Enlèvement d’enfants

Deux enfants, une fille de 12 ans et un garçon de 14 ans, ayant appartenu à la secte ultra-orthodoxe Lev Tahor, ont été kidnappés dans le nord-ouest de l’État de New York. C’est là que leur mère Sara Feige Teller s’était réfugiée avec ses six enfants après avoir fui la communauté hassidique qu’elle a accusée de mal-traiter ses enfants. Quelques semaines plus tôt, elle avait déjà fait face à l’enlèvement d’une autre de ses filles qui lui a été restituée depuis. Lire la suite

Enfants et violence sectaire

Extraits de l’étude « Spécificités des violences exercées à l’encontre des enfants dans les groupes sectaires », publiée dans le rapport de la Miviludes 2016-2017. L’auteure, Delphine Guérard, est psychanalyste, psychologue clinicienne, ancien expert près la cour d’appel de Paris. Elle aborde la question de la violence sectaire à l’encontre des enfants à partir de son travail clinique, auprès de très jeunes adultes et d’adultes ayant vécu leur enfance dans un groupe sectaire. Son expérience la conduit à souligner la multiplicité des formes de maltraitances dont sont victimes les enfants dans le milieu sectaire et les conséquences de ces violences sur leur vie psychique. Lire la suite

L’ emprise en milieu sportif : silence sur les maltraitances

Les vies dévastées de la jeune gymnaste Elodie Lussac, de la joueuse de tennis Isabelle Demangeot ou des lanceuses de marteau Catherine Moyon de Baecque et Michelle Rouveyrol ont révélé au grand public qu’il existait dans les
clubs sportifs de multiples formes d’emprise mentale (coachs-gourous, clubssectes, groupes de radicalisation religieuse), d’abus de confiance et de faiblesse (entraîneur séducteur/prédateur, médecin abusif, coéquipiers harceleurs), ou de
domination autocratique (président de club tyrannique, maître répressif, parents despotiques) conduisant à des cas extrêmement préoccupants de maltraitances, de harcèlement physique, moral et sexuel, de violences à caractère pédophile, de troubles comportementaux graves (bigorexie, addictions aux produits dopants et aux drogues, etc.) ou de maladies psychiques poussant les victimes au suicide  (dépression, burn-out, orthorexie, anorexie, etc.). (…)

Un massacre toujours dans les esprits

Il y a quarante ans, le 18 novembre 1978, 914 adeptes de la secte du Temple du Peuple se donnaient la mort à Guyana. Ce mouvement était mené par Jim Jones l’un des gourous mondiaux les plus tristement célèbres, connu pour avoir ordonné le suicide de ses fidèles. Ce macabre anniversaire permet de revenir sur le parcours du leader et de son mouvement.

Lire la suite