Les mouvements sectaires toujours présent

Dans un dossier du 15 octobre 2019, l’hebdomadaire Maxi, a abordé le phénomène sectaire. Le magazine parle de l’évolution du phénomène notamment de la place croissante des réseaux sociaux dans la mise sous emprise, des domaines d’infiltration de prédilection des mouvements sectaires puis de la prévention, la vigilance et l’aide fournie par les associations. Lire la suite

Fin annoncée de la Miviludes : quelles perspectives pour les victimes ?

La France est enviée par beaucoup de pays pour sa prise en compte des dangers du phénomène sectaire. En mettant en place l’Observatoire des sectes d’abord, la Mils et depuis 2002 la Miviludes (Mission Interministérielle de lutte et de vigilance contre les dérives sectaires), les gouvernements successifs ont montré qu’ils prenaient la mesure de la dangerosité de l’emprise sectaire et reconnaissaient sa spécificité:

Lire la suite

Panorama de l’activité sectaire dans l’Aube

Dans les numéros du 4 au 5 mars 2019, l’Est Éclair a donné la parole à Catherine Picard, présidente de l’UNADFI et Guy Villard président de l’ADFI Aube qui ont dépeint et décrypté l’évolution du phénomène sectaire en France et plus particulièrement dans le département de l’Aube. Lire la suite

Hommage à Jacqueline DESCAMPS

L’UNADFI a la tristesse d’annoncer le décès de Jacqueline DESCAMPS, présidente honoraire de l’ADFI de Nantes, qui a fait partie des premiers combattants de la lutte contre les dérives sectaires aux côtés de Magdeleine LASSERRE, ancienne présidente de l’UNADFI (1982-1993) et de Claire CHAMPOLLION, présidente de la première ADFI fondée à Rennes en 1974.

Lire la suite

Baisse des subventions : le cri d’alarme des associations

Le Centre contre les manipulations mentales (CCMM) et l’Union nationale des associations de défense des familles et de l’individu victimes de sectes (UNADFI) constatent avec amertume une baisse substantielle de leurs subventions. Elles s’interrogent sur cette inflexion du Gouvernement alors que, sur le terrain, elles observent que l’activité sectaire est loin d’être sur le déclin. Selon les dernières estimations officielles 500.000 personnes et 50.000 enfants seraient sous emprise en France. Alors pourquoi cette baisse d’intérêt et de moyens octroyés à la prévention sur le sujet ? Lire la suite