Hors-série Actualités de l’Unadfi N°3 // Spécial Covid-19

Depuis plusieurs mois, l’actualité montre que mouvements sectaires et complotistes profitent de la crise sanitaire de la Covid-19 pour déverser leur flot d’inepties. La vaccination est leur principale cible : elle ne constituerait e plus seulement un risque pour la santé, elle rendrait homosexuel, serait le fruit d’une action globale des élites visant à asservir l’humanité, elle permettrait le traçage de la population ou encore modifierait l’ADN.

Depuis l’attaque du Capitole par les adeptes de QAnon, les autorités françaises ont pris la mesure du danger qu’encourent les Etats. S’il est peu présent en France, des « sympathisants » de ce mouvement devenu international déversent son discours anti-institutions et anti-médecine à travers des sites dédiés à des pratiques de soins non conventionnelles ou à la spiritualité new age.
Le terme conspiritualité, créé en 2011 par les anthropologues Charlotte Ward et David Voas, prend tout son sens dans le contexte actuel : il décrit la fusion des théories du complot et de la spiritualité, notamment celle du New Age, et s’applique à ces théories fleurissant sur le web. Prétextant le contrôle de la société par une élite, les new agers appellent à un « changement de paradigme » dans le prétendu but d’émanciper la société de cette élite.

Et force est de constater qu’Internet est devenu le lieu de recrutement, de prosélytisme et de développement de groupes virtuels où l’emprise mentale s’exerce même à distance.

La volonté affichée de Marlène Schiappa de lutter contre les sectes et toutes formes de radicalités est un espoir pour les victimes de ces mouvements fragilisant nos démocraties.

Lire le dossier en pdf

La vision new age de la féminité sert-elle vraiment la cause des femmes ?

Porté par l’attrait de nombreuses jeunes femmes pour la sorcellerie, un nouveau féminisme se fait jour. Partant de l’idée supposée que les premières sociétés auraient été matriarcales, les femmes qui auraient eu à l’époque la responsabilité du soin, revendiquent aujourd’hui ce pouvoir confisqué par les hommes. Lire la suite

A voir : Le retour des sorciers, Martin Weil, TMC, 09.06.2021,

L’ésotérisme a le vent en poupe auprès des jeunes. Le journaliste Martin Weil a enquêté sur les raisons de ce regain d’intérêt qui a  dépoussiéré des pratiques occultes, considérées autrefois comme folkloriques, pour les faire entrer de plain-pied dans le 21ᵉ siècle. Lire la suite

L’inquiétante dérive de Jean-Jacques Crèvecoeur

Isabelle Hachey du journal canadien La Presse a récemment découvert les vidéos de Jean- Jacques Crèvecoeur. Celle diffusée le 24 mai 2021 l’a particulièrement inquiétée, si bien qu’elle a décidé de le contacter, mais l’entretien s’est mal passé1. Lire la suite

Que sait-on de ? Le Mandarom

Le mouvement a été fondé en 1969 par Gilbert Bourdin. Au début des années 1960, Gilbert Bourdin effectue un voyage en Inde dans un ashram. A son retour en France, il s’isole dans une grotte pour pratiquer la méditation puis devient professeur de yoga et pratique la naturopathie. C’est en 1969, qu’il décide de fonder le Mandarom et de s’installer à Castellane en Provence. Il souhaite que ce lieu devienne le siège de son mouvement : l’aumisme. Il s’agirait d’une synthèse de toutes les religions dont l’une des croyances principales est que Dieu est unique et est le même pour tous. Le groupe doit pratiquer des « Batailles Terrestres et Cosmiques », pour « mettre fin au règne du mal cosmique ». L’aumisme vise à une recherche d’équilibre entre le corps et l’esprit, les adeptes pratiquent le végétarisme, le hatha-yoga, ou encore la naturopathie. Lire la suite

Le yoga : porte d’entrée du complotisme ?

Avec l’épidémie de Covid-19, les théories complotistes ont pénétré l’intégralité de la société et les groupes de bien-être et de yoga ne semblent pas épargnés par cette tendance. Cette diffusion se fait par le biais d’influenceurs ou influenceuses qui propagent notamment les théories de QAnon.  Lire la suite

L’entreprise du bonheur au coeur d’une enquête de la chaîne espagnole La Sexta

Une enquête d’Equipo investigaçion, diffusée mi-février sur la chaîne espagnole La Sexta, s’est penchée sur le lucratif marché du développement personnel. Intitulée L’entreprise du bonheur, l’émission, comprenant plusieurs reportages, a démontré que, malgré leur succès, les livres d’auto-assistance pouvaient se révéler dangereux, tout comme les gourous en vogue en Espagne auxquels cet engouement profite bien davantage qu’à ceux qui paient pour acheter leurs recettes miracles. L’enquête a également dévoilé que certains ateliers de méditation pouvaient cacher des sectes comme Brahma Kumaris. Lire la suite