Un constat alarmant

Près de la moitié des signalements de dérive sectaire que reçoit la Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (MIVILUDES) relèvent du domaine de la santé, et la tendance ne fait que s’amplifier selon son président, Serge Blisko. Elle recense plus de 300 pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique, 1 800 centres de formation dans le domaine de la santé susceptibles de présenter un risque de dérive sectaire, 4 000 psychothérapeutes autoproclamés sans formation et non inscrits sur un registre professionnel. Il est impossible, aujourd’hui, d’évaluer le nombre de pseudo-thérapeutes en France. L’ordre des médecins signale également que près de 3 000 médecins sont en lien avec la mouvance sectaire.

Lire la suite

Les sectes investissent le domaine de la santé

Profitant de la désertification médicale, les charlatans et gourous prospèrent dans le domaine de la santé. Serge Blisko, président de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), s’inquiète de ce phénomène qui voit des individus sans scrupule promettre des « remèdes miracles » à une population fragilisée par la maladie. Sur les 2 500 signalements qui parviennent chaque année à la Miviludes, 40% concernent le domaine de la santé.

Lire la suite

Poursuivre judiciairement les dérives sectaires dans le domaine de la santé

En septembre dernier, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires a signé une convention de partenariat avec l’Ordre national des infirmières. Ce partenariat vise à informer et à sensibiliser les infirmières sur les risques de dérives sectaires dans le domaine de la santé afin notamment de caractériser les dérives dans le cadre de poursuites judiciaires.

Lire la suite

Atteinte à l’égalité des chances de guérison

Intervention de Laurent Chambaud, directeur de l’Ecole des Haute Etudes en Santé Publique de Rennes (France) lors de la conférence de la FECRIS, à Bruxelles, le 24 mars 2014. 

Analyser l’impact des dérives sectaires sur l’égalité face à la santé et la perte de chances face à la guérison n’est pas une entreprise aisée et mon propos ne sera pas de proposer une démarche qui permettrait de catégoriser les projets thérapeutiques entre ceux qui sont a priori dangereux et ceux qui ne le sont pas. Cette démarche a déjà été tentée par la Miviludes, les associations de victimes des dérives sectaires ou les enquêtes parlementaires. Je tenterai plutôt dans un premier temps de replacer ces tentatives sectaires dans les nouveaux paradigmes de la santé et d’analyser dans ce contexte la notion de « perte de chances » puis de souligner les aspects particuliers et nouveaux de l’information en santé, et enfin d’axer les défis particuliers dans le domaine de la formation des cadres du système de santé de notre pays.(…)

Lire la suite