Besoins psychologiques et théories conspirationnistes

L’adhésion aux théories du complot n’est pas un fait récent mais la pandémie n’a fait qu’accélérer leur potentiel d’attractivité. Pour The Conversation, Teodora Drob, étudiante en doctorat de psychologie à l’Université du Québec à Montréal, tente de décrire et d’analyser les rapports entre nos besoins psychologiques et ces théories.

Les différentes théories complotistes semblent avoir un point commun : la subversion. En effet elles vont contester les explications officielles en mettant en cause des acteurs puissants et malveillants et en proposant des explications alternatives.

De nombreux chercheurs ont déjà démontré que la croyance en des théories conspirationnistes pourrait combler certains de nos besoins psychologiques. Tout d’abord la quête de sens : ces théories offrent des réponses à des situations incertaines. Des études ont permis de montrer que l’adhésion à ces théories est plus forte dans un cadre sociopolitique incertain. En outre, la tendance à croire aux phénomènes surnaturels ou paranormaux constitue un terreau propice à la croyance conspirationniste.

Ensuite ces croyances procurent un sentiment de sécurité aux individus qui ont l’impression d’exercer un contrôle sur leur vie notamment en rejetant les discours officiels. Ces théories vont aussi permettre à des individus d’accepter les problèmes sociétaux et de trouver un confort psychologique perdu.

Les théories conspirationnistes peuvent aussi apporter une valorisation de l’estime de soi et le sentiment d’appartenance à un groupe social. L’impression par exemple de détenir une vérité, des informations importantes, peut entrainer chez certains conspirationnistes une augmentation de leur estime de soi. Ce point montre que les théories du complot peuvent combler certains besoins sociaux.

Malgré ces potentiels bienfaits, les théories du complot engendrent davantage de frustration car elles vont souvent à l’encontre de ces besoins. Notamment du fait de leur négativité qui entraine des émotions négatives, contrariantes et appellent à une méfiance constante pouvant engendrer un sentiment d’impuissance. 

(Source : The Conversation, 07.12.2021)

Analyse du complotisme

Dans une interview accordée à CNEWS, Pascal Wagner-Egger, chercheur en psychologie sociale à l’Université de Fribourg, revient sur le discours complotiste et partage son analyse scientifique de la question. Il est l’auteur de Psychologie des croyances aux théories du complot – Le bruit de la conspiration, paru en avril 2021. Lire la suite

Des traits communs aux complotistes

Une étude menée par des chercheurs de l’Université de l’Oregon aux Etats-Unis a permis de montre que des personnes qui croient en des théories complotistes sont sujettes à ce que l’on appelle en psychologie la tétrade noire. Ce concept regroupe des traits de personnalité comme le narcissisme, la psychopathie, le sadisme et le machiavélisme. Lire la suite

Les surdoués cibles d’un marché en plein développement

Les surdoués, autrement dénommés haut potentiel intellectuel (HPI), regroupent une catégorie de personnes dont le quotient intellectuel (QI) est supérieur ou égal à 130. Alors que cela ne concernerait que 2,3% de la population, les consultations à ce sujet explosent et les groupes Facebook d’échange ne cessent de croître, il en existe près de 70 actuellement. Lire la suite

QAnon et dissonance cognitive

La non réélection de Donald Trump à la présidence des États-Unis pourrait sonner comme un coup d’arrêt pour les discours complotistes de QAnon. Pourtant, il n’est pas rare que lorsque des prédictions ne se réalisent pas les adeptes continuent de suivre un mouvement. En cause : la dissonance cognitive. Lire la suite

La pratique spirituelle ne rend pas humble

Une étude publiée en octobre 2020 par les chercheurs néerlandais Roos Vonk et Anouk Visser aurait démontré comment les gens engagés dans une démarche spirituelle telle que la pleine conscience ou les pratiques énergétiques, se sentent plus avancés que les autres en termes de sagesse, de connaissance de soi et d’intuition psychique. Lire la suite

Les mouvements sectaires : des dangers cachés

La presse ayant longuement abordé le procès de Keith Raniere, gourou de NXIVM, Alexandra Stein, spécialiste en psychologie sociale de l’extrémisme idéologique et ancienne membre des Davidiens, en a profité pour rappeller, dans un article de la BBC, les dangers des groupes sectaires. Lire la suite