La mouvance évangélique dans l’hexagone

Selon des données communiquées en exclusivité à l’Express, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) a reçu plus de 190 saisines concernant la mouvance évangélique en 2021. Deux points semblent inquiéter plus spécifiquement : les abus financiers et les promesses de guérison miraculeuse.

Ces chiffres fournis par la Miviludes ne sont pourtant pas nouveaux. En 2020, la mission avait reçu environ 200 signalements et quatre affaires avaient été judiciarisées. De nombreuses églises ont été signalées à la Miviludes lors des dix dernières années. Si parfois elles sont le fait de pasteurs isolés, souvent autoproclamés, les dérives sectaires proviennent aussi de plus grosses structures établies comme l’Eglise Universelle du Royaume de Dieu (EURD, aussi connue sous le nom de Centre d’Accueil Universel). Ce mouvement d’origine brésilienne est connu pour effectuer un prosélytisme offensif mais aussi pour ses positions controversées sur différents sujets de société. Les exigences financières constituent un point d’inquiétude pour la Miviludes : les adeptes sont fortement incités à faire des dons, achats, dîmes ou offrandes en tout genre. Les pasteurs usent de leur charisme ou utilisent des causes nobles pour pousser les adeptes à donner. L’argent va bien souvent servir à financer le train de vie du pasteur.

Les mouvements évangéliques organisent aussi souvent des séances de « guérisons » miraculeuses basées sur la foi et la prière en totale opposition avec la médecine. Ce qui constitue un risque pour les personnes malades choisissant d’abandonner leur parcours de soins. La pandémie a entrainé une hausse de ces offres de guérison.

Face à la pandémie, certains pasteurs et certains mouvements perçoivent la vaccination comme la « marque de la bête » qui entraînerait pour le vacciné une perte d’autonomie au profit de Satan. Ces messages montrent qu’au sein de la population évangélique prospèrent des discours anti-vaccination et méfiants vis-à-vis de la science. Cela peut s’expliquer par le fait que de longue date certains évangéliques sont suspicieux vis-à-vis des gouvernements perçus comme un pouvoir antichrétien.  Au niveau de la santé, certains groupes évangéliques proposent aussi des jeûnes assortis de prières en traitement de certaines pathologies cardiaques ou d’addictions. Encore une fois cela entraîne un risque d’abandon de soins pour les malades. Certaines églises vont jusqu’à défendre l’idée qu’il faut laisser le corps agir par lui-même et laisser faire la foi face à certaines maladies et notamment face au Covid. 

(Sources : L’Express, 22.12.2020 & 26.12.2021)

Les pasteurs ne sont pas immortels

Aux Etats-Unis de nombreux pasteurs nient la gravité de la pandémie et découragent leurs fidèles de suivre les mesures sanitaires. Pourtant des pasteurs mais aussi des adeptes sont décédés des suites d’une infection à la Covid-19.

De nombreux pasteurs à travers le monde ont par exemple affirmé que Dieu les empêcherait de tomber malade, que la prière pourrait aussi les guérir. Ces propos et ces croyances s’avèrent dangereuses et mortelles et ont conduit à des décès. Il arrive que des familles de fidèles se tournent vers des prédicateurs ou des guérisseurs au lieu de professionnels de santé et mettent en danger leur santé. Les pasteurs ont une connaissance des doctrines religieuses mais n’ont aucune expertise ni compétence dans les domaines médicaux et scientifiques.  

(Source : salon.com, 15.12.2021)

Une église contre les mesures sanitaires

Steve Gesualdi, pasteur de l’église évangélique Good News Chapel de Montréal, prêche ouvertement contre les vaccins, le port du masque ou encore le pass sanitaire. Il les compare à un système sorti du « livre de Satan ». Pourtant au sein du mouvement plusieurs personnes ont contracté le Covid et certaines en seraient mortes.

Par peur des représailles les membres de l’église ont des difficultés à témoigner mais des proches de membres du groupe n’hésitent pas à le faire. Un infirmier ayant contracté la Covid auprès d’un ami membre du groupe constate que les malades sont de plus en plus nombreux à cause des rassemblements du groupe. Autre témoignage celui d’une dame dont un proche, adhérant au groupe, se trouve en soins intensifs.

