Derrière la vitrine des Douze Tribus

La communauté des Douze Tribus (Tabitha’s Place) est une secte fondamentaliste chrétienne née dans le sud des États-Unis dans les années 1970. Derrière une proposition de vie communautaire conforme à la Bible, se cache une doctrine tendant au suprématisme et à l’homophobie. Depuis quelques années, la communauté des Douze Tribus s’attache à soigner son image et à masquer les points discutables de ses enseignements. Mais plusieurs ex-adeptes ont dévoilé l’envers du décor.

Lire la suite

Enfin libre !

L’ancienne scientologue Michelle LeClair a décidé de quitter la Scientologie, constatant que son homosexualité était mal tolérée au sein du mouvement. Harcelée et traquée dès sa sortie et pendant plusieurs années, elle raconte cet épisode traumatisant de sa vie dans un livre autobiographique intitulé « Parfaitement clair » (Perfectly Clear).

Michelle LeClair savait à quel point la Scientologie pouvait être harcelante et procédurière avec les anciens adeptes, pourtant elle reconnait de pas s’être suffisamment préparée à la violence de ces représailles. Des voitures passaient au ralenti devant son domicile à toute heure. Des hommes portant des lunettes noires la suivaient dans la rue. Son téléphone et son ordinateur ont été piratés.

Plus grave encore, la Scientologie serait à l’origine de ses démêlés judiciaires. A la tête d’un cabinet d’assurance, Michelle LeClair a été accusée par l’Etat de Californie d’avoir spolié quarante clients et condamnée à leur verser près d’1,3 million de dollars. Ce cauchemar juridique a duré six ans jusqu’en mars 2017 où les accusations ont été abandonnées. « La vérité a prévalu », dit-elle, « j’étais innocente ».

Michelle LeClair vit maintenant à la campagne, entourée de sa famille. Après les années passées à la Scientologie où elle aura laissé près de 5 millions de dollars, et les années passées à lutter contre l’organisation, elle se sent aujourd’hui enfin libre.

(Source : Canada News, 05.09.2018)