La figure de proue du complotisme suisse accusé de violence par trois de ses enfants

Trois des onze enfants d’Ivo Sasek1 ont révélé, dans un documentaire en deux parties diffusées sur la chaîne Suisse SRF, avoir subi pendant de nombreuses années des châtiments corporels et des maltraitances psychologiques.

Fondateur du groupe chrétien Organische Christus-Generation (Génération du Christ Organique), Ivo Sasek est surtout connu pour être à l’origine de la chaîne complotiste Kla Tv, une référence dans le milieu.

Appartenant au milieu de la droite conservatrice, l’homme entend lutter contre la corruption des politiciens et les mensonges des médias. Pour lui et ses 2000 disciples, tout le monde est sous le joug de Satan.

Dans ses vidéos, il a toujours donné l’image d’une famille harmonieuse. Pourtant trois de ses fils qui ont fui le groupe donnent une tout autre image de leur vie hors caméra.

L’aîné Simon raconte les châtiments corporels qu’il a subis dès l’âge de deux ans. Son éducation est aussi passée par la lecture de Mein Kampf considéré par son père comme venant juste après la Bible. Il lui a fallu beaucoup de temps pour comprendre que cela n’était pas normal, mais quand il a questionné ses parents ceux-ci ont mis ses interrogations sur le compte « de forces démoniaques qui se seraient emparées de lui ». Pour les chasser il raconte avoir été frappé par toute sa famille.

A bout, en 2016 il quitte le groupe. Et depuis, tous les membres du groupe, même ses proches, ont rompu avec lui car Ivo Sasek interdit d’avoir des relations avec ceux qui s’en vont. Après le départ de son fils il a enjoint les membres de sa communauté à ne « plus être en contact avec Simon pas même par un seul cheveu, car à chaque contact, le levain de la mort, du mensonge et de la destruction commence à faire des ravages.»

Simon et ses frères n’ont pas été les seuls à souffrir dans le groupe. Hanna B, une ancienne membre, a elle aussi été maltraitée par ses parents. Comme Simon elle a été reniée par sa famille et le groupe lorsqu’elle en est partie à l’âge de seize ans. Selon eux, elle aurait été sous l’emprise de Satan. Cependant, depuis son départ, sa mère et ses trois sœurs seraient elles aussi parties. Interrogée dans le documentaire, sa mère a confirmé les maltraitances sur sa fille et les regrette amèrement. 

(Source : Blick, 22.04.2022)

  1. Pour en savoir plus sur Ivo Sasek lire sur le site de l’Unadfi : L’ésotérisme new age cheval de Troie de l’extrême droite ? https://www.unadfi.org/actualites/groupes-et-mouvances/lesoterisme-new-age-cheval-de-troie-de-lextreme-droite

QAnon veut croire aux « medbed » magiques

Au sein de la mouvance d’extrême droite QAnon, une théorie du complot est en train de gagner en popularité : celle de l’existence de « medbeds ».

L’arrivée de ce dispositif est très attendue. Ces lits médicalisés seraient capables de guérir les cancers les plus graves, de faire repousser les membres et même d’inverser le cours du vieillissement. Un groupe QAnon basé à Dallas est persuadé que c’est grâce aux pouvoirs curatifs de ces lits médicalisés miraculeux que John F. Kennedy est toujours vivant et a pu rester jeune. 

Romania Didulo, une leader conspirationniste proche du mouvement QAnon et se présentant comme la « Reine » du Canada, a aussi fait la promotion de ces lits médicalisés. En août dernier elle a publié un post promettant que ces appareils « seront rendus accessibles gratuitement pour tous les Canadiens. » YamatoQ, la frange japonaise de QAnon, a également embrassé cette théorie, et a même fabriqué sa propre version de l’appareil avec des fils de cuivre.

Les adeptes de cette théorie croient en des prophéties. La première dit que Trump connaît l’existence de ces lits et les rendra bientôt accessibles au public. La deuxième concerne les grandes compagnies pharmaceutiques, qui seraient vouées à complètement disparaître d’ici très peu de temps.

Des entrepreneurs profitent de ces croyances

Une société du nom de Tesla Biohealing, basée dans le Delaware, propose d’ores et déjà à la vente ce qu’elle appelle des « Générateurs MedBed ». Si la société se distancie des théories complotistes de QAnon, elle s’adresse néanmoins à ses défenseurs. Une certaine Julie, vendeuse pour Tesla Biohealing, a vanté les mérites des produits de la société dans un message posté dans une discussion QAnon sur le réseau Telegram : « pour votre information, mon époux utilise un ‘Générateur Medbed’ et un ‘Biohealer Tesla’ pour traiter ses tumeurs de la glande salivaire agressives et inopérables. Cette technologie est d’un très grand soutien. » Tesla Biohealing attribue sa technologie à James Liu, médecin et président de cette société. Par le passé il a été accusé par la Federal Trade Commission (l’équivalent de la Direction générale de la Concurrence) de publicité mensongère alors qu’il proposait des traitements pour l’asthme. De plus, le précédent conseil d’administration de sa société avait émis une résolution l’accusant de sabotage, de contrefaçon, et d’avoir envoyé de l’argent appartenant à la société à sa petite amie d’Internet. Aujourd’hui, James Liu assure que des produits de Tesla Biohealing, des boîtes en métal à placer sous le matelas de son lit, peuvent mener le malade vers la guérison. Ces boîtes généreraient de l’énergie vitale qui aiderait à guérir les malades de « cancers en phase terminale » et ceux « paralysés depuis six mois après un AVC ». Pour les maladies les moins graves, l’entreprise conseille un « Biohealer pour adulte », au prix de 599 dollars. Pour les cancers sévères, elle conseille « deux Générateurs Medbed ou plus », qui coûtent  1999 dollars l’unité.

