Un long cheminement vers la sortie

Jodie Chapman, une ancienne Témoin de Jéhovah, vient de publier un livre en anglais1 dans lequel elle raconte son long cheminement et le déclic qui l’ont conduite à quitter le groupe.

Prendre la décision de se retirer de sa congrégation lui a coûté cher. Certains membres de sa famille ne lui parlent plus. Étant née dans le groupe, la décision de partir l’a amenée à réfléchir sur son identité, à essayer de trouver comment vivre sa vie maintenant qu’elle la contrôle enfin. 

Ce genre de questionnement n’existait pas chez les Témoins de Jéhovah. Depuis son enfance « chaque instant de chaque jour était régi par les règles de la foi » basées sur une lecture littérale de la Bible. La croyance en la fin du monde, à laquelle eux seuls survivront, occupait une place centrale.
Baignant en permanence dans l’apocalypse, à l’école elle imaginait tous les enfants gisant sur le sol, mais cela ne l’effrayait pas, car elle croyait qu’elle allait vivre éternellement.
Elle n’avait pas le droit de fêter ses anniversaires, ni d’aller à ceux des amis car rien dans la Bible ne dit que Jésus le faisait. Les fêtes de Noël et Pâques étaient interdites car basées, selon eux, sur des coutumes païennes.
Tout cela la faisait se sentir différente des autres enfants, mais n’avait pas d’importance car chez elle, comme à la Salle du Royaume, on lui avait appris « qu’il était bon d’être différent parce que cela signifiait qu’elle allait être sauvée quand Armageddon serait venu ».
L’activité qui lui a le plus pesé était le porte à porte. Ceux qui ouvraient, étaient plus rares que ceux qui les rabrouaient. Mais les insultes et le rejet n’entamaient pas sa foi, elle avait pitié d’eux.

Son point de vue sur la religion a commencé à changer à l’adolescence. Elle a vu de nombreux chemins se fermer. Elle voulait être critique de cinéma, mais on l’a découragée d’aller à l’université afin de lui éviter de faire une mauvaise utilisation du temps des derniers jours.
Elle a compris qu’elle « n’aurait jamais la liberté de vivre sa vie selon ses propres conditions ».

Alors à 17 ans, en 2001, elle a décidé de s’éloigner de la religion. Mais on l’a prévenue que si elle partait, les membres de sa congrégation, y compris sa famille, couperaient tout contact avec elle. « Ce chantage émotionnel, explique-t-elle, est considéré comme un amour dur par les Témoins ». Elle est restée et en 2005, s’est mariée avec un autre membre de la communauté (parti plus tard avec elle). Mais étant photographe de mariage et voyageant beaucoup pour son travail, elle a été considérée par les autres « comme une sœur avec opinions » !

Lorsqu’elle est devenue mère et a réalisé qu’elle devait transmettre ce mode de vie à ses enfants, elle s’est sentie mal à l’aise. Et le scandale australien qui a mis en lumière de nombreux abus sexuels couverts par la hiérarchie jéhoviste pour protéger l’institution n’a fait qu’accroître ce malaise.

Le déclic final est survenu en 2017, alors qu’elle était enceinte de son troisième fils. Lors d’une réunion du dimanche, elle a lu « une brochure qui encourageait les femmes battues à endurer tout abus ». C’ en était trop, elle ne pouvait plus élever ses enfants de façon là.
Après plusieurs nuits blanches à s’interroger sur les réactions de sa famille, elle a quitté le groupe avec sa famille.

(Source : Dailymail, 03.04.2021)

1-Another Life, Jodie Chapman, Penguin Michael Joseph, mars 2021

Étude sur le conspirationnisme chez les jeunes

Des chercheurs de différentes universités britanniques ont constaté le manque d’information sur la façon dont les théories du complot impactent les enfants et ont cherché à comprendre comment ces croyances évoluent en fonction de l’âge. La plupart des études se basant actuellement sur des sujets adultes, ils ont mis au point un questionnaire adapté aux jeunes afin d’analyser leur adhésion aux croyances conspirationnistes.  Lire la suite

La pratique spirituelle ne rend pas humble

Une étude publiée en octobre 2020 par les chercheurs néerlandais Roos Vonk et Anouk Visser aurait démontré comment les gens engagés dans une démarche spirituelle telle que la pleine conscience ou les pratiques énergétiques, se sentent plus avancés que les autres en termes de sagesse, de connaissance de soi et d’intuition psychique. Lire la suite

La pandémie profite à des entreprises liées aux Frères de Plymouth

Les journaux anglais, Byline Times et The Citizens, qui avaient lancé au printemps 2020 une enquête1 sur le financement des équipements de protection individuelle (EPI) en lien avec l’épidémie de Covid 19, ont révélé que ce ne sont pas douze, mais plus de 20 entreprises liées aux Frères de Plymouth2 qui se sont vu attribuer des contrats par le gouvernement anglais. Des contrats dont le montant dépasse de loin les chiffres avancés au printemps. En effet, les deux journaux auraient découvert que ce montant serait de 1,1 milliard de livres, une somme équivalente à celle de tous les contrats attribués au secteur privé en 2019-2020. Lire la suite

Transfusions sanguines, NHS Trusts et Comités de liaison hospitaliers

La National Secular Society (1) lance un appel au ministre de la santé Edward Argar pour demander aux hôpitaux de revoir leurs liens avec les Comités de liaison hospitaliers (CLH) Témoins de Jéhovah. La National Secular Society accuse certains NHS Trusts (2) d’avoir autorisé des membres des CLH à se rendre au chevet de patients Témoins de Jéhovah pour faire pression sur eux et les convaincre de faire passer leur foi avant leur vie en refusant les transfusions sanguines qui pourraient les sauver. Lire la suite

La Covid-19, une manne financière pour les Frères de Plymouth

Le journal Byline Times a révélé que le gouvernement conservateur anglais aurait, pendant la pandémie de coronavirus, passé commande d’équipements EPI (équipement de protection individuelle) et de ventilateurs à une douzaine d’entreprises, toutes liées à la congrégation des Frères de Plymouth. Lire la suite