Rubriques en relation

Un professeur de yoga abuseur

Le quotidien québécois, La Presse, a enquêté sur l’Ostéoyoga Montréal et Patrick Salibi, son fondateur. Selon des témoignages d’anciens clients de son école de yoga, il se serait servi de sa position et de sa structure pour abuser d’adeptes.

En plus d’être professeur de yoga, Patrick Salibi s’est autoproclamé guérisseur. Ses formations ont attiré de nombreuses personnes, essentiellement des femmes. Le nom de son école Osteoyoga Montréal vient de sa méthode de yoga censée permettre de devenir son propre ostéopathe. Sur l’un de ses sites internet, le leader se présente comme « un génie refoulé » qui doit « gouverner l’humanité » qui, sans lui, serait « ennuyeuse et vide ». En outre, sur son profil Instagram, il n’hésitait pas à se proclamer champion mondial de l’utérus…

A la fin du mois de janvier 2019, quatre femmes ont créé une page Facebook pour dénoncer les abus de Patrick Salibi qu’elles décrivent comme un être dangereux aux propos haineux et homophobes. Cette page a permis à d’autres personnes victimes de témoigner de leur expérience avec le professeur.

La Presse a pu interroger une trentaine de ses victimes. Certaines ont abandonné leur emploi, leur situation familiale et vendu leurs biens pour vivre aux côtés du gourou et travailler pour son compte gratuitement : elles traduisaient son livre, géraient ses sites internet, assuraient le fonctionnement de son école, recrutaient des élèves ou encore cuisinaient pour lui et ses invités. Dans leurs témoignages, les ex-adeptes disent avoir été exploités, violentés, humiliés et abusés sexuellement. Un témoin affirme avoir été renvoyé d’une formation annuelle après avoir refusé de procéder au lavement du colon quotidien souhaité par Patrick Salibi. En effet, les membres participants aux formations devaient signer un contrat qui donne au gourou le droit de les expulser s’ils ne transforment pas assez leur vie. Bien entendu le gourou garde l’ensemble des paiements effectués. Certaines obligations sont stipulées dans le contrat : régime végétalien, ni café ni alcool, interdiction de toute autre pratique spirituelle ou autre mode de guérison que ceux que prônait Patrick Salibi.

En plus des témoignages, La Presse a pu se procurer des brochures sur les formations dispensées par l’école de yoga. Le premier principe énonce que la femme doit être un « réceptacle » et qu’elle doit « écouter », « se laisser pénétrer », « sans contrôler ». Lors des cours dispensés par le leader, les fidèles entraient dans une sorte de transe et ceux qui n’accédaient pas à cet état, devaient acheter le livre du gourou et participer à plus de conférences et séminaires aux coûts exorbitants.
Depuis début février 2019, Patrick Salibi a disparu. Ses sites internet, blogs, vidéos et comptes sur les réseaux sociaux ne sont plus en ligne.

En 2017, le Collège des médecins avait reçu des plaintes de cinq ex-adeptes. Pour l’instant le Collège n’a pas indiqué s’il allait faire une enquête. Pour sa part, la fédération francophone de yoga, Swani Sai Shivanda a radié l’école de Patrick Salibi l’accusant de pratiques sectaires.

(Source : La Presse, 09.04.2019)

Une action collective contre les Témoins de Jéhovah

Le 27 février 2019, la cour supérieure du Québec a autorisé une action collective contre deux organisations liées aux Témoins de Jéhovah en Amérique du Nord, la Watch Tower Bible and Tract Society of Canada et la Watch Tower Bible and Tract Society of Pennsylvania. L’action collective porte sur des accusations d’agressions sexuelles. Lire la suite

Vers la fin des écoles religieuses illégales ?

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec, a déposé devant l’assemblée nationale un projet de règlement prévoyant d’encadrer l’enseignement à domicile, projet qui devrait entrer en vigueur le 1er juillet 2019. Lire la suite

Un pasteur et sa femme libérés sous caution

Arrêtés en février 2019, le pasteur Mario Monette et sa femme Carole Van Houtte ont été libérés sous caution après avoir comparu devant la justice de Longueil (Québec). Ils sont accusés d’agressions sur mineurs, menaces, séquestration et incitation au crime. Lire la suite

Maltraitances sur mineurs

Mario Monette, pasteur depuis 1982 de l’Église biblique baptiste métropolitaine sud (Saint-Hubert), a été arrêté avec son épouse Carole Van Houtte pour agressions, menaces, séquestration et incitation au crime. Les 32 chefs d’accusations épinglant le couple se seraient produits de 1974 à 2019 sur de jeunes mineurs. Lire la suite

Une bibliothèque publique québecoise assure la promotion des pseudosciences ?

Des critiques se sont dressées contre l’organisation d’une série de conférences sur le paranormal et les phénomènes inexpliqués, dans une bibliothèque publique. La bibliothèque de Rivière-des-Prairies (Montréal), membre du réseau des bibliothèques publiques de la ville de Montréal, a tenté de se défendre et de montrer le bien-fondé de telles conférences. Lire la suite

La Scientologie doit payer

Au terme d’une enquête, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) a conclu que les employés de la Scientologie ont été sous-payés. La Commission réclame environ un million de dollars pour la soixantaine de travailleurs victimes de l’organisation.

Lire la suite