D’autres entreprises osent aller plus loin encore. Une entreprise suisse du nom de 90.10 est parvenue à acquérir le nom de domaine très convoité « medbed.com » et propose sur son site, vidéo à l’appui, l’accès pour le malade à une « énergie infinie » et la possibilité de « reprogrammer son ADN », le tout sans effets secondaires. L’entreprise ne vend ni ne livre aucun produit. Elle prétend pouvoir transformer à distance les lits de ses clients grâce à une technologie dont elle a déposé la marque : « Faster than Light Technology ». Cette technologie est censée « téléporter ou diffuser sans délai de l’énergie et des fréquences quantiques dans le corps humain. » Sur son site internet l’entreprise a publié des vidéos de prétendus clients qui affirment qu’en une seule nuit de sommeil leur lit aux pouvoirs augmentés était parvenu à réaligner leur colonne vertébrale, nettoyer leurs sinus, guérir des douleurs osseuses, leur révéler leur véritable but dans la vie. Le président de 90.10 a déclaré ne pas être au courant des théories conspirationnistes défendant l’existence des « medbed », ces lits médicaux guérisseurs. L’appellation « medbed » signifierait « meditation bed ». Selon lui, le système qu’il propose n’est pas de nature médicale, mais « a pour objectif d’acheminer de l’énergie quantique à l’intérieur du corps. » Cela pour la modique somme de 2 500 dollars.  

(Sources: Radio-Canada, 01.04.2022 & Times of Israël, 01.04.2022)

Deux enfants assassinés sur fond de complotisme et de foi chrétienne

Le 9 août 2021 Matthew Coleman a tué ses deux enfants parce qu’il les croyait porteurs d’ADN reptilien, une idée qui lui serait venue à force de s’abreuver de théories complotistes, en particulier celles du britannique David Icke.

L’homme de 40 ans a déclaré au FBI avoir eu la vision selon laquelle sa femme serait porteuse d’ADN reptilien qu’elle aurait transmis à leurs 2 enfants. Croyant que l’ADN de ses enfants était altéré, l’homme a imaginé qu’ils allaient « devenir des monstres » et que les tuer était le seul moyen de « sauver le monde ».

Lui et sa femme s’étaient progressivement radicalisés autour de théories du complot comme celles de QAnon sur l’existence d’une élite mondiale qui serait à l’origine de la pandémie de Covid 19 et dirigerait des réseaux pédocriminels impliquant des enfants.  Mais Matthew Coleman est devenu plus paranoïaque, au point de croire que sa propre famille était partie prenante du complot mondial.

Les premiers éléments de l’enquête, dévoilés en septembre 2021, montraient que le processus de radicalisation du couple aurait débuté au sein de la sphère chrétienne évangélique fondamentaliste dont il faisait partie depuis de nombreuses années. Au quotidien, tout tournait autour de la Foi, jusqu’au travail de Matthew Coleman qui avait créé un club de surf chrétien.

Pour Helen Rose, résidente de Santa Barbara, qui a grandi au sein du même foyer que lui, Matthew Coleman a toujours été fanatiquement chrétien, mais selon elle, il souffrait d’une maladie psychiatrique qui n’a pas été traitée. Les visions et les révélations divines qu’il pensait avoir ont même été encouragées par sa communauté chrétienne.

Par la suite, la radicalisation du couple s’est poursuivie sur internet si bien que le monde imaginaire répandu par les conspirationnistes a pris le pas sur la réalité et est devenu tangible, pour lui en particulier.

Les derniers éléments de l’enquête ont montré qu’en plus de QAnon, qui trouve un écho favorable dans la sphère évangélique, Matthew Coleman aurait été influencé par les théories conspirationnistes de David Icke. Il l’aurait vraisemblablement découvert sur Twitter avant novembre 2020 puisque que ce dernier a définitivement été banni de la plateforme pour avoir diffusé de fausses informations sur la pandémie de Covid 19.

Figure majeure du conspirationnisme depuis plusieurs décennies, David Icke, ancien footballeur et ancien journaliste sportif, répand la croyance selon laquelle une race de reptiliens appelés Archontes ou Anunnaki aurait envahi la Terre et créé une race hybride humains-archontes. Connus sous le nom de Babylonian Brotherhood, d’Illuminati ou d’Elite, ils manipuleraient les évènements pour maintenir les humains dans la peur afin de se nourrir de leur énergie négative.

