Deux départements prennent des mesures contre la radicalisation

La Gironde et l’Alsace viennent d’annoncer de nouvelles mesures dans la lutte contre la radicalisation jihadiste.

Gironde

Bordeaux va ouvrir un centre de déradicalisation, Capri, du nom de l’association qui le gerera (Collectif aquitain de prévention des dérives radicales liées à l’islamisme (1), ayant pour mission d’aider les familles et les proches de personnes enrôlées dans l’islam radical. L’équipe composée de psychologues, de spécialistes des dérives sectaires ou encore de représentants de la religion musulmane travaillera à partir des signalements recueillis sur le numéro vert du ministère de l’Intérieur. (2)
Pour l’heure, Capri n’et pas encore opérationnelle. Soutenue par la préfecture de région et Bordeaux métropole, elle travaille à la mise en place de son conseil scientifique. Ses actions devraient être dévoilées au mois de janvier prochain.

Alsace

À Mulhouse, le tribunal lance des « stages de déradicalisation » visant à désembrigader les individus poursuivis pour des infractions en lien avec l’islam radical.
Ce programme est à l’initiative du procureur général de Colmar. Il se déroulera sur deux ou trois mois et sera organisé en quatre étapes :

1- Le diagnostic : déterminer l’environnement social, familial et psychologique de l’individu.

2- Reconstruction du lien social : reconstituer le lien social souvent mis à mal par l’emprise de la secte jihadiste.

3- Déconstruction du discours radical : confronter le jeune aux témoignages de victimes du terrorisme ou de jeunes désembrigadés.

4- Réinsertion sociale et professionnelle.

Les magistrats du TGI du Bas-Rhin peuvent ainsi proposer ces stages à toutes les étapes d’une procédure judiciaire. Ils sont réservés aux prévenus ou condamnés» dès lors que la radicalisation aggrave leurs cas. Les mineurs pourraient également les expérimenter dans le cadre d’une mesure judiciaire du juge des enfants. En seront exclues les personnes condamnées pour des faits en lien avec des actes terroristes.
Cette initiative alsacienne fait suite à un rapport publié en juin dernier révélant 157 signalements enregistrés dans le Bas et le Haut-Rhin faisant de l’Alsace l’une des régions les plus touchées par le phénomène.
Si les résultats s’avéraient satisfaisants, cette initiative soutenue par le ministère de la Justice pourrait être étendue à d’autres tribunaux.

(Sources : Le Figaro, 09.09.2015 & Sud Ouest & 20 Minutes, 22.09.2015)

1- Cette association a pour objet de prévenir la radicalisation, de conseiller et d’accompagner les familles de victimes et les acteurs de la jeunesse et de désendoctriner les victimes. Située à
Villenave-d’Ornon (33), elle a été déclarée en juin 2015.

2- http://www.stop-djihadisme.gouv.fr/

3- Pour des infractions comme l’abus de faiblesse, la non-présentation d’enfant, la soustraction de mineurs ou encore la provocation publique à la haine ou l’apologie du terrorisme…