Détournement de concept scientifique

La physique quantique, concept scientifique flou pour beaucoup d’entre nous, est régulièrement détournée dans le champ des thérapies dites alternatives. Mathieu Repiquet, membre du collectif No Fake Med1 , souligne que ce n’est pas nouveau. En effet, le concept est apparu dès les années 1990 dans le milieu New Age. Mais ce qui l’inquiète c’est la prolifération des pseudo thérapies qui s’appuient sur ce concept scientifique.

Sur le site Médoucine2 , sur lequel il a récemment enquêté, de nombreux thérapeutes utilisent des références à la physique quantique dans leur pratique afin de se prévaloir d’une caution scientifique. Or dans le domaine des médecines alternatives, l’utilisation de ce concept ne repose sur aucun fondement scientifique. Les pseudo thérapeutes profitent de la méconnaissance du public sur le sujet pour construire et valider leurs théories et offrent des promesses de guérison infinies pour des maladies allant de la dépression au cancer.

Julien Bobroff, physicien et professeur à l’université Paris-Sud, rappelle que les lois de la physique quantique ne s’appliquent qu’à l’infiniment petit, à l’échelle de l’atome, et ne sont pas applicables à l’échelle de l’homme, même si celui-ci est constitué d’atomes. Ainsi faire croire qu’il est possible de soigner en ayant recours à la physique quantique est illusoire. Pourtant, les thérapeutes n’hésitent pas à accoler ce terme à d’autres pour vendre diverses prestations (reiki quantique, soins énergétiques quantiques…).

Dernièrement le milieu des influenceurs bien-être a récupéré ce concept et vante les bienfaits du « saut quantique ». Ils s’appuieraient sur une loi particulière de la physique quantique, celle du « saut quantique », qui postule qu’un atome a la faculté de changer de palier sans passer par un état intermédiaire. Dans le monde du développement personnel, le « saut quantique » viserait à atteindre un état méditatif permettant de projeter une meilleure version de soi-même dans une autre réalité. Mais impossible de réussir ce fameux saut sans passer par la case initiation dont le coût peut être parfois exorbitant.

Ce détournement de concepts scientifiques n’est pas nouveau dans le « charlatanisme thérapeutique ». A l’époque des ondes radio, explique Julien Broboff, une multitude d’appareils ayant des prétentions thérapeutiques ont été inventés pour profiter de l’ignorance des gens.

Aujourd’hui aussi les thérapeutes quantiques utilisent des appareils, dits de médecine quantique, pour diagnostiquer ou soigner des maladies, causées, selon eux, par un déséquilibre du « taux vibratoire ».


Mathieu Repiquet souhaiterait que les scientifiques s’impliquent davantage pour faire face à la prolifération des thérapies en tout genre, mais il déplore surtout que les autorités laissent faire, alors que les outils juridiques pour les combattre sont nombreux : « Publicité mensongère, allégations thérapeutiques infondées, pratique illégale de la médecine »

(Sources : Marianne & Avantages, 07.02.2022)

  1. Ce collectif a pour objectif d’alerter sur les dangers des pratiques de soins non conventionnelles.
  2. Un annuaire douteux des PSNC :
    https://www.unadfi.org/actualites/domaines-dinfiltration/sante-et-bien-etre/
    pratiques-non-conventionnelles/un-annuaire-douteux-des-psnc/

Bien-être et complotisme

Dans un article de janvier 2022, Quand l’industrie du bien-être sombre dans le complotisme, La Presse s’intéresse aux liens entre médecines douces et conspirationnisme.

La journaliste Isabelle Hachey a rencontré Béatrice Elouard, directrice de l’école de Polarité Véga, en Estrie, au Canada. Cette dernière explique que par « polarité », il faut entendre « une approche énergétique qui utilise les concepts physiques, psychologiques et spirituels inspirés de la tradition hindoue ». Le lien avec la nature, avec l’univers, les autres et soi-même est primordial. Dans cette école, se croisent des médecins, des professeurs, des notaires. Solidarité et bienveillance sont des valeurs chères à l’établissement. Récemment, la directrice s’est étonnée face aux 40 à 50% de personnes de son école refusant de se faire vacciner contre le Covid-19 et qui ne pensent pas la santé d’un point de vue collectif.

