La loi About-Picard et le risque sectaire

Catherine Picard est la rapporteure de la loi About-Picard de 2001 créant un nouveau délit pénal, l’abus de faiblesse sur des personnes en état de sujétion psychologique. Cette loi a permis que le Code pénal reconnaisse la spécificité de l’emprise mentale.

Primordial dans le processus de reconstruction des victimes, cet apport facilite aussi les poursuites. Les élèves magistrats et avocats reçoivent désormais une formation spécifique. 
Depuis 2001, la loi a été employée dans près de 300 procédures mais l’instruction des dossiers reste délicate. Les éléments de preuve sont 
primordiaux, dans l’affaire Néo-Phare, il y a avait des textes écrits prouvant l’incitation au suicide.
Catherine Picard est également la présidente de l’UNADFI. Elle a rappelé que si les mouvements sectaires importants tels que l’Ordre du Temple solaire sont plus rares, il ne faut pas perdre de vue qu’ils peuvent revenir. Elle prévient qu’un drame est toujours possible : « Les gourous sont comme des caméléons », ils s’adaptent pour faire basculer leurs proies. Depuis environ cinq ans, on note l’apparition de microgroupes infiltrés notamment dans les domaines de la santé, du bien-être.

(Source : Le Parisien, 18.12.2014)