Réseaux et lobbying sectaires

Danièle Muller-Tulli, vice-présidente de la Fédération européenne des Centres de recherche et d’information sur le sectarisme (FECRIS), déléguée au Conseil de l’Europe et présidente de l’ASDFI, Association Suisse de Défense des Familles et de l’Individu.

Article publié le 10 novembre 2009 dans le quotidien suisse Le Courrier.

Le 28 août 2009, la Tribune de Genève consacrait un important article à la mise en échec, par l’ONU, d’une tentative d’infiltration dans ses locaux de Genève par la multinationale scientologue. Cette prise de position de l’organisation onusienne a été répercutée dans le monde entier tant elle fut exemplaire. Pour mémoire, le vendredi 28 août, l’organisation « Des Jeunes pour les droits de l’homme international », YHRI, organisait, conjointement avec l’ONG Village Suisse, une grande manifestation à l’occasion du 6e Sommet annuel international des droits de l’homme 2009. Il faut savoir qu’YHRI dépend de la Scientologie, bien que celle-ci s’en défende tout en disant soutenir les mêmes valeurs morales, et s’attaque à un angle très prisé par les sectes, celui des droits de l’homme. YHRI sillonne l’Europe et délivre des messages d’éducation aux droits de l’homme, enregistre une vidéo superbe passant en revue les articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme déclinés et illustrés par des jeunes, sains, beaux et de toutes les races et couleurs.

Quant à l’ONG Village Suisse, il s’agit d’une organisation non gouvernementale ayant un statut consultatif à l’ONU, le statut ECOSOC. Ce titre donne des droits à l’ONG accréditée qui peut faire entendre sa voix dans les diverses commissions de l’organisation onusienne. Cela ne présente aucun intérêt pour la Scientologie. Par contre, utiliser des locaux mis à disposition pour organiser des conférences ou des réunions, obtenir des documents et avoir accès aux documents de presse répond à ses objectifs. C’est là qu’entre en jeu l’ONG Village Suisse. Elle est le Cheval de Troie. C’est elle qui formulera la demande à l’ONU…
(…)

Lire la suite en pdf 

Lire le PDF : «réseaux et lobbying sectaires»