La Méditation de pleine conscience n’entrera pas à l’école

 Le 4 février la décision du ministère de l’Education nationale, concernant le projet d’expérimentation de la Méditation de pleine conscience (MPC) à l’école, est tombée. « Le ministère n’encourage pas sa pratique, ni ne met en place toute forme d’expérimentation ».

Le ministère a constaté que la MPC s’était introduite depuis plusieurs années dans les écoles sans qu’aucun cadre ne soit fixé ce qui a favorisé des interventions de plus en plus nombreuses de la part d’associations disparates. Inquiète pour « des mineurs sur lesquels l’instructeur peut facilement exercer un fort ascendant », le ministère exercera désormais des contrôles afin d’être sûr de « la neutralité politique et philosophique des interventions ».

Porté depuis deux ans par Gaël Le Bohec, député LREM d’Ille et Vilaine, et des structures promouvant la MPC, le projet avait pour objectif l’expérimentation à grande échelle de la MPC sur les élèves du CM1 à la 5e.

Inquiète de voir « une approche d’essence bouddhiste, curieusement présentée comme laïque », la Ligue des Droits de l’homme avait alerté le ministère sur ses dangers dans un communiqué publié 25 juin 20211.

Depuis les deux camps s’affrontent. Le 18 janvier la LDH, ainsi que plusieurs associations et syndicats enseignants, se sont associés pour interpeller le Ministre de l’Education nationale afin de mettre fin à « l’entrée massive » de cette technique « promue par un think-tank ésotérique américain, conglomérat des mouvances new age, anthroposophique ».

La réponse ne s’est pas fait attendre, le 1er février un collectif de chercheurs, favorables à la MPC, publiait une tribune dans Le Monde pour en défendre la pratique. Selon eux, elle réduirait les symptômes « de stress, d’anxiété, de dépression », aurait un rôle dans «  l’amélioration des compétences, de régulation des émotions », développerait la mémoire et pourrait même aider à réduire des inégalités à l’école.

Lorsque « j’entends que cela pourrait réduire les inégalités à l’école, je trouve que l’on n’est pas loin des promesses magiques faites dans les médecines alternatives où l’on prend un élément simple qui va résoudre tous les problème » s’insurge Stéphanie De Vanssay, conseillère nationale à l’Unsa Education, cosignataire de la lettre de la LDH.

Pour Marie Drilhon, vice-présidente de l’Union nationale des associations de défense des familles et de l’individu victimes de sectes (UNADFI) qui a aussi signé la lettre de la LDH, « aller chercher en soi des ressources pour se sentir mieux, comme le veut cette méthode, pose un problème chez des enfants victimes de violences familiales : ne pouvant améliorer leur sort, ils risquent de culpabiliser ! »

La Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), quant à elle, pointe le risque « d’entrisme dans le cadre scolaire de coachs non-agréés par le rectorat et susceptibles de manipuler des enfants ».

Les signataires de la lettre de la LDH craignent aussi un « conditionnement avec perte d’esprit critique et assujettissement de l’individu ». Ils s’alarment également de possibles dérives sectaires et pointent des contre-indications médicales.

En ce qui concerne les contre-indications médicales, plusieurs études viennent corroborer les craintes. Jusqu’en 2015 aucune étude ne s’était intéressée aux effets indésirables de la méditation. Une équipe de chercheurs de l’Université de Coventry, au Royaume-Uni, a mené une méta-analyse portant sur 80 études sur la méditation. Publiés en 2020, les résultats ont montré que 8 % des méditants avaient ressentis au moins un effet délétère. Cette pratique est fortement déconseillée aux personnes dépressives. Les chercheurs ont noté aussi une augmentation de l’anxiété, même chez des personnes bien portantes. Le Dr Miguel Farias qui a dirigé l’étude a remarqué que la pratique pouvait faire revenir en mémoire des traumatismes.

En outre, Hugues Gascan, directeur de recherches au CNRS ajoute que « l’ensemble des méta-analyses montre une absence d’effets significatifs, voire des effets délétères à moyen terme ».

Même si Yann Mikaeloff, professeur des Universités-Praticien Hospitalier et neuropédiatre de la faculté de médecine Paris-Saclay, assure que la pratique est encadrée, ce n’est pas le cas pour tous les coachs qui la propose.

Le secteur du développement personnel ayant connu une forte croissance ces dernières années, « la pratique de méditation de pleine conscience constitue, donc, un angle d’attaque intéressant pour les entrepreneurs sectaires » assure Christian Gravel, président de la  Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Il précise, qu’entre 2018 et 2020 une vingtaine de signalements au sujet de la méditation, dont douze sur la MPC, a été reçue par la Miviludes pour laquelle une vigilance s’impose sur cette pratique.

Dans son dernier rapport elle alerte sur divers risques liés à la méditation : « amateurisme, promesses trompeuses, exigences financières disproportionnées ou risque d’isolement sociale et de perte de repères ».

La Mission préconise « d’exiger la transparence sur les références des intervenants, leur formation et leur expérience, ainsi que sur la méthode et ses fondements théoriques ou philosophiques ».  

(Sources : Les Dernières Nouvelles d’Alsace, 19.01.2022, France Inter le 26.01.2022, L’Express, 30.01.2022, Le Figaro, 04.02.2021)

1. La LDH s’insurge contre la pratique de la Méditation de pleine conscience à l’école : https://www.unadfi.org/actualites/domaines-dinfiltration/sante-et-bien-etre/psychotherapie-et-developpement-personnel/la-ldh-s-insurge-contre-la-pratique-de-la-meditation-de-pleine-conscience-a-l-ecole/