Peut-on parler de spirale conspirationniste ?

Une étude menée par des chercheurs de l’Université Massey, à Auckland, en Nouvelle Zélande aurait démontré qu’une croyance conspirationniste en étaye d’autres et qu’elles se renforceraient les unes et les autres.

Le domaine de la psychologie cognitive a depuis longtemps montré que les personnes susceptibles de croire en des théories du complot sont plus promptes à en croire d’autres. Mais jusqu’à présent la théorie dominante reposait sur des facteurs psychologiques individuels comme des tendances anxieuses, paranoïaques ou un besoin de « se distinguer socialement ».

Pour réaliser leur étude, les chercheurs ont interrogés un panel de 1553 adultes recrutés sur Prolific1 et les ont interrogés sur leur degré d’adhésion à diverses théories du complot telles que la croyance au Nouvel Ordre mondial, à l’élaboration du Covid-19 en laboratoire, au mensonge sur l’alunissage en 1969, aux dangers de la 5G.

Les réponses des participants à l’étude ont abouti à l’élaboration d’une « carte des associations de croyances entre différentes théories conspirationnistes ».


Ainsi la carte a clairement mis en évidence qu’une personne ne croyant pas en l’alunissage de 1969 était plus susceptible de penser que le gouvernement américain avait menti sur le 11 septembre 2001 et pouvait adhérer à l’idée d’un gouvernement mondial dirigeant secrètement le monde.


Pour Matt Williams, maître de conférences à la Massey University, l’intérêt de cette cartographie est de démontrer qu’une théorie du complot peut mener à d’autres et qu’une théorie conspirationniste bénigne peut amener à en croire d’autres beaucoup plus irrationnelles par association d’idées. Il semble donc qu’aucune théorie conspirationniste ne soit à négliger, de la plus anodine à la plus dangereuse.


(Source : RTBF, 02.02.2022)

  1. Plateforme conçue pour les recherches universitaires permettant de recruter des participants à des études.

Des familles détruites

Plusieurs ex-adeptes des Frères de Plymouth (aussi appelé Frères Exclusifs) ont témoigné de la manière dont le groupe brise des familles, isole et exerce une emprise sur ses fidèles. Le groupe a régulièrement recours à des détectives privés ou à des avocats pour contrer les personnes critiques vis-à-vis de l’organisation. En outre l’organisation par son statut bénéficie d’importants avantages en termes de fiscalité. Lire la suite

Bad vibrations

Kosmic Fusion, groupe néo-zélandais new age, a implosé après les déclarations accusatrices d’anciens adeptes. Ils vivaient autour d’une femme, Kaveeta Bhavsaar, considérée comme la réincarnation d’une divinité indienne, capable de capter les âmes grâce à des fréquences spéciales qu’elle appelle « impulsion à proton à onde scalaire à vortex quantique – ou QVSWPP – la mère de toutes les fréquences, énergies et vibrations ». Lire la suite

La Commission royale s’intéresse à la destruction de documents

Des anciens Témoins de Jéhovah néo-zélandais ont remis à la Commission royale australienne sur les abus dans les institutions une copie des instructions de la Watch Tower ordonnant aux Anciens de détruire les documents faisant état de maltraitances et d’abus sexuels au sein des congrégations. Lire la suite

La dissimulation d’abus sexuels touche aussi la Nouvelle-Zélande

Alertés par les conclusions de l’enquête gouvernementale menée par la Commission royale d’Australie sur les abus sexuels commis au sein des institutions, des journalistes néozélandais ont souhaité savoir si les Témoins de Jéhovah(TJ) traitaient de façon similaire les cas d’abus recensés au sein des congrégations du pays. Depuis la fermeture de son siège d’Auckland en 2012, la branche néozélandaise est officiellement sous juridiction australienne.

Lire la suite

Mobilisation contre la campagne de recrutement menée par l’église Shincheonji

Après les alertes sur les agissements de Shincheonji (aussi appelée « New Heaven and New Earth ») en Corée du Sud par les églises protestantes membres de la Korean Church association et en Grande-Bretagne par l’Église d’Angleterre1, ce sont maintenant les églises protestantes néo-zélandaises qui tirent la sonnette d’alarme.

Lire la suite