L’émergence des réseaux sociaux lui a permis de propager ses théories à grande échelle et de rassembler des millions de followers sur Facebook, YouTube et Twitter, dont Matthew Coleman.

Pour l’agent du FBI qui a interrogé Coleman, il ne fait aucun doute que les théories de David Icke ont fortement influencé ses visions. 

(Sources : Vice, 05.04.2022 & 10.09.2021)

L’influence de Guylaine Lanctôt

Les récents discours antivax ont remis sur le devant de la scène le personnage de Guylaine Lanctôt, source d’inspiration de nombreux conspirationnistes. Cela fait plus d’une trentaine d’années qu’elle diffuse son message antivaccin et anti-institutions.

Avec la pandémie, Guylaine Lanctôt a multiplié les séminaires, les présentations ou encore sa présence dans des vidéos. Ses propos, qui inquiètent les professionnels de santé, sont repris par de nombreux conspirationnistes antivaccin.

Guylaine Lanctôt est une médecin québécoise déchue. Radio Canada a enquêté sur elle et s’est infiltré dans une de ses sessions de développement personnel. Durant les trois jours, elle a expliqué que le but de la vie était de devenir un être souverain libéré de tout attachement matériel ou social. Elle-même a renoncé à ses rôles de citoyenne, de mère et de contribuable.   Selon elle, il faut abandonner les institutions financières, elle encourage aussi à quitter le système de santé. Sans conteste New Age, sa doctrine prône la transformation de l’être humain en un être souverain et libre. Ses enseignements comportent des risques pouvant entrainer la mort notamment par l’arrêt des traitements et des médicaments. 

Connue par son livre La mafia médicale dans les années 1990, elle semble bénéficier d’un regain de popularité à Guylaine Lanctôt grâce à la pandémie. Trouvant un nouveau public dans les sphères conspirationnistes, ses théories sur la maladie et le vaccin l’amènent à être citée ou invitée par des personnalités connues dans le milieu complotiste. Elle y partage ses idées empreintes de New Age comme le fait que le vaccin sépare le corps de l’âme ou que les virus seraient simplement un rejet des choses dont le corps n’a plus besoin. Elle a par ailleurs multiplié la publication de nouveaux livres et carnets présentant sa doctrine sur la santé, la société, la loi ou encore l’éducation. Son calendrier de conférences s’est largement rempli à la suite de la pandémie. Ses propos sont aussi mêlés à des idées répandues dans la sphère QAnon.

Le Centre d’expertise et de formation sur les intégrismes religieux, les idéologies politiques et la radicalisation a publié au début de l’année 2022 un rapport sur les discours complotistes qui se sont répandus au Québec durant la pandémie. On y retrouve Guylaine Lanctôt clairement identifiée comme l’un des fers de lance du mouvement New Age en ce qui concerne la santé. Du côté du Centre de la prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV) on constate que les idées sur la santé véhiculées par Lanctôt peuvent conduire des personnes à une radicalisation. Les individus vont adhérer à des principes allant à l’encontre de la médecine pouvant être dangereux. Les personnes se tournant vers ces idéaux sont bien souvent dans une période de questionnement ou de vulnérabilité.

Des témoignages accablants

L’été dernier, un chanteur québécois est décédé du sida. Il avait abandonné sa trithérapie après avoir découvert une théorie indiquant que le sida n’est qu’une invention pharmaceutique pour engranger des profits. Il est alors entré en contact avec Lanctôt qui lui a envoyé des articles démontrant « la fraude du VIH ». Dans un courrier, elle lui précisait que le VIH lui aurait été injecté par l’entremise d’un vaccin contre l’hépatite B et ne l’encourageait pas à suivre son traitement. Les proches du chanteur ont compris qu’il ne faisait confiance qu’aux idées de Lanctôt et ses disciples ; ils racontent qu’avant de mourir il se soignait avec des solutions d’eau salée, des suppléments alimentaires et des laxatifs.

Radio Canada a pu parler avec d’autres proches de victimes des théories de Lanctôt, qui témoignent que ces théories ont conduit à la mort de leurs proches. L’un a perdu ses deux sœurs. La plus grande ayant lu La Mafia médicale était convaincue que tout était une arnaque et que les médicaments ne servaient qu’à enrichir l’industrie pharmaceutique. Elle a transmis ses théories à son autre sœur.

Une autre victime témoigne qu’après la lecture de l’ouvrage elle a changé radicalement son mode de vie :  rejetant alors les vaccins pour ses enfants et se tournant vers des remèdes naturels. Elle n’a changé de point de vue qu’après avoir appris la leucémie de son fils mais il lui a fallu un long parcours psychiatrique pour abandonner de manière définitive ses croyances.

