Les thérapies de conversion

En France, les thérapies de conversion sont souvent prônées par quelques groupes religieux ou pseudo-religieux mais aussi par des psychiatres et des psychothérapeutes. Ces traitements sont supposés guérir les personnes homosexuelles et les « réorienter »sexuellement vers l’hétérosexualité.

En 2012, des militants de l’association d’Aide et de défense homosexuelle pour l’égalité des orientations sexuelles (Adhéos) avaient appris l’existence dans l’Ardèche « d’un séminaire de restauration et de formation »organisé par l’association « Torrent de vie »1. Ce séminaire était le fait d’une association évangélique dirigée par le pasteur suisse, Werner Loertscher. Pour 410 euros, ce séminaire devait permettre aux participants de « guérir »de l’homosexualité. La ministre du Droit des femmes de l’époque avait alors sollicité la MIVILUDES pour qu’elle observe les actions de ce groupe et les thérapies qu’il prône.

Depuis, l’association a supprimé les références à cette formation sur son site. Cependant on y retrouve des liens vers des livres du pasteur américain Andrew Comiskey ancien homosexuel et fondateur de l’association anti-homosexuelle Desert Stream. Serge Blisko le président de la Miviludes est embarrassé par ce groupe qui ne propose plus de thérapies à proprement parler mais se cache derrière une aide psychologique et spirituelle.

(Source : Libération, 21.01.2017)

1 Lire sur le site de l’UNADFI, Des pseudo-stages de guérison : https://www.unadfi.org/domaines-infiltration/sante-bien-etre/des-pseudo-stages-de-gu%C3%A9rison
Lire sur le site de l’UNADFI, Stage de « saine sexualité » : https://www.unadfi.org/groupe-et-mouvance/stage-de-%C2%AB-saine-sexualit%C3%A9-%C2%BB