Expliquez-nous… la secte Tabitha’s Place

Dans la nuit du 15 au 16 juin 2015, une importante opération de gendarmerie a été menée dans les bâtiments de Tabitha’s Place, communauté sectaire installée à Sus, près de Pau (Pyrénées Atlantiques). La communauté, installée depuis 1983, fait l’objet d’une information judiciaire ouverte en mars 2014 par le procureur Jean-Christophe Muller. L’ouverture de l’enquête fait suite au témoignage d’un ancien adepte et concerne notamment « des faits d’abus de vulnérabilité dans le cadre d’un mouvement à caractère sectaire et des faits de violences sur mineurs » ainsi que des suspicions de travail dissimulé et de travail des enfants. La même opération a été menée dans la région de Perpignan où vivent une dizaine d’adeptes de Tabitha’s Place.

Lire la suite

C’est quoi, une secte ?

 » Le mot secte veut dire beaucoup de choses.  A l’origine, il veut seulement dire que des gens ne sont pas d’accord avec une religion et décident de s’en séparer pour vivre leur religion différemment. Beaucoup de religions, très connues et très répandues sont nées comme ça : le christianisme, qui au début était considéré comme une secte juive, le protestantisme, qui était considéré comme des sectes issues du catholicisme. Le sens du mot a change. Aujourd’hui quand on parle de secte, il s’agit de petits groupes où certaines personnes exploitent les autres. Par exemple un gourou fascine tellement certaines personnes qu’il en profite pour leur prendre leur argent et les séparer de leur famille et de leurs amis. Mais il est difficile de lutter contre les sectes car les gens y rentrent de façon volontaire et veulent y rester. »

Lire la suite

Dites-le avec humour !

L’émission américaine culte, Saturday Night Live, s’est attaquée à la Scientologie à travers un petit clip-sketch à l’humour grinçant, la parodie d’une vidéo promotionnelle de la « Neurotoly »…

(Source : Meltybuzz, 07.04.2015)

Voir le sketch (en anglais) en suivant ce lien.

Le respirianisme par l’équipe de « La blouse et les lunettes »

Le respirianisme, dont les adeptes prétendent ne plus boire ni manger depuis des années mais se nourrir uniquement de lumière (le “prana”) est expliqué, non sans humour, par l’équipe de « La blouse et les lunettes ». Dans cette web-émission proposée et réalisée par le magazine Sciences et Avenir, le journaliste Victor Rodgère vous explique comment distinguer le mythe de la réalité pour des objets et des pratiques pseudo-scientifiques ou pseudo-thérapeutiques.

Lire la suite

Les gourous de l’apocalypse

Spécial Investigation, Canal+, « Les Gourous de l’apocalypse », 19 décembre 2012

 

Les journalistes Marina Ladous et Roméo Langlois ont enquêté sur des mouvements sectaires très fermés qui recrutent le plus souvent dans l’indifférence générale. Leur enquête « Les gourous de l’apocalypse » a été diffusée dans le cadre d’une soirée consacrée à la fin du Monde…

Lire la suite

Le baptême des morts

La chaîne suisse RTS a consacré un reportage à une pratique mormone qui suscite la controverse : l’enregistrement et le stockage des données généalogiques.

Pascal Jean-Prost, membre de l’Eglise des Saints des derniers Jours, numérise les archives cantonales vaudoises dans le but de retrouver des membres de familles mormones et de les baptiser à titre posthume. Microfilmées auparavant, les données des états civils sont aujourd’hui numérisées et envoyées directement à Salt Lake City, siège mondial de l’église. Les fichiers sont vérifiés, indexés et stockés sur les serveurs qui se trouvent dans un gigantesque complexe souterrain capable de résister à toute catastrophe naturelle ou nucléaire. Une copie est ensuite envoyée au propriétaire des archives comme celles du canton de Vaud.

Les mormons se sont donné les moyens de réaliser la bibliothèque généalogique la plus importante au monde. Le risque est qu’ils s’approprient cette mémoire et qu’ils décident un jour de la fermer au public. L’autre problème est que les données généalogiques sont devenues des marchandises et que les mormons font du commerce avec la généalogie.

Mais les mormons n’accèdent pas à ces données par simple curiosité pour leurs ancêtres mais pour accomplir un acte religieux : le baptême des morts. Les mormons pensent en effet que les morts et plus généralement tous les humains doivent avoir été baptisés pour accéder à la plénitude.

Les baptêmes pour les morts se déroulent dans les temples, non ouverts au public.
Pascal Jean-Prost précise que « le baptême n’est valable et agissant que si la personne, dans l’au-delà, accepte ce baptême. » Il a lui-même vécu le baptême par procuration plusieurs fois et dit avoir « ressenti une joie, parfois un soulagement, comme s’il y avait un poids qui s’enlevait de moi ».

Cette pratique est au cœur du débat sur l’identité. Toute conversion est un changement d’identité.

Lire la suite