Rapport d’activité 2021 de la Miviludes 

La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) vient de publier son rapport annuel, restituant données, chiffres et textes sur le phénomène sectaire à l’aune des tendances observées en 2021. L’instance sous tutelle du ministère de l’Intérieur dresse un premier constat : le nombre de saisines ne cesse d’augmenter avec l’enregistrement de 4 020 cas pour l’année passée, soit une hausse de 33,6% en un an ou 1 012 dossiers supplémentaires. Panorama des constats, moyens, orientations face à cette dynamique croissante et évolutive.

Lire la suite

L’évolution du phénomène sectaire depuis 40 ans

Jean-Pierre Jougla, ancien avocat, ancien vice-président de l’Unadfi, conseiller juridique de la Fecris, travaille inlassablement à faire connaître la problématique de l’embrigadement sectaire.
Il a été l’initiative du Diplôme Universitaire « Emprise sectaire et processus de vulnérabilité » et est régulièrement appelé comme expert auprès des tribunaux.

Lire la suite

Dérives sectaires : hausse de 33% pour l’année 2021

Dans son rapport annuel la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) souligne une augmentation du nombre de saisines enregistrées en 2021 :  4020 signalements soit +33,6% par rapport à 2020. Et depuis 2015, la hausse s’élève à 86 %. Des chiffres préoccupants, d’autant plus qu’ils ne reflètent qu’une infime partie de la réalité.

Lire la suite

Un député préoccupé par les dérives sectaires sur internet

Le 27 septembre 2022, le parlementaire LFI Hadrien Clouet a interrogé le ministère de l’Intérieur et des outre-mer sur l’essor des dérives sectaires en ligne.

Dans sa question écrite, le député partage son inquiétude sur ce phénomène qui n’est pas nouveau mais dont « les outils sont en train de muter au rythme de la numérisation, compliquant l’application de l’article 223-15-2 du code pénal. Désormais, le gourou, en étant doté d’une caméra et d’une connexion internet, dispose d’une audience conséquente, de plusieurs milliers voire de centaines de milliers « d’adeptes » devenus des abonnés ». L’identification de cette e-médecine ou des praticiens en tous genres (naturopathes, exorcistes, medium, thérapeutes quantiques…) devient plus difficile. De même, les abus de faiblesse ou l’éventuel exercice illégal de médecine sont moins facilement visibles et détectables. On observe que les « adeptes-abonnés », potentiellement victimes, constituent des communautés sans lien physique avec le gourou qu’ils défendent pourtant corps et âme lors de « raids numériques ». Leur endoctrinement est aggravé par la logique algorithmique qui les enferme dans des bulles de désinformation. Hadrien Clouet interroge alors le ministre « sur les moyens prévus pour lutter contre ces nouvelles formes de dérives sectaires sur internet, tant de manière préventive que répressive » et soulève plusieurs questions : « La Miviludes disposera-t-elle d’une rallonge budgétaire permettant d’assurer une lutte permanente sur internet, en lien avec les autres ministères concernés et à combien s’élèvera-t-elle le cas échéant ? Le Gouvernement envisage-t-il la mise en place d’un nouvel arsenal législatif pour lutter contre les « cyber-gourous » ? Comment compte-t-il agir pour faire cesser le remboursement par les mutuelles ou le financement par le compte CPF de « coaching de vie », « naturopathie », « réflexologie » ou autres pratiques dites « alternatives » ? Facilitera-t-il les possibilités de démonétisation contrainte de vidéos aux propos engageant une dérive sectaire ? ». Pour finir, le député demande s’il est prévu d’encadrer les termes rattachés à « thérapie » lorsqu’ils ne relèvent pas du domaine de la médecine.  

(Source : Question à Assemblée nationale N°1638)

Rétrospective de l’implication de l’État dans la lutte contre les dérives sectaires

Extraits de l’intervention de Monsieur le préfet Christian Gravel, Secrétaire général du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR), président de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

Lire la suite

Villages sous emprise, une série signée Etienne Jacob, Steve Tenré et Laura Andrieu 

Cet été, Le Figaro a abordé le cas de villages sous emprise dans une série en quatre volets. Les deux premiers épisodes se sont penchés sur le Village d’Eourres (Hautes-Alpes), un haut lieu de l’ésotérisme. Le troisième épisode évoque les divisions occasionnées par l’installation des Brigandes, le groupe de Joël Labruyère, à la Salvetat sur Agout (Hérault). Le quatrième et dernier épisode aborde le cas du village de Castellane et du Mandarom (Var). Dans le présent dossier nous avons traité les deux premiers volets de son enquête.

Lire la suite

Fait religieux et problématique sectaire au Japon 

L’assassinat de Abe Shinzo aura provoqué l’ouverture d’une discussion à propos de l’entrisme pratiqué par la secte Moon dans la vie politique japonaise depuis des décennies. Cet événement met aussi en exergue les différences de traitement du fait religieux et du phénomène sectaire entre le Japon et les pays Occidentaux, différences que l’on peut expliquer en des termes culturels, identitaires et sémantiques.

Lire la suite