Quand la médecine alternative attire

Lorsqu’elle a senti une grosseur dans le sein au début de l’année 2012, Ludivine a dû consulter à plusieurs reprises avant qu’on ne l’oriente vers une biopsie. Trop tard : elle était atteinte de trois tumeurs, et le cancer progressait déjà dans le bras. Alors que de nouvelles douleurs apparaissent après la chimiothérapie qu’elle avait entrepris, elle prend la décision de se tourner vers des naturopathes et magnétiseurs de son entourage.

Dix ans plus tard, Ludivine se rappelle encore de son amertume quant à la froideur et la rapidité avec laquelle les différents professionnels de la médecine ont menés les consultations : « [ …]avec les oncologues, et même certains généralistes, c’est dix ou quinze minutes et dehors. Ils n’ont pas le temps de s’occuper de tout ça ». Car à la suite de la chimiothérapie qu’elle a effectivement suivie à l’époque du premier cancer, Ludivine connaît à nouveaux des douleurs qui l’empêchent pratiquement de tenir debout : elle n’obtient une ordonnance pour une radio qu’après avoir vivement insisté. On découvre alors que des métastases se sont développées dans les os du dos.

C’est d’abord vers son amie naturopathe, Garance, qu’elle se tourne afin de bénéficier de consultations plus longues, plus axées sur l’écoute, plus informelles aussi : Garance lui rend visite chez elle et reste parfois trois heures. Elle garde en tête les détails précis de l’évolution de la maladie de son amie, et l’encourage à creuser dans son histoire personnelle afin d’y déceler l’origine du mal.

Gaëtan, magnétiseur, énergéticien, « praticien en vitaponcture », est le suivant auquel Ludivine demande de se pencher sur ses douleurs, qui persistent. Néanmoins, l’appareil qu’il utilise pour créer des champs magnétiques ne vient pas à bout de la maladie.

En 2020, l’oncologue que Ludivine consulte une nouvelle fois dépiste une tache en train de s’étendre sur le foie. Elle en est certaine :« Ça a grossi encore plus vite à cause de la chimio ! ». Elle se tourne à nouveau vers une naturopathe qui lui prescrit un jeûne « particulièrement restrictif ». En parallèle, Garance et Gaëtan l’engagent à interrompre tout traitement médical. Une voisine de Ludivine, inquiète de son état physique, la pousse à consulter une diététicienne. Celle-ci l’examine et établit que le jeûne que Ludivine a suivi l’a menée vers une « dénutrition sévère ». La professionnelle le constate : « Peut-être que certaines de ces médecines alternatives l’ont aidée sur le plan psychologique, mais il y a forcément eu des effets délétères sur son pronostic… »

On le voit, au cours des dix années Ludivine a bel et bien cherché à guérir de sa maladie, en aspirant aussi à un rapport soignant/malade différent de celui que l’on rencontre dans nos médecines modernes. C’est d’ailleurs un des arguments de la médecine dite « douce » : la possibilité de se voir offrir un traitement personnalisé, qui travaille à découvrir les causes du symptôme. Or, force est de constater que Ludivine a aussi subi une perte de chance directement liée à ces méthodes de soins non-conventionnelles.

(Source : Marianne, 20.09.2021)

Le lobbying des PSNC

Dans un dossier paru dans le courant du mois d’aout 2021, L’Express s’est penché sur les pratiques de soins non conventionnelles, leur fonctionnement et leur lobby. L’enquête de l’hebdomadaire donne la parole aux protagonistes qui assurent la promotion de ces pratiques et à ceux qui voient dans la légitimation de ces pratiques une offensive pseudo-scientifique. Lire la suite

Une agence gouvernementale cheval de Troie de pratiques à risque

L’engouement des Français pour les médecines dites alternatives et leur manque d’encadrement est à l’origine de la création de l’Agence des Médecines Complémentaires et Alternatives (A-MCA), une association de loi 1901 fondée en septembre 2020, qui ambitionne de promouvoir, structurer et intégrer ces pratiques dans le système de santé français. Lire la suite

Les ressorts et les acteurs de l’anti-vaccination

Alors qu’un vaccin contre la Covid-19 semble pouvoir être bientôt disponible, près de la moitié de la population française serait hostile à l’idée de se faire vacciner. Cette méfiance vis-à-vis de la vaccination place la France parmi les pays les plus anti-vaccins du monde. Dans une interview donnée à France Inter, Antoine Bristielle, professeur agrégé de sciences sociales, et Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, tentent d’expliquer ce rejet et de comprendre qui sont ces anti-vax. Lire la suite

Autour de la Covid, les charlatans ne désarment pas

La Miviludes alerte sur les dérives sectaires et les arnaques liées au coronavirus. Durant la période du confinement, elle a reçu 70 signalements liés à des situations « où des gourous, des influenceurs, revenaient sur des thématiques liées à la punition divine avec un regain de courant apocalyptique lié à la pandémie » explique Camille Chaize, porte-parole du ministère de l’Intérieur.  Lire la suite

Pratiques non conventionnelles, théories conspirationnistes et extrême droite

L’universitaire allemande Nora Posl vient de publier son mémoire de maîtrise intitulé « De l’homéopathie et de l’imposition des mains à l’idéologie de la haine ? Sur la relation entre les méthodes alternatives de guérison et les théories du complot, l’ésotérisme et les idéologies de droite » aux éditions Diplomica Verlag. Lire la suite

Rapport accablant de la DGCCRF sur les « médecines douces »

Le 16 décembre 2019, la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) a publié sur son site economie.gouv.fr un rapport pointant de nombreux manquements au respect de la réglementation commerciale de la part de praticiens en soins non conventionnels. Lire la suite

Le marché des pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique

Dans son édition du 20 mars 2019, l’Express a publié un dossier intitulé Médecines douces : Gare aux charlatans. L’hebdomadaire analyse ces PNCAVT qui, profitant de l’attrait des individus pour la santé et le bien-être, constituent un véritable marché lucratif. Ce marché est l’une des portes d’entrée privilégiée pour les mouvements sectaires. Lire la suite