Un thérapeute condamné

L’ancien psychothérapeute nantais qui pratiquait entre 2005 et 2007 une « rééducation sexuelle » de ses patientes par auto-hypnose et se livrait à des attouchements, a été condamné fin janvier 2011, par le tribunal de Nantes, à deux ans de prison dont six mois ferme et à une mise à l’épreuve. [Il est en outre inscrit au fichier des délinquants sexuels].
Lire la suite

Philadelphie ou Eglise de Philadelphie

L’UNADFI a eu connaissance en 1995 du groupe de prière « Philadelphie », dit « Eglise de Philadelphie » ou encore « Le Jardin ».

Des anciens adeptes du groupe et des proches d’adeptes avaient alors contacté l’ADFI Bretagne.

La fondatrice du groupe, Geneviève de Ligonnès, prétendait recevoir des « messages » qui ont été, au fur et à mesure, consignés dans un livret intitulé « Message d’Amour et de Miséricorde – Oeuvre de Rédemption ».

Il apparaissait que le groupe dit « Eglise de Philadelphie » comportait de nombreux critères de type sectaire :
 

Lire la suite

Opus Dei et statut de numéraire auxiliaire

Deux membres de l’Opus Dei ainsi que l’ACUT (Association de Culture universitaire et technique), association proche de l’Opus Dei, avaient été attaqués pour « travail dissimulé » par une ancienne membre de l’Opus Dei, Catherine Tissier. Le procès qui s’est déroulé les 22 et 23 septembre 2011 aura nécessité dix années d’instruction.
Lire la suite

Un employeur devant les Prud’hommes

Une entreprise de vente de logiciels avait recruté deux jeunes garçons en tant qu’ingénieurs technico-commerciaux sous la forme d’un contrat de professionnalisation. Sauf que deux anciens membres de la Scientologie dirigeaient la société en question et que la formation qu’ils dispensaient à leurs deux salariés s’inspirait des travaux du fondateur de la Scientologie, Ron Hubbard.
Lire la suite

« L’Ecole en Bateau » : L’Etat condamné à payer 245.000 euros

Le 8 février 2012, le Tribunal de Grande Instance de Paris a jugé « excessives » les 17 années consacrées à l’enquête dans l’affaire de « L’Ecole en Bateau ». Il a condamné l’Etat à indemniser, « à hauteur de 250.000 euros », 11 anciens élèves qui avaient déposé plainte pour agression sexuelle.

« Les différents délais excessifs(…) caractérisent le déni de justice » selon le tribunal. L’Etat devra verser des dommages et intérêts compris entre 15.000 et 35.000 euros à chacun des 11 demandeurs. A cette somme s’ajoutent 5.000 euros de frais de justice.

 

Lire la suite