Les vingt ans de Bulles

« Bulles s’adresse à tous ceux qui, soit dans leur vie professionnelle, soit dans leur vie privée ont eu affaire avec des mouvements ou organisations sec-taires. BUL.L.E.S. cherchera à informer aussi bien les pouvoirs publics et les médias que les individus, les familles, les chercheurs, les étudiants sur les questions essentielles qui s’articulent autour de ce phénomène révélateur de la société moderne… Notre souhait d’atteindre un public aussi large que possible nous amènera, bien entendu, à publier des articles de niveaux très divers et tous n’y trouveront pas à chaque fois leur compte. Cependant il faut bien se dire qu’il n’y a presque pas d’autre source d’information en France, pour le moment, sur les thèmes qui nous intéressent particulièrement. »

Ceci est un extrait de l’éditorial du premier BULLES, le n° zéro, paru au printemps 1983, c’est à dire huit ans après la création des premières ADFI. Les conditions de rédaction et de parution de ce numéro relevaient de l’artisanat : articles tapés à la machine, ronéotypés, reliés manuellement, etc.

La situation a, en effet, bien évolué depuis la parution de ce premier numéro ; nous nous en réjouissons et les fondateurs de l’UNADFI et auteurs de cette première parution peuvent constater, vingt ans plus tard, que nous ne sommes plus tout à fait seuls à analyser ce phénomène de la société contemporaine et à soutenir notre objectif essentiel : l’aide aux victimes de sectes.

En effet, notre association n’est plus la seule source d’information sur le phénomène sectaire. Les médias s’en sont largement, depuis lors, fait l’écho. La société a pris conscience qu’elle était concernée. Les pouvoirs publics ont réagi : deux commissions d’enquêtes parlementaires ont rassemblé tous les courants politiques représentés au Parlement, la Mission interministérielle de lutte contre les sectes (MILS) a été créée. La loi About-Picard a également été votée en juin 2001  à l’unanimité du Sénat et de l’Assemblée Nationale, donnant une nouvelle définition pénale de la « mise en état de sujétion ». Depuis, la MILS a été reconduite sous un nouveau sigle : Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES).

Pour revenir aux liens avec les médias, signalons que, à l’origine, les sources d’information étaient rares et la documentation de l’UNADFI était déjà largement mise à la disposition des journalistes. Très rapidement la télévision, la radio et la presse écrite ont fait appel aux bénévoles de l’UNADFI et des ADFI régionales. Il est vrai également que BULLES rend compte de nouveaux événements relatifs aux dérives sectaires à partir d’articles de presse et d’émissions de télévision ou de radio.

Bulles reste fidèle à la position adoptée dès le début, à savoir : toucher un public aussi large que possible et pour cela faire paraître des articles de niveaux très divers.

Pour célébrer ses vingt ans, BULLES a voulu marquer cet anniversaire par un numéro qui donne la parole à tous ceux qui font les ADFI aujourd’hui et dont certains sont des pionniers, toujours sur la brèche depuis la création des premiers ADFI.  Leurs témoignages, avons-nous pensé, vont permettre à nos abonnés et lecteurs occasionnels de se faire une idée plus précise de l’action des bénévoles de nos associations et ainsi créer un certain rapprochement.

Enfin, pour revenir aux souhaits manifestés par les premiers rédacteurs de BULLES, nous osons espérer que nos abonnés d’aujourd’hui trouvent dans notre revue une source enrichissante d’information, de réflexion et d’analyse.

Sommaire du numéro 78 :

  • Editorial
  • L’ADFI, une histoire de famille(s)
  • Pourquoi devient-on bénévole?
  • La vie des ADFI
  • Le lien entre les ADFI
  • Sectes et religions
  • Euro transcendental

 

Bulles N°78, juin 2003.