Dossier de l’Express : La face cachée du bien-être

 Au sommaire :

Les autorités face à la montée de la « conspiritualité1 »

Représentant emblématique de cette tendance qui rapproche quête de bien-être, croyances dans les thérapies alternatives et complotisme, Florian Gomet est le héros du documentaire L’Empreinte, dans lequel il est mis en scène parcourant 3 500 km en quatre mois à travers toute l’Europe, « sans argent, ni passeport, ni chaussures, se nourrissant uniquement d’aliments vivants, crus et végétaux. » Ce documentaire a été réalisé par Pierre Barnérias, déjà auteur du documentaire Hold-Up2. Florian Gomet et sa femme proposent aujourd’hui des stages avec bains froids, yoga, méditation, soins énergétiques, purges, marche pieds nus et cours de « crusine ». A travers ces stages et les rencontres, ils entendent « participer au chantier de reconstruction du jardin d’Eden ». Florian Gomet a reçu le soutien de Thierry Casasnovas, gourou du crudivorisme, et objet de nombreux signalements à la Miviludes.

Lire la suite

Importante décision de la plateforme Doctolib

 À l’issue de six semaines de consultation lors desquelles sont intervenus les Conseils Nationaux des Ordres de santé, des syndicats de professionnels de santé, des représentants des praticiens exerçant des professions de bien-être, des associations de patients, des collectifs d’experts, la Miviludes, ainsi que les autorités sanitaires, Doctolib va exclure de ses services 5 700 praticiens qui n’ont pas de certification officielle.

Lire la suite

Dérives sectaires : hausse de 33% pour l’année 2021

Dans son rapport annuel la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) souligne une augmentation du nombre de saisines enregistrées en 2021 :  4020 signalements soit +33,6% par rapport à 2020. Et depuis 2015, la hausse s’élève à 86 %. Des chiffres préoccupants, d’autant plus qu’ils ne reflètent qu’une infime partie de la réalité.

Lire la suite

Un député préoccupé par les dérives sectaires sur internet

Le 27 septembre 2022, le parlementaire LFI Hadrien Clouet a interrogé le ministère de l’Intérieur et des outre-mer sur l’essor des dérives sectaires en ligne.

Dans sa question écrite, le député partage son inquiétude sur ce phénomène qui n’est pas nouveau mais dont « les outils sont en train de muter au rythme de la numérisation, compliquant l’application de l’article 223-15-2 du code pénal. Désormais, le gourou, en étant doté d’une caméra et d’une connexion internet, dispose d’une audience conséquente, de plusieurs milliers voire de centaines de milliers « d’adeptes » devenus des abonnés ». L’identification de cette e-médecine ou des praticiens en tous genres (naturopathes, exorcistes, medium, thérapeutes quantiques…) devient plus difficile. De même, les abus de faiblesse ou l’éventuel exercice illégal de médecine sont moins facilement visibles et détectables. On observe que les « adeptes-abonnés », potentiellement victimes, constituent des communautés sans lien physique avec le gourou qu’ils défendent pourtant corps et âme lors de « raids numériques ». Leur endoctrinement est aggravé par la logique algorithmique qui les enferme dans des bulles de désinformation. Hadrien Clouet interroge alors le ministre « sur les moyens prévus pour lutter contre ces nouvelles formes de dérives sectaires sur internet, tant de manière préventive que répressive » et soulève plusieurs questions : « La Miviludes disposera-t-elle d’une rallonge budgétaire permettant d’assurer une lutte permanente sur internet, en lien avec les autres ministères concernés et à combien s’élèvera-t-elle le cas échéant ? Le Gouvernement envisage-t-il la mise en place d’un nouvel arsenal législatif pour lutter contre les « cyber-gourous » ? Comment compte-t-il agir pour faire cesser le remboursement par les mutuelles ou le financement par le compte CPF de « coaching de vie », « naturopathie », « réflexologie » ou autres pratiques dites « alternatives » ? Facilitera-t-il les possibilités de démonétisation contrainte de vidéos aux propos engageant une dérive sectaire ? ». Pour finir, le député demande s’il est prévu d’encadrer les termes rattachés à « thérapie » lorsqu’ils ne relèvent pas du domaine de la médecine.  

(Source : Question à Assemblée nationale N°1638)

La Miviludes dénonce la passivité ministérielle face aux dérives sectaires en santé

Invitée au congrès annuel CHAM1 qui tenait cette année sa 9ème édition, Hanène Romdhane, cheffe de la Miviludes, a pris la parole à propos des « charlatans, des criminels » qui investissent le champ de la santé : « Ces «praticiens» n’ont qu’un seul intérêt : tirer profit financièrement des personnes en les manipulant mentalement ».

Lire la suite

Rétrospective de l’implication de l’État dans la lutte contre les dérives sectaires

Extraits de l’intervention de Monsieur le préfet Christian Gravel, Secrétaire général du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR), président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

Lire la suite

Zeus en prison

A la suite d’une semaine de procès, la cour d’assises de Gironde a condamné Claude Alonso à 18 ans de réclusion criminelle, dont la moitié de sûreté, pour des faits de viols, viols par ascendant et abus de faiblesse sur une personne en état de sujétion psychologique. Aujourd’hui âgé de 82ans, Claude Alonso était le gourou d’une communauté et avait placé plusieurs femmes dont sa fille sous son emprise durant une dizaine d’années.

Lire la suite

Polémique autour de la présence de pseudo thérapeutes sur Doctolib France

Depuis mi-août la plateforme numéro un de prise de rendez-vous médicaux Doctolib est l’objet d’un déferlement de critiques sur les réseaux sociaux et dans la presse. C’est un tweet publié par un internaute qui déplore que Doctolib ait ouvert sa plateforme à des praticiens dont les pratiques ne sont pas reconnues qui a mis le feu aux poudres le 19 août.

Lire la suite