Les familles sont démunies face au peu de recours contre ce type d’agissements et de dérives. Elles aimeraient que la population soit protégée de ce type de gourou criminel. Du côté du collège des médecins, une ancienne membre regrette que, malgré sa radiation, Lanctôt continue de sévir dans le milieu de la santé alternative et estime qu’elle devrait être sanctionnée pour exercice illégal de la médecine.

Le parcours de Guylaine Lanctôt

Dans les années 1980, alors spécialiste en phlébologie, elle était considérée comme une experte dans son domaine. Possédant plusieurs cliniques au Canada et aux Etats-Unis, elle était alors perçue comme une médecin renommée possédant un bon sens du business. En 1992, elle explique qu’à la suite d’une conférence en France elle découvre le mouvement antivaccin. Elle débute alors la rédaction de son ouvrage La mafia médicale. Le livre est publié en 1994 et constitue la pierre angulaire de sa doctrine. Elle y critique fortement les vaccins qui seraient responsables de l’épidémie de sida et pourraient causer l’autisme. Elle dénonce l’establishment médical qui serait à la solde des industries pharmaceutiques. Au-dela d’un simple livre antivaccin et prônant une santé alternative cet ouvrage est clairement anti-institution. Les institutions de santé canadiennes décident d’intervenir estimant que l’ouvrage constitue un danger public dans le sens où il empêche les enfants d’être protégés et pousse les individus à l’abandon des traitements. Le Collège des médecins examine les failles dans le raisonnement de Lanctôt. En 1997, le comité tranche sur le fait qu’elle trompe le public par la communication d’informations inexactes et contraires aux données de la science et que ses opinions portent préjudice à la santé et au
bien-être public. Elle est alors radiée de façon permanente et perd ainsi son titre de médecin. Cette sanction rare montre l’ampleur de la situation.

Au-delà des soucis avec les institutions de santé, Guylaine Lanctôt a fait faillite. Avant la publication de son livre elle a tenté de vendre ses cliniques mais refusant les offres insuffisamment généreuses à son gout, elle est en faillite en 1995. Elle prétend alors ne plus rien avoir, ni propriété, ni droit d’auteur, ni cliniques. La justice constate que sa faillite est dûe à une insouciance et constate la disparition sans aucune explication de près de 200 000$ d’actifs. Dès lors, Guylaine Lanctôt cesse de se soumettre ses déclarations d’impôt, renie les institutions financières et se revendique citoyenne souveraine. Cela lui cause des problèmes avec la justice, elle purge une peine de deux ans de prison en 2008.

Devant les tribunaux, Guylaine Lanctôt a expliqué qu’elle refusait de participer au processus judiciaire, car elle ne s’identifiait plus comme Guylaine Lanctôt. Pendant les procédures, elle a même remis au juge un avis de décès annonçant le décès de cette dernière. Aujourd’hui, elle prétend lors de ses stages ne plus payer d’impôts et invite ses fidèles à faire de même en leur donnant des solutions pour se cacher du fisc, quitter les banques et avoir recours au travail au noir.  Elle explique aussi qu’il y a deux Guylaine Lanctôt : un être humain et une autre, créé par le gouvernement, qui doit payer l’impôt. Elle prétend ne plus posséder de biens, cependant selon l’enquête de Radio Canada la maison dans laquelle elle habite appartient à une associée de Lanctôt qui participe activement à la publication de ses livres et enseigne sa doctrine. Les profits dégagés par la vente des ouvrages ou encore les formations qu’anime Guylaine Lanctôt semblent difficile à évaluer. Son livre La mafia médicale a fait l’objet d’une réédition en 2021, elle publie de nombreux nouveaux ouvrages présentant sa doctrine et ses croyances. Ses stages sont encore régulièrement remplis. Elle d’un nouveau public issu des mouvements de contestation des mesures sanitaires. L’ensemble de ses rentrées d’argent lui permettrait de dégager un profit attrayant. Depuis plus de 30 ans, elle gravite autour des milieux antivaccin, New Age et complotiste, sa position d’ex-médecin lui conférant de plus une position d’autorité.  

(Source : Radio Canada, 03.03.2022)

Comment faire face au complotisme ? Dossier de Nice Matin publié du 9 février au 15 mars 2022

Pendant un mois et demi l’équipe de journalistes de la rubrique Solution du journal Nice Matin a tenté de comprendre les mécanismes du complotisme. Ouverte au public, cette rubrique traite de sujets choisis par les lecteurs suite un à sondage du journal. Parmi les trois sujets proposés en janvier le thème du complotisme avait été largement plébiscité par le public avec 52 % des suffrages.

Ce dossier explore sans parti pris le phénomène complotiste et essaie d’apporter des solutions pour ne pas être pris au piège, mais aussi pour aider ceux dont les proches ont été happés par la sphère complotiste.

