La Cour suprême rend sa décision finale dans l’affaire Randy Wall

Dans sa décision du 31 mai 2018, la Cour suprême de l’Alberta a estimé « qu’un juge n’a pas à se prononcer sur l’exclusion d’un fidèle », annulant ainsi les décisions de la Cour du banc de la reine de l’Alberta et la Cour d’appel qui s’étaient prononcées en faveur de Randy Wall, un ex-Témoin de Jéhovah exclu du groupe par son tribunal interne en 2014.

Lire la suite

L’ostracisme, une pratique destructrice !

Le 16 février 2018, Lauren Stuart, une mère de famille souffrant de dépression a tué ses deux enfants et son mari, et a mis fin à ses jours. Anciens Témoin de Jéhovah, elle et sa famille avaient été excommuniés pour avoir refusé de suivre les directives de l’organisation leur interdisant d’envoyer leurs enfants à l’université.

Lire la suite

La justice doit-elle s’immiscer dans les conflits internes ?

Suite à l’affaire Randy Wall1, protestant contre son exclusion de sa communauté, la congrégation des Témoins de Jéhovah de Highwood (Canada) a sollicité la Cour suprême du Canada pour statuer sur le droit des tribunaux canadiens d’examiner l’exclusion de l’un de leurs membres. La Cour suprême a estimé que les tribunaux n’ont pas à se mêler des décisions internes rendues par un groupe religieux.

Lire la suite

Conséquences économiques de l’exclusion chez les Témoins de Jéhovah

Reconnu coupable d’ébriété et de violence verbale à l’encontre de son épouse, Randy Wall a été exclu en 2014 par le tribunal interne des Témoins de Jéhovah. Après avoir épuisé tous les recours possibles auprès des différentes instances judiciaires du groupe, il a décidé de faire appel à la justice québécoise pour demander l’annulation de son bannissement.

Lire la suite

​Dossier : Témoins de Jéhovah – L’excommunication, une atteinte aux Droits de l’homme

Le public l’ignore généralement, mais ceux qui quittent l’Organisation des Témoins de Jéhovah sont généralement séparés de leurs proches contre leur volonté, et l’attitude de rejet qui fait suite à une excommunication est d’autant plus extrême qu’elle est présentée par les dirigeants comme une obligation « spirituelle ».
 
Les souffrances psychologiques, affectives, familiales et sociales, résultant de cette mesure peuvent être terribles. Non seulement de nombreux évènements familiaux se déroulent en l’absence d’un proche tel que père, mère, enfant, petits enfant, grand parent, frère, soeur ; mais surtout, des membres d’une même famille sont contraints de faire définitivement leur deuil de toute relation entre eux.
Des parents, des grands parents, des enfants vivent des déchirures et souffrances morales extrêmement profondes, des solitudes désespérantes, de graves dépressions. Certains se sont suicidés, n’envisageant pas de solution au conflit moral et affectif qu’ils vivaient.
Quand elles en ont le courage, les victimes vont chercher aide et soutien sur des forums, auprès des associations, ou s’adressent à des organismes officiels quand ils existent (comme la MIVILUDES).
Aujourd’hui, les anciens adeptes et l’entourage de familles Témoins de Jéhovah sont de plus en plus nombreux, dans tous les pays, à dénoncer les atteintes à leurs droits fondamentaux, atteintes « institutionnalisées » par le mouvement au nom de sa liberté de culte.
 
Elaboré avec l’aide d’un ancien témoin de Jéhovah recevant lui-même un grand nombre de témoignages et de demandes d’aide, ce dossier a pour but de faire connaître au grand public, aux responsables politiques, aux professionnels (magistrats, avocats, travailleurs sociaux, etc.), cette pratique et les dégâts qu’elle provoque sur des personnes et des familles.
S’appuyant sur les textes internes émanant de la direction du mouvement, ce « décryptage » de l’excommunication chez les Témoins de Jéhovah conduit à s’interroger sur le statut d’associations ne respectant pas elles-mêmes la liberté de conscience de leurs membres…

Lire la suite