Le Sénat vote en faveur de l’interdiction des thérapies de conversion

La Haute assemblée, après l’Assemblée nationale, a adopté à 305 voix contre 28 une proposition de loi soutenue par le gouvernement interdisant les pratiques qui visent à imposer l’hétérosexualité aux personnes lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT).

Les sénateurs ont dénoncé des pratiques qualifiées de « barbares, « indignes » et « d’un autre âge ». La proposition de loi prévoit un délit spécifique pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 Euros d’amende contre les « thérapeutes » ou religieux qui prétendent « guérir » les homosexuels et les transsexuels.

Elisabeth Moreno, ministre chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, a dénoncé ces pratiques comme « des atteintes insupportables à l’intégrité humaine ». Ces actes pouvaient déjà tomber sous le coup de la loi quand ils étaient associés à des violences, abus de faiblesse,
exercice illégal de la médecine, harcèlement ou discrimination. Or il s’agit, selon la ministre, de mieux identifier le délit. Comme le précise le rapporteur Dominique Vérien, « nommer le délit c’est poser une interdiction franche et c’est reconnaître le mal qui est fait ».

Députés et sénateurs, après des débats vifs, doivent désormais s’accorder sur une version commune du texte pour faire adopter la loi, mais l’Assemblée nationale, très majoritairement favorable au texte, aura le dernier mot.

D’autres pays ont déjà interdit ces pratiques en Europe (Malte, Allemagne, Espagne). Au Canada un projet de loi a été adopté début décembre..  

(Sources : Huffington Post, 08.12.2021 & Le Monde, 08.12.2021)

Un milliardaire mormon démissionne avec fracas de l’Eglise

Jef T. Green, un milliardaire mormon de l’Utah a annoncé son départ de l’Eglise des Saints des Derniers jours (LDS). L’homme âgé de 44 ans, faisant partie des plus riches personnalités de l’Utah, a aussi fait part de son intention de faire don de 600 000 dollars à une association qui défend les droits des homosexuels de l’Etat.

Dans la lettre de démission qu’il a adressée au chef de son église locale, il explique avoir renoncé depuis une dizaine d’années aux enseignements de l’Eglise en raison de problèmes qu’il rencontrait avec elle et de ses préoccupations quant à son histoire récente. Selon lui, « l’Église mormone a entravé les progrès mondiaux en matière de droits des femmes, de droits civils et d’égalité raciale, et de droits LGBTQ+ ».

Dans ce même courrier, il demande que ses données personnelles soient effacées des registres de l’Eglise et souhaite recevoir une réponse confirmant qu’il n’en est plus membre.

Dans sa lettre, il critique la richesse de la LDS et déplore sa façon de gérer les dons des fidèles, « dont certains sont pauvres » note-t-il. D’après un document déposé auprès de la Securities and Exchange Commission1 par la LDS, le fonds d’investissement alimenté par les dons des membres détenait 48 milliards de dollars fin septembre 2021. La gestion de ce fonds a, d’ailleurs, fait l’objet d’une enquête ces dernières années car l’un de ses anciens gestionnaires accusait l’Eglise d’avoir trompé ses membres quant à son utilisation. Si la LDS affirme qu’elle garde l’argent en cas de ralentissement économique, James Huntman, un ancien membre éminent, l’a accusée de l’utiliser à des fins commerciales. Mais sa requête en justice a été rejetée par un juge fédéral en septembre 2021.

Jeff T. Green a, quant à lui, promis de faire don de plus de 90% de sa fortune avant ou à sa mort et a annoncé un don de 600 000 dollars pour Equality Utah, un organisme qui défend les droits LGBTQ+. Il souhaite que la moitié soit placée dans un fonds pour aider les étudiants, en particulier ceux qui voudraient quitter l’université Brigham Young (parrainée par la LDS) qui interdit tout « comportement romantique homosexuel ».

Onze membres de sa famille et l’un de ses amis ont également démissionné.  

(Sources : Le Parisien, 22.12.2021 & Slate, 22.12.2021)

1. Organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers.

La face sombre du Falun Gong dévoilée par une enquête d’ABC

Background Briefin, une émission d’enquête en podcast du média australien ABC, a diffusé cet été une enquête en trois parties, « Le pouvoir du Falun Gong ». Réalisée conjointement avec l’équipe de Background et une équipe de correspondants étrangers, l’émission s’est penchée, à travers les témoignages de plusieurs ex adeptes, sur des aspects peu connus du Falun Gong, en particulier sa perception de la maladie et le soutien du Falun Gong au président Donald Trump. Lire la suite

Thérapie de conversion : une pratique à risque

En décembre dernier à Boulder (Colorado), Alana Chen, 24 ans, s’est suicidée suite à une thérapie de conversion pratiquée par un révérend thérapeute. On lui avait dit qu’il s’agissait d’un trouble mental qui pouvait être « réparé » et qu’elle pourrait être « sauvée ». Aux États-Unis, les thérapies de conversion, le plus souvent basées sur des croyances religieuses, ont provoqué la mort de plusieurs victimes. Avant sa mort, Alana s’était confiée au Denver Post, déclarant qu’elle avait perdu la foi et que si Dieu existait, il n’avait plus besoin qu’elle lui parle. Lire la suite

Enquête sur les thérapies de conversion

Mardi 26 novembre 2019, Arte a proposé un documentaire sur les thérapies de conversions intitulé « Homothérapies, conversion forcée ».1 Ce documentaire de Bernard Nicolas, écrit avec Jean-Loup Adénor et Timothée De Rauglaudre2, met en lumière des pratiques abusives ayant pour but de modifier l’orientation sexuelle d’une personne et « guérir l’homosexualité ». Lire la suite