Le dossier s’ouvre sur un test pour évaluer sa sensibilité aux thèses complotistes : https://www.varmatin.com/faits-de-societe/etes-vous-sensible-aux-theses-complotistes-faites-notre-test-743701

Dans le premier article publié le 13 février, le journal a demandé à plusieurs spécialistes du complotisme, dont Antoine Bristielle1, directeur de l’Observatoire de l’opinion à la Fondation Jean-Jaurès, Pourquoi le complotisme monte-t-il en puissance? https://www.nicematin.com/faits-de-societe/pourquoi-le-complotisme-monte-t-il-en-puissance-745071

Le second article, paru le 16 février 2022, recense « Cinq facteurs pour comprendre les mécanismes d’adhésion aux thèses complotistes ». Ces cinq facteurs : politique, sociologique, philosophique, cognitif ou encore liés aux réseaux sociaux numériques, ont été analysés par cinq chercheurs de la région Provence Alpes, Côte d’Azur : https://www.varmatin.com/faits-de-societe/cinq-facteurs-pour-comprendre-les-mecanismes-dadhesion-aux-theses-complotistes-746853

Le troisième article « Fake news et complotisme : cinq clés pour ne pas se laisser piéger », paru le 18 mars 2022, aborde la thématique des fausses informations et donne des clés pour s’en prémunir. https://www.nicematin.com/faits-de-societe/fake-news-et-complotisme-cinq-cles-pour-ne-pas-se-laisser-pieger-745860

Pour les deux suivants les journalistes de Nice Matin se sont rendus dans deux écoles pour en savoir plus sur l’éducation aux médias. Dans l’article, « Comment l’école aiguise les esprits : le rôle de l’éducation aux médias », paru le 09 mars 2022, elles ont constaté que les adolescents sont loin d’être naïfs et sont bien informés sur les manières de décrypter les informations qui leur arrivent sur les réseaux sociaux. Interrogé pour l’article, « Atelier fake news au collège : comment les ados s’orientent dans la jungle d’informations ? », Jean-Paul Delbrayelle, professeur de Sciences et Technologie au collège Jules-Romain, à Nice, et spécialiste en éducation aux médias, innovation pédagogique numérique éducatif, explique qu’il n’y a pas d’âge pour savoir déceler les fakes news, mais le plus tôt possible est le mieux pour apprendre à décrypter l’information et à vérifier des sources.

Lire les deux articles : https://www.nicematin.com/jeunesse/comment-lecole-aiguise-les-esprits-le-role-de-leducation-aux-medias-751948

https://www.nicematin.com/faits-de-societe/atelier-fake-news-au-college-comment-les-ados-sorientent-dans-la-jungle-dinformations-751416

Le sixième volet du dossier de Nice Matin s’est penché sur le désarroi de deux mères désespérées de ne plus avoir de nouvelles de leurs enfants qui refusent de se faire vacciner. Leurs témoignages sont parus le 27 février dans l’article  «Je n’ai rien vu venir : comment ces familles tentent de renouer avec leurs proches sensibles aux thèses complotistes », qui cite quelques conseils de l’Union nationale des Associations de défense des Familles et de l’Individu (Unadfi) pour garder le lien, comme respecter les opinions de ses proches embrigadés ou partager son expérience avec d’autres familles.

https://www.nicematin.com/faits-de-societe/je-nai-rien-vu-venircomment-ces-familles-tentent-de-renouer-avec-leurs-proches-sensibles-aux-theses-complotistes-748682

La guerre en Ukraine qui a éclaté le 24 février a été, dès le départ, le terreau fertile de nombreuses théories du complot. Nice Matin en a analysé quelques-unes dans l’article « 5 fausses informations qui ont circulé depuis le début de la guerre en Ukraine » paru le 04 mars 2022 https://www.varmatin.com/conflits/5-fausses-informations-qui-ont-circule-depuis-le-debut-de-la-guerre-en-ukraine-750684

Pour clore ce travail de plusieurs semaines, Nice Matin a tenté de retracer le parcours du fondateur du site internet Stop Mensonge, l’un des théoriciens du complot les plus connus et les plus anciens de la complosphère francophone. Paru le 12 mars, l’article peut être consulté via : https://www.nicematin.com/faits-de-societe/on-a-retrace-le-parcours-du-complotiste-laurent-freeman-de-breil-sur-roya-au-portugal-en-passant-par-las-vegas-752501  

(Source : On vous raconte les coulisses de notre dossier « Comment faire face au complotisme ? », Nice Matin, 15.03.2022)

  1. Antoine Bristielle a publié en février 2022 Voyage en terres complotistes chez Fayard.

Poursuite de l’enquête sur le réseau complotiste lié à Rémy Daillet

Mardi 22 mars, sept personnes ont été interpelées et placées en garde à vue, sur commission rogatoire des juges antiterroristes chargés du dossier sur Rémy Daillet, par des policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Elles sont soupçonnées d’avoir participé à « l’opération Azur » un projet de coup d’Etat fantasmé par Rémy Daillet.

Parmi les protagonistes interpelés figurent un ancien policier, un ancien militaire, d’anciens Gilets jaunes et une avocate en exercice. Ils ont été entendus pour des chefs « d’association de malfaiteurs terroriste criminelle » et « provocation à la commission d’acte de terrorisme ».

