La Scientologie à l’assaut de la région parisienne

En réaction à l’achat par la Scientologie, pour 33 millions d’euros, d’un bâtiment à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)1, Libération a publié un dossier analysant les tenants et les aboutissants de cet achat et fait un point sur l’état du mouvement. Lire la suite

Les accords toltèques à Matignon ?

Checknews le service de vérification de l’information de Libération a été questionné par un internaute qui souhaitait savoir si Matignon avait réellement prévu d’engager des coachs pour promouvoir les femmes aux plus hauts postes de l’Etat, grâce à la spiritualité Toltèque.

Cette question fait suite à un article publié par La Lettre A1, qui révèle que la Mission Cadres Dirigeants auprès du Secrétariat Général du Gouvernement souhaitait engager Marion Balseinte, coach formée aux rites toltèques. Gérante de Créalyde, elle organise des ateliers pour retrouver la source de sa puissance personnelle dans le cadre d’un cycle de formation intitulé « la voie du féminin ». Elle a été formée auprès de l’auteur ésotérique Maud Séjournant, importatrice en France de la théorie des 4 rites toltèques du chaman mexicain Don Miguel Ruiz. Ce chaman a publié sur ce sujet un ouvrage devenu un véritable succès populaire auprès des adeptes du développement personnel.

Marion Balseinte propose aussi des formations en entreprise sur le thème du leadership au féminin. Ses séances avaient été sélectionnées par Matignon en juillet 2018 pour permettre à des femmes de révéler leur potentiel de cadre de haut niveau. La coach dément toute influence liée à la spiritualité toltèque dans ces stages.

Afin d’éteindre le feu allumé par l’article de La Lettre A, Florence Méaux, déléguée aux cadres dirigeants, a annoncé qu’elle renonçait à la tenue de cette formation.

(Source : Libération, 08.04.2019)

1. Publication numérique consacrée aux actualités politique économique et médiatique en France.

Un journaliste chez Charisma

Un journaliste du mensuel Neon a pu assister à un culte au sein de l’église Charisma1. Cette église pentecôtiste, non reconnue par le Conseil national des évangéliques de France (CNEF), se prétend la plus grande église de France et revendique plus de 14 000 fidèles. La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a reçu de nombreux signalements sur l’organisation.

Lire la suite

L’avenir du Brésil aux mains des évangéliques ?

59% des brésiliens ont accordé leur confiance à Jair Bolsonaro en lui permettant d’accéder à la présidence de leur pays. A l’évidence, ce candidat d’extrême droite a été en partie porté par les églises évangéliques qui représentent aujourd’hui 29% de la population. 72,5% d’entre leurs membres auraient voté pour lui.

La presse internationale s’interroge sur cette déferlante évangélique et sa forte influence sur les fidèles. Autre observateur, Lamia Oualalou, auteure de Jésus t’aime ! La déferlante évangélique a tenté d’expliquer comment ces différentes églises ont pu gagner la confiance des Brésiliens au point d’avoir permis à un candidat d’extrême droite d’accéder au pouvoir.

Les évangéliques à la conquête du Brésil

Pays rural, le Brésil est devenu en près de quarante ans un pays citadin entrainant une transformation sociale et sociologique. L’État et l’Église catholique (alors majoritaire dans le paysage religieux), peinant à s’adapter à cette métamorphose, ont progressivement quitté les quartiers populaires : d’un côté l’Etat disparaissait en même temps que l’économie produisait plus de précarité, de l’autre, l’Église catholique désertait les zones pauvres suite à une décision politique du pape Jean-Paul II opposé au bloc communiste et défavorable à la théologie de la libération.(…)

Lire la suite en pdf