une enfant de quatre ans atteinte d’une maladie grave. Sa mère refusait de donner l’autorisation en raison de son appartenance aux Témoins de Jéhovah. Lire la suite

Les mouvements sectaires face au Covid-19

Nous l’avons relayé à de nombreuses reprises : les crises, qu’elles soient sanitaires, humanitaires, économiques ou autre, ouvrent grand les portes aux propositions inconséquentes de tous horizons sectaires. L’épidémie particulièrement violente de la Covid- 19 en donne encore une sombre illustration.

Lire la suite

Reconnaissance de la bonne foi d’une experte accusée de diffamation par les Témoins de Jéhovah

Dans un communiqué publié le 8 juillet 2020, l’association suisse Info Sekta se félicite que les Témoins de Jéhovah n’aient pas fait appel de la décision de justice rendue en juillet 2019 par le tribunal de Zurich. Le tribunal avait prononcé l’acquittement de Dr Phil Regina Spiess, une employée d’Info Sekta poursuivie pour diffamation par l’organisation suite à des déclarations qu’elle avait faites dans le journal Tages Anzeiger en 2015. Lire la suite