Rémy Daillet est soupçonné d’avoir monté, depuis la Malaisie, une organisation paramilitaire structurée en cellules régionales disséminées sur l’ensemble du territoire français, dont l’objectif était de renverser les institutions et redonner le pouvoir au peuple. Depuis, il a été extradé vers la France.

Les enquêteurs cherchent à déterminer si le rôle des personnes placées en garde à vue se limitait à des échanges sur les messageries chiffrées du groupe ou si elles ont pleinement pris part au projet d’action violente.

Parmi les activistes entendus, figure une psychologue et naturopathe âgée de 62 ans. Courant janvier 2021, elle avait proposé sa candidature à Christophe M. Cet ancien lieutenant-colonel de l’armée de terre décoré de la Légion d’honneur était devenu « l’officier recruteur » de l’organisation. Dans un mail capté par la DGSI, elle se dit « prête à toute action » et promet d’organiser un entraînement pour « ses troupes ».

La DGSI a aussi interrogé Sylvain B, un ancien Gilet jaune qui envisageait d’organiser « un truc un peu musclé où on aurait eu un peu plus de temps d’antenne, à BFMTV ou ailleurs ».

Une avocate inscrite au barreau de Paris a également été placée en garde à vue et ses locaux professionnels ont été perquisitionnés. Surnommée Vidular, elle était chargée au sein du groupe des aspects juridiques. Devenue au fil des mois une figure du complotisme français, elle accusait dans une vidéo le gouvernement de « terrorisme d’État, génocide et escroquerie en bande organisée ». Dans cette même vidéo elle incitait les forces de l’ordre et les militaires « à sortir de leur devoir de réserve ». Au début de l’année 2022, elle s’est illustrée par sa participation au collectif « Comité Corona » en Allemagne. Cette initiative, lancée par l’avocat Reiner Fuellmich, vise à traduire devant un tribunal populaire « ceux qui tirent les ficelles ». L’avocate défend l’idée selon laquelle la pandémie est une machination destinée à « inoculer une substance expérimentale nocive ». L’avocate a également porté plainte contre des parlementaires français ayant voté en faveur de la loi du 5 août 2021 sur la gestion de la crise sanitaire, pour le compte de plusieurs associations, en particulier BonSens.org, dont les fondateurs sont Xavier Azalbert, directeur de la publication de FranceSoir et le complotiste ufologue Silvano Trotta1. A peine relâchée de sa garde à vue, début avril, l’avocate a déposé plainte contre La République en Marche pour le compte de BonSens et l’Association Internationale pour une Médecine Scientifique Indépendante et Bienveillante. Les plaignants accusent LREM de « dérives sectaires », « d’abus frauduleux de l’état d’ignorance et de la situation de faiblesse », ainsi que de « complicité d’empoisonnement et de génocide » pour sa gestion de la crise sanitaire. 

(Sources : Le Parisien & Marianne, 23.03.2022)

Lire sur le site de l’Unadfi  :

Garde à vue pour Rémy Daillet : https://www.unadfi.org/actualites/domaines-dinfiltration/internet-et-theories-du-complot/garde-a-vue-pour-remy-daillet/

Démantèlement d’un réseau complotiste qui préparait des actions violentes, https://www.unadfi.org/actualites/domaines-dinfiltration/internet-et-theories-du-complot/demantelement-dun-reseau-complotiste-qui-preparait-des-actions-violentes

1. Pour en savoir plus sur Silvano Trotta, lire sur le site de l’Unadfi : Silvano Trotta : d’ufologue à pseudo épidémiologiste, https://www.unadfi.org/actualites/domaines-dinfiltration/internet-et-theories-du-complot/silvano-trotta-d-ufologue-a-pseudo-epidemiologiste/

Le virage spirituel de l’un des complotistes les plus influents de France

Pour le dernier article de sa série sur le complotisme, le journal Nice Matin s’est penché sur le parcours de Laurent Gouyneau, l’une des figures du complotisme français, plus connu sur internet sous le nom de Laurent Freeman. Ce dernier s’est fait un nom sur la toile grâce au site Stop Mensonge qu’il a fondé en 2012.

Stop mensonge a été pendant de nombreuses années l’un des plus importants sites francophones relayant des théories du complot. Y figurait les théories conspirationnistes les plus connues comme celles sur les Illuminati, le 11 septembre 2001 ou le Nouvel ordre mondial… En 2018 il recevait près d’un million de visites par mois.

En 2019, un tournant spirituel s’opère, et le site est rebaptisé Lumière sur Gaïa. Lui aussi connaît un fort engouement sur la toile avec 450 000 visites par mois en 2020, mais il y est davantage question d’éveil et de méditation. Même si les théories complotistes y figurent encore, il propose surtout des « cours en miracles »1 et des ateliers spirituels via zoom auxquels il est possible d’accéder pour 12 euros. L’argent est reversé à l’association Bem Haja, une communauté centrée sur le bien-être et la quête de vérité installée au Portugal.

