Mes vrais souvenirs, des faux souvenirs incestueux

C’est la secte de Saint-Erme qui me fit découvrir, en 1982, le phénomène des faux souvenirs incestueux.

Chargé d’enquêter sur ce groupe, j’ai visité, en France et en Belgique, environ 250 familles, qui me firent part des dérives sectaires dont elles-mêmes et leurs enfants étaient victimes.
Découvrant que cette secte comprenait 380 adultes, de 30 à 40 ans, parmi lesquels 72 médecins, une vingtaine de professeurs d’université, des psychiatres, des psychologues, des psychothérapeutes, des infirmières, je ne parvenais pas à m’expliquer comment des personnes d’un tel niveau culturel et scientifique pouvaient s’abandonner à de telles aberrations et être ainsi manipulés. D’autant plus que ce groupe se présentait sous le couvert de deux sociétés scientifiques : la SIRIC (Société Internationale de Recherche Interdisciplinaire sur la Communication) et la SIRIM (Société Internationale de Recherche Interdisciplinaire sur le Maladie). De plus, pour répondre à la campagne de presse que nous avions lancée, cette secte publiait un livre intitulé «Communication ou Manipulation» afin de démontrer que «lorsqu’on démonte et met au grand jour les mécanismes de la manipulation, on s’expose à être couvert de boue par ceux que l’on dérange».

Les familles, douloureusement meurtries et consternées, m’avaient rapporté la preuve de la transformation radicale de leurs enfants séduits par un gourou charismatique : destruction de leur vraie personnalité, et entre autres, destruction de la relation familiale. Ce que les parents dénonçaient, je le retrouvais, mot pour mot, dans ce livre de Saint-Erme, dans le courrier interne confidentiel de la secte, mais aussi dans les lettres abominables, injurieuses et calomnieuses, que les adeptes de Saint-Erme adressaient à leurs parents, en développant, à la même date, les mêmes thèmes dans les mêmes termes : « Parents possessifs «, « querelleurs», «névrosés de tous ordres», «vrais détraqués, «autoritaires », «ignobles et infâmes», « gêneurs et perturbateurs», «nous sortons tous de familles déséquilibrés et déséquilibrantes » …

« Pères trouillards et méprisables», « hommes diminués « en sac de nœuds» « s’abrutissant dans le travail», «quémandeurs sexuels», « paralysés dans leur développement par la mère d’abord et par l’épouse ensuite», «pauvres esclaves rasant les murs devant une femme tyrannique», «Mères. C’est contre la mère et la femme que la diatribe était la plus violente : « La cause centrale de tous les maux est la mère, premier prix, et puis l’épouse, premier accessit», «La femelle? Elle est entièrement conçue pour détraquer le mâle. Ce n’est pas une accusation mais un constat», « naturellement égocentrique», «prédestinée à l’arbitraire donc à la tyrannie», « puissante matrone», «la reine mère», « mante religieuse qui tue le mâle ayant accompli son rôle» … Aussi révoltantes que puissent être ces accusations, je n’étais pas encore arrivé au paroxysme de l’horreur. En effet certains parents me confièrent que leurs enfants, qui pourtant avaient rompu toute relation avec eux, leur avaient demandé de rechercher et de leur adresser le plus rapidement possible des photos de leur petite enfance. La plupart des parents obtempérèrent. Mais en fait cette demande n’annonçait aucun rapprochement de la famille. Bien au contraire, elle avait pour objet de persuader, d’illustrer et de démontrer que, certains d’entre eux, avaient été victimes de relations incestueuses dans leur toute petite enfance. Le courrier de la secte dénonçait «une relation malsaine et abusive», «des mères amoureuses de leur fils et des pères amoureux de leur fille». C’est ainsi que des adeptes, de 30 à 40 ans, en vinrent à accuser leur mère ou leur père d’inceste qu’ils n’avaient jamais commis.

Certes on ne peut pas nier que des crimes aussi graves ne puissent être commis dans certaines familles. Mais, chargé de constituer l’offre de preuve pour le procès contre la secte, après avoir enquêté très sérieusement auprès des frères et sœurs, j’ai pu avoir la preuve qu’il s’agissait uniquement de faux souvenirs que le gourou avait induits par manipulation.

Des mères ont accepté de témoigner et de fournir des attestations judiciaires, comme cette lettre que l’une d’entre elles adressait à son fils : «J’avais lu les journaux, pris connaissance du livre. Et tout s’est éclairci. J’ai compris comment un fils qui nous avait donné toute satisfaction pendant son enfance et sa jeunesse avait pu en venir à porter des accusations si graves contre sa mère. Il faut qu’il soit la victime de cette manipulation si bien dénoncée chez les autres.»

 

Lire la suite