Elections législatives et mouvements sectaires

Le Parti humaniste est peu connu en France où les adeptes sont peu nombreux. Il s’agit d’une filiale du mouvement Humaniste créé et dirigé par Silo, un argentin qui continue d’organiser le mouvement depuis l’Amérique du Sud et qui prétend changer le monde par l’auto- connaissance. Il s’agit d’une thérapie de groupe basée sur l’expérience guidée, une sorte de méditation à partir d’une situation imaginaire à laquelle le sujet doit faire face, en silence, les yeux fermés. Le parti humaniste a présenté 76 candidats pour ces législatives 2007.
Lire la suite

Les dérives sectaire : un défi posé à la démocratie et aux droits de l’Homme

Aborder la question des sectes contemporaines sous l’angle du religieux, revient à passer sous silence l’essentiel du phénomène qui relève aujourd’hui des domaines de la santé, du bien-être, du développement personnel, de la psychothérapie, de la formation en entreprise, de la science, de la culture, etc.
Lire la suite

La secte : structure dogmatique de type étatique.

La secte quelle que soit sa taille peut être considérée comme une structure dogmatique de type étatique.

La secte est un véritable « micro Etat » organisé et administré littéralement par un gouvernement qui lui est propre. Cette dimension, qui n’apparaît pas au premier abord, sauf dans quelques sectes comme la secte japonaise « Aoum de la vérité suprême », secte connue pour avoir utilisé criminellement le gaz sarin dans le métro de Tokyo, qui était allée jusqu’à constituer son propre gouvernement, devient évidente si l’on analyse de façon approfondie le mode de fonctionnement réel de l’institution sectaire.

Lire la suite

Le modèle politique sectaire face à la démocratie

Lors du colloque « Sectes et État de droit » de la FECRIS (Fédération Européenne des Centres de Recherche et d’Information sur le Sectarisme), à Copenhague le 30 mai 2013, Jean-Pierre Jougla a retracé la genèse du concept d’État de droit et montré combien le modèle sectaire, qui fait de l’adepte l’inverse d’un citoyen, est régressif et dangereux pour les démocraties.

J’aborde ce que j’appelle les sectes contemporaines1 comme des modèles politiques utopiques en rupture avec les réalités et l’esprit de notre temps, ayant pour objectif d’être dupliqués et généralisés en réseau. C’est dire que ce modèle sectaire est un cheval de Troie au sein de l’État de droit, un État dans l’État, et qu’il présente un danger pour l’avenir démocratique.
Démocratie et État de droit.

Lire la suite