Lorsqu’il a lancé Stop mensonge en 2012, Laurent Freeman n’était pas un novice sur la toile : en 1997 déjà, il avait créé un site internet immobilier dont l’ambition était de toucher une vingtaine de pays. Ne trouvant pas d’investisseurs français, il s’était installé aux Etats-Unis. Durant la même période, il s’inscrit sur Meetup, une plateforme de réseautage social où il « étanche sa soif de savoir » et mène « une quête de vérité ». C’est peut-être là qu’il tombera dans le complotisme ?

On ne sait pas grand-chose sur son retour en France, mais après un court passage, en 2020, à Breil-sur-Roya (04), il rejoint le Portugal avec ses fidèles.

Interrogé par Nice Matin sur son parcours complotiste, celui qui clamait en 2016, dans le journal Society, être « un résistant au même titre que Dieudonné » et se réclamait des thèses du militant négationniste Robert Faurisson, explique dorénavant : « Je ne regarde pas les médias depuis bien longtemps et ne me sens concerné en rien de tout cela. »

Désormais, installé dans la vallée du Douro au Portugal où il a acquis deux terrains, le premier en octobre 2021 et le second en mars 2022, il guide les gens vers le « réveil de la conscience Christique ».

Dénommée Bem Haja la communauté ambitionne de devenir semi-autonome. Ses membres prévoient de construire des infrastructures pour recevoir des visiteurs, ainsi que des habitations pour les résidents permanents.

Le parcours de Laurent Freeman a amené Nice Matin à s’interroger sur la frontière entre complotisme et dérives sectaires. En effet, son projet rappelle celui de One Nation, observe Conspiracy Watch et pourrait s’inscrire dans la mouvance des Citoyens souverains dont l’objectif est de vivre en marge de l’Etat.

Depuis 2014, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) n’a reçu que trois saisines sur Laurent Freeman et son site.

Pour l’Union nationale des Associations de défense des Familles et de l’Individu victimes de sectes (Unadfi) : « Chacun a le droit d’avoir ses croyances », toutefois « le problème c’est quand elles deviennent un danger pour le vivre-ensemble ». L’association note également une « convergence inquiétante entre marché du bien-être, crise sanitaire, théories du complot et dérives sectaires ». 

(Source : Nice Matin, 12.03.2022)

Lire sur le site de l’Unadfi : A Course in Miracle » une bible New Age : https://www.unadfi.org/actualites/groupes-et-mouvances/a-course-in-miracle-une-bible-new-age/

Peut-on parler de spirale conspirationniste ?

Une étude menée par des chercheurs de l’Université Massey, à Auckland, en Nouvelle Zélande aurait démontré qu’une croyance conspirationniste en étaye d’autres et qu’elles se renforceraient les unes et les autres.

Le domaine de la psychologie cognitive a depuis longtemps montré que les personnes susceptibles de croire en des théories du complot sont plus promptes à en croire d’autres. Mais jusqu’à présent la théorie dominante reposait sur des facteurs psychologiques individuels comme des tendances anxieuses, paranoïaques ou un besoin de « se distinguer socialement ».

Pour réaliser leur étude, les chercheurs ont interrogés un panel de 1553 adultes recrutés sur Prolific1 et les ont interrogés sur leur degré d’adhésion à diverses théories du complot telles que la croyance au Nouvel Ordre mondial, à l’élaboration du Covid-19 en laboratoire, au mensonge sur l’alunissage en 1969, aux dangers de la 5G.

Les réponses des participants à l’étude ont abouti à l’élaboration d’une « carte des associations de croyances entre différentes théories conspirationnistes ».


Ainsi la carte a clairement mis en évidence qu’une personne ne croyant pas en l’alunissage de 1969 était plus susceptible de penser que le gouvernement américain avait menti sur le 11 septembre 2001 et pouvait adhérer à l’idée d’un gouvernement mondial dirigeant secrètement le monde.


Pour Matt Williams, maître de conférences à la Massey University, l’intérêt de cette cartographie est de démontrer qu’une théorie du complot peut mener à d’autres et qu’une théorie conspirationniste bénigne peut amener à en croire d’autres beaucoup plus irrationnelles par association d’idées. Il semble donc qu’aucune théorie conspirationniste ne soit à négliger, de la plus anodine à la plus dangereuse.


(Source : RTBF, 02.02.2022)

  1. Plateforme conçue pour les recherches universitaires permettant de recruter des participants à des études.

Quel bilan un an après l’assaut du capitole ?

 Début janvier 2021, l’attaque du Capitole a permis au monde de découvrir le groupe QAnon. Aujourd’hui, même s’il est divisé, le groupe continue de créer et d’alimenter les discours conspirationnistes.