En cause, dans ces témoignages, les considérations du pasteur à l’égard des mesures sanitaires et notamment la vaccination. Cette dernière y est perçue comme la « marque de la bête » dépeinte dans l’Apocalypse (livre de la Bible). Elle serait l’œuvre de Satan provenant de Big Pharma et non de Dieu.  Le port du masque et la distanciation sociale sont vus comme des hérésies. A de nombreuses reprises le non-respect des règles sanitaires au sein du groupe aurait été porté à l’attention des autorités de santé publique ; mais sans aucune plainte officielle, elles ne peuvent intervenir. La police a pu cependant visiter les lieux mais aucune infraction n’a été constatée.  (Source : Le Devoir, 07.12.2021)

Maternité et soumission des femmes dans un mouvement chrétien fondamentaliste

Le mouvement Quiverfull qui prône une lecture littérale de la Bible repose sur deux fondements idéologiques : la soumission totale des femmes à leur mari et le refus de toute planification des naissances.

Ce courant chrétien évangélique fondamentaliste né dans les années 1980 aux Etats-Unis revendique un retour à des rôles genrés très stricts. Les enfants étant considérés comme un « don de Dieu », les familles sont nombreuses, parfois de douze enfants ou plus. L’école à la maison fait aussi partie des principes d’éducation du mouvement, avec une défiance envers les « écoles du gouvernement ».

La soumission des femmes se fonde sur une lecture littérale de certains versets de la Bible et sur l’idée que la relation entre le mari est la femme est semblable à celle entre Dieu et son Eglise. Dans ces communautés extrêmes, la femme n’a ni le droit de conduire ni celui de voter.

Le mouvement a par ailleurs fait l’objet de plusieurs alertes pour des violences sexuelles et conjugales. En 2015, un rapport de police rendu public a révélé qu’un des fils de la famille Duggar, âgé de 15 ans au moment des faits, avait agressé plusieurs jeunes filles dont ses sœurs. Il a été arrêté en 2021, avec détention d’images pédopornographiques.

Outre les violences conjugales, les punitions corporelles envers les enfants font aussi scandale. Dans plusieurs affaires, des parents appliquaient les méthodes de Michael et Debi Pearl, connus pour leur ouvrage « To train up a child » préconisant des châtiments jugés appropriés à l’éducation des enfants.

Des personnes ayant quitté le mouvement soulignent ces dérives. « J’ai été endoctrinée à voir le monde entier à travers un filtre religieux […] Les seules choses que j’ai apprises à la maison tournaient autour du rôle que l’on m’a assigné en tant que fille et future épouse », déclare Cynthia Jeub, ancienne membre de la communauté.

Kathryn Joyce, journaliste et auteur de Quiverfull : inside the patriarchy movement, note que des communautés d’anciens Quiverfull se créent en ligne pour aider à quitter le mouvement, s’entraider et gérer les post-traumatismes.   (Source : Slate.fr, 19.11.2021)

 

 

 

 

Publication du rapport 2018 – 2020 de la Miviludes

A la fin du mois de juillet 2021 est paru le rapport d’activité et d’études de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) couvrant la période de 2018 à 2020. La mission alerte sur une augmentation des dossiers concernant le domaine de la santé, notamment depuis le début de la crise sanitaire, et montre comment les groupes sectaires ont réussi à adapter leurs propositions à cette crise. Lire la suite

Un gourou en fuite

David Storm, prédicateur évangélique installé un temps à Lyon puis à la Réunion, serait en fuite depuis qu’un article a rapporté diverses accusations à son encontre. Il est poursuivi pour des faits de viols sur mineures et escroquerie. Les enquêtes sont toujours en cours. Lire la suite

Une église protestante suspectée d’abus de faiblesse

Installée depuis 20 ans sur l’île de la Réunion, l’Église protestante Extravagance avec à sa tête le pasteur Bruno Picard, est soupçonnée d’abus de faiblesse et d’extorsion de fonds sur ses adeptes. Une enquête est menée par la brigade financière de Saint-Pierre. Lire la suite

Publication d’un rapport sur les nouvelles tendances sectaires

À la fin du mois de février 2021, un rapport commandé par Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté a été rendu public. Ce document a été réalisé par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes),en collaboration avec l’inspection générale de la police nationale et l’inspection générale de la gendarmerie nationale. Amplement relayé par les médias, ce rapport a permis d’attirer l’attention sur les tendances sectaires actuelles, leurs dangers et aussi leur développement accéléré par la crise sanitaire. Lire la suite