Des associations appellent au renforcement de la Miviludes

Devant la croissance et la diversification du phénomène sectaire, la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) et plusieurs associations ont demandé, dans un communiqué publié le 27 décembre 2021, davantage de moyens pour la Miviludes.

Si la menace de dissolution n’existe plus depuis son intégration au Comité interministériel de Prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) du ministère de l’Intérieur, la Mission risque la paralysie, selon les signataires du communiqué car « sa capacité d’action, les moyens humains et financiers » sont insuffisants.

L’équipe de la Miviludes devrait être renforcée par deux agents, courant 2022, ce qui porterait le nombre de ses agents à 10 ( ils étaient  14 avant le rattachement  au ministère de l’Intérieur).

Mais cela ne sera pas suffisant pour les signataires qui demandent des « moyens identifiés accrus tant en nombre de fonctionnaires affectés à plein temps sur ses missions, qu’en budget de fonctionnement pour permettre un travail efficace de terrain. »

Un proche de la Mission déplore que son budget de fonctionnement, fixé depuis des années à 85 000 euros, reste inchangé. Selon cet interlocuteur ce budget aurait été refondu dans celui du CIPDR, ce qui lui fait craindre que « dès août, la part Miviludes sera déclarée épuisée pour l’année en cours ».

Pour Malik Salemkour, président de la LDH, « la Miviludes est un outil essentiel » de la lutte contre les dérives sectaires, en particulier dans ce contexte de pandémie mondiale qui a été un terreau fertile pour les sectes.  Pour lui, la faiblesse des moyens alloués risque de mettre « en péril sa capacité d’agir efficacement, d’instruire toutes les saisines et de mener sa mission d’investigation et d’enquête ».

Charline Delporte, présidente du Centre national d’accompagnement familial face à l’emprise sectaire (CAFFES) et cosignataire du communiqué, ajoute que « la Miviludes devrait être totalement indépendante, afin de ne pas être liée aux changements de majorité. On doit protéger et garder la Mission ! »

Georges Fenech, ancien président de la Miviludes, ancien magistrat et ex-député LR, tempère, en expliquant que la question du budget de la Miviludes sera discutée lors de son prochain conseil d’orientation. Il note que « malgré les restrictions budgétaires, l’impulsion politique est là ». 

(Sources : communiqué de la LDH & Marianne, 27.12.2021)

Le gouvernement en marche contre les dérives sectaires

Le jeudi 20 mai 2021, lors d’une conférence de presse, Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, a présenté le plan d’action du gouvernement afin d’amplifier la lutte contre les dérives sectaires : renforcement de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), accentuation de la judiciarisation des affaires et lancement d’un appel à projets à destination des associations. Lire la suite

Les pouvoirs publics renforcent la lutte contre les dérives sectaires

Parallèlement à la publication du rapport sur les nouvelles tendances des dérives sectaires réalisé à sa demande, Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, en charge de la Citoyenneté, a diffusé un communiqué de presse appelant à renforcer la lutte contre les dérives sectaires. Lire la suite

Amplifier la vigilance

Dans une interview accordée au Parisien, Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, a dévoilé les contours de l’action gouvernementale pour s’attaquer plus efficacement aux dérives sectaires. Lire la suite

Précisions sur l’avenir de la Miviludes

Dans une réponse publiée au journal officiel du Sénat le 12 mars 20201, le ministère de l’Intérieur a apporté des éclaircissements sur la continuité du travail de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) depuis son rattachement au Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR). Lire la suite

L’Unadfi sur France Culture et France Info

Marie Drilhon, membre du bureau de l’Unadfi et présidente de l’Adfi Yvelines est intervenue au mois de décembre dans deux médias à propos du transfert de la Miviludes au Comité Interministériel de Prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) du ministère de l’Intérieur. Lire la suite

Questionnement autour des archives de la mission

Un article de Marianne du 13 décembre 2019 a créé la stupeur en annonçant notamment que les archives, datant de plus de 20 ans, de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires(MIVILUDES) pourraient être détruites à la suite de son rattachement au ministère de l’Intérieur. Lire la suite

Rattachement de la Miviludes au CIPRD

Depuis le 1er janvier 2020, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) est passée sous la tutelle du ministère de l’Intérieur au sein du secrétariat général du Comité interministériel de prévention de la  délinquance et de la radicalisation (SG – CIPDR). Si rien n’est encore acté concernant son organisation, les réactions sont nombreuses depuis l’annonce de ce rattachement. Lire la suite