Le fait que Donald Trump n’ait pas été réélu à la présidence des Etats-Unis ainsi que la non-réalisation d’autres prophéties ont entrainé de nombreux complotistes adhérant aux idées de QAnon vers la repentance. D’autres au contraire ont renforcé leurs croyances. Le groupe a aussi connu des tensions en interne et de nouvelles personnalités ont émergé alors que le célèbre « Q » n’a pas diffusé de message depuis longtemps. Certains nouveaux adeptes rassemblent autour d’eux d’importantes communautés et appellent à des actions violentes. C’est le cas de Romana Didulo qui avait appelé ses 70 000 abonnées à attaquer des centres de vaccination. Pour Tristan Mendès-France, maître de conférences associé à l’Université de Paris et spécialiste des cultures extrêmes, la division de QAnon entraîne le risque de voir des petites communautés se former avec des membres très radicaux.

Il est difficile d’estimer le nombre d’adhérents à QAnon, le groupe n’étant pas structuré et s’organisant principalement en ligne. Certains individus ne revendiquent pas une appartenance au groupe mais restent perméables aux idées conspirationnistes qu’il défend. Comme l’explique Tristan Mendès-France, on peut aussi retrouver certains marqueurs de QAnon dans un groupe sans que celui-ci soit étiqueté QAnon. Le groupe se trouve maintenant sur des réseaux sociaux moins connus comme Odysee, VK ou Telegram. Les idées conspirationnistes continuent à circuler comme le fait que Joe Biden serait en prison à la Maison Blanche et aurait été remplacé par un acteur. Le pouvoir serait alors secrètement détenu par Donald Trump et l’armée. Autre idée, celle que certains dirigeants de pays, comme Emmanuel Macron, ont été exécutés en 2018 et remplacés par des sosies.

Un an après l’assaut du Capitole les spécialistes constatent que les théories de QAnon ont aussi infusé la société américaine. Durant le courant de l’année 2021, un sondage montrait que 15% des Américains croient en l’existence d’une élite pédosatanique dirigeant secrètement le monde. Cette théorie est l’une des rengaines défendues par QAnon.

En France, le groupe n’a pas non plus une réelle existence mais certaines personnes défendant les idées complotistes ont largement relayé les discours de QAnon, comme Jean-Bernard Fourtillan fervent antivaccin qui affirmait en décembre 2021 que Donald Trump était secrètement au pouvoir.  QAnon est aussi implanté dans d’autres groupes anti-vaccins et opposants aux mesures sanitaires comme ReinfoCovid. Certains groupes comme les DéQodeurs se sont eux désolidarisés de certaines théories du groupe mais en conservent certaines idées comme le trucage de l’élection de Joe Biden ou la nocivité des vaccins contre le Covid-19 qui tueraient plus qu’ils ne protègent.  

(Sources : Le Monde, 07.01.2022 & La Croix, 11.01.2022)

Parler à un proche complotiste

Ce témoignage est celui d’une femme américaine qui ne sait plus comment aborder son frère devenu l’archétype du complotiste moderne : antivax notoire, imprégné de diverses théories conspirationnistes plus loufoques les unes que les autres, et dont le nombre de followers sur les réseaux atteint maintenant 12 500.

Elle nous livre ses tiraillements sur l’attitude à adopter face à lui. Une partie d’elle-même s’inquiète et veut sauver son frère, une autre a envie de rire tant les fake news ou théories relayées sont grotesques. Une autre encore s’apprête à lui claquer la porte au nez tant les conséquences de tels discours paraissent graves et intolérables. Elle craint que des réponses froides et rationnelles face aux vidéos que lui envoie son frère n’aient aucun impact, voire même qu’il se radicalise encore davantage. Elle compare la fracture progressive qui divise sa famille à celle que la société américaine connaît actuellement. 

Selon elle, et comme l’a théorisé le professeur agrégé de psychiatrie Frank Yeomans, il existe des personnalités « narcissiques malignes » qui répandent des théories du complot dans les « esprits captifs » de leurs partisans et prennent plaisir à s’autoglorifier tout en détruisant les autres. Des profils comme Hitler font appel à une masse de gens dont le sentiment d’impuissance est fort. Ces dirigeants catalysent puis militarisent des espoirs, des croyances. Puis ils s’en prennent à la personne ou au groupe désigné comme responsable de tous les maux de la société. F. Yeomans pense que Donald Trump réunit les caractéristiques de ce type de personnalité.

Ce genre de personne s’appuie dans un second temps sur des intermédiaires qui propagent les théories du complot (entreprises, politiciens, célébrités), prêts à justifier toutes les actions du narcissique malin pour conserver leur pouvoir.

Enfin, une troisième catégorie de complotistes se dessine, des gens comme le frère de l’auteure, qui essaient de donner un sens au monde et à leur vie. Les informations conspirationnistes les y aident. La théorie de la dissonance cognitive (attribuée au psychologue Leon Festinger) permet également de comprendre comment l’esprit humain est capable d’extraordinaires efforts pour rechercher une cohérence psychologique interne face à des idées opposées.

La journaliste conclut son article sur la nécessité de maintenir un lien avec ces personnes et de conjuguer sagesse et compassion dans le rapport entretenu.   (Source : Huffington Post, 21.01.2022)