Pour sonder les raisons de ces réticences vaccinales, la journaliste est allée à la rencontre d’enseignants qui refusent toute injection dans leur corps. Les témoignages recueillis révèlent leurs liens avec les médecines alternatives. La naturopathie, l’ostéopathie ou l’acupuncture sont évoquées. Cela ne signifie évidemment pas que tous les instructeurs de yoga rejettent le vaccin. Cependant, le milieu de la spiritualité Nouvel Âge et celui des médecines douces ont toujours été un terreau pour le scepticisme vaccinal et avec la pandémie, la méfiance à l’égard des laboratoires pharmaceutiques s’est décuplée. Sur les réseaux sociaux, le ton s’est durci, parfois au détriment de la bienveillance.

En parallèle, la professeure en communication à l’Université de Sherbrooke, Marie-Eve Carignan, a suivi les trajectoires de conspirationnistes sur le web pendant plusieurs mois en 2021. Son constat est surprenant : des groupes d’extrême droite et une partie de l’industrie des médecines douces ont des liens et constituent un réseau. Le dénominateur commun de leur pensée : la contestation des mesures sanitaires, la méfiance envers les élites, autant pour le gouvernement que la « Big Pharma ». Ce phénomène est également observé aux Etats-Unis où l’industrie du bien-être et la spiritualité sont devenues des portes d’entrée pour la mouvance conspirationniste QAnon, à tel point qu’a été créé un mot-valise pour désigner le rapport entre ces deux « alliés improbables » : la « conspiritualité ». 

(Source : La Presse, 23.01.2022)

Quand la médecine alternative attire

Lorsqu’elle a senti une grosseur dans le sein au début de l’année 2012, Ludivine a dû consulter à plusieurs reprises avant qu’on ne l’oriente vers une biopsie. Trop tard : elle était atteinte de trois tumeurs, et le cancer progressait déjà dans le bras. Alors que de nouvelles douleurs apparaissent après la chimiothérapie qu’elle avait entrepris, elle prend la décision de se tourner vers des naturopathes et magnétiseurs de son entourage. Lire la suite

Le lobbying des PSNC

Dans un dossier paru dans le courant du mois d’aout 2021, L’Express s’est penché sur les pratiques de soins non conventionnelles, leur fonctionnement et leur lobby. L’enquête de l’hebdomadaire donne la parole aux protagonistes qui assurent la promotion de ces pratiques et à ceux qui voient dans la légitimation de ces pratiques une offensive pseudo-scientifique. Lire la suite

Une agence gouvernementale cheval de Troie de pratiques à risque

L’engouement des Français pour les médecines dites alternatives et leur manque d’encadrement est à l’origine de la création de l’Agence des Médecines Complémentaires et Alternatives (A-MCA), une association de loi 1901 fondée en septembre 2020, qui ambitionne de promouvoir, structurer et intégrer ces pratiques dans le système de santé français. Lire la suite

Les ressorts et les acteurs de l’anti-vaccination

Alors qu’un vaccin contre la Covid-19 semble pouvoir être bientôt disponible, près de la moitié de la population française serait hostile à l’idée de se faire vacciner. Cette méfiance vis-à-vis de la vaccination place la France parmi les pays les plus anti-vaccins du monde. Dans une interview donnée à France Inter, Antoine Bristielle, professeur agrégé de sciences sociales, et Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, tentent d’expliquer ce rejet et de comprendre qui sont ces anti-vax. Lire la suite

Autour de la Covid, les charlatans ne désarment pas

La Miviludes alerte sur les dérives sectaires et les arnaques liées au coronavirus. Durant la période du confinement, elle a reçu 70 signalements liés à des situations « où des gourous, des influenceurs, revenaient sur des thématiques liées à la punition divine avec un regain de courant apocalyptique lié à la pandémie » explique Camille Chaize, porte-parole du ministère de l’Intérieur.  Lire la suite

Pratiques non conventionnelles, théories conspirationnistes et extrême droite

L’universitaire allemande Nora Posl vient de publier son mémoire de maîtrise intitulé « De l’homéopathie et de l’imposition des mains à l’idéologie de la haine ? Sur la relation entre les méthodes alternatives de guérison et les théories du complot, l’ésotérisme et les idéologies de droite » aux éditions Diplomica Verlag. Lire la suite

Rapport accablant de la DGCCRF sur les « médecines douces »

Le 16 décembre 2019, la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) a publié sur son site economie.gouv.fr un rapport pointant de nombreux manquements au respect de la réglementation commerciale de la part de praticiens en soins non conventionnels. Lire la suite