L’essor d’une agriculture dictée par les astres

Les nouvelles exigences des consommateurs de vin, qui aspirent à des produits de qualité et naturels avorisent l’essor du bio et obligent les producteurs à se former à des pratiques plus respectueuses de la nature. Mais dans le monde du bio certains se revendiquent « super bio », à l’image de l’anthroposophie avec sa pratique de la biodynamie.

Au départ marginale, la biodynamie s’est développée à partir des années 1980 et connaît aujourd’hui un impor­tant succès, donnant parfois l’impres­sion à ceux qui l’utilisent d’améliorer leur pratique de l’agriculture bio. La plupart de ses utilisateurs mécon­naissent ses origines anthroposo­phiques et son corpus théorique éso­térique. Une grande partie de ceux qui l’utilisent ne sont pas allés plus loin que le cours aux agriculteurs.

L’agriculture biodynamique se base sur des théories ésotériques sorties de l’imaginaire de Rudolf Steiner, le fondateur de l’Anthroposophie. Il pré­conise l’utilisation de préparations dont les recettes « s’apparentent aux remèdes des vieux grimoires de sor­cellerie » pour nourrir la terre. L’une d’elle, consiste à enterrer pendant tout l’hiver une corne pleine de bouse, dont le contenu sera dilué et mélangé dans une grande quantité d’eau tiède avant d’être, au printemps, dispersé sur les vignes comme un médicament homéopathique. Pour Nicolas Joly, vi­gneron et auteur du livre Le vin du ciel à la terre, « nos terroirs doivent consti­tuer un organisme vivant d’accueil et de réception à des forces solaires sans lesquelles la terre n’est rien… Par le choix d’une corne de vache, nous al­lons accentuer cette féminité » (l’as­pect féminin du métabolisme de la vache serait très important, la corne de taureau n’ayant aucune efficacité). Pour Jean-François Bazin, auteur de Le vin bio. Mythes ou réalité ? en inté­grant la corne dans son corpus idéo­logique, « Rudolf Steiner applique à l’agronomie un mythe de la culture universelle ». D’autres préparations à base d’éléments animaux sont préco­nisées comme ceux à base de « vessie de cerf, d’écorce de chêne dans des crânes de porc ou de cheval », le ca­hier des charges de Demeter, l’orga­nisme anthroposophe de certification en biodynamie, spécifiant « que le choix des organes serait effectué par rapport à leur fonction générale dans l’organisme animal. Leur rôle est de concentrer les forces constructrices et formatrices dans la substance des préparations. » Le traitement des nui­sibles n’est pas oublié et « contre les ravageurs », on préconise de répandre « des cendres d’insectes ou de peaux de mulots… » Ces diverses prépara­tions sont obligatoires pour obtenir la certification.

Dans un ouvrage publié en 2015, Être élémentaux. Fondements spirituels de la biodynamie, d’après Rudolf Steiner, Ernst Hagemann explique que l’usage des diverses préparations doit être considéré comme un sacrifice aux es­prits de la nature (gnomes, ondines, sylphes…). Citant Rudolf Steiner, il explique que leur existence « est niée à notre époque des Lumières, car au stade où nous en sommes, on ne peut pas les voir. »

Patrick Baudouin, un vigneron dont le domaine est classé bio, s’élève contre l’absurdité d’une prétendue plus-va­lue bio apportée par la biodynamie. Pour lui, « la biodynamie dans sa spécificité, dans sa véritable identité occultiste et ésotérique n’est pas la réponse d’aujourd’hui aux enjeux du moment et de demain. Le domaine est donc de ceux qui travaillent à ses réponses mais qui n’éprouvent pas le besoin d’invoquer les sylphes, les on­dines, les gnomes, les salamandres, et de lutter contre Ahriman et Lucifer pour y parvenir. »

(Source : Le Point, 23.01.2020)

Lire sur le site de l’Unadfi : L’origine ésotérique de l’agriculture biodynamique dévoilée : https://www.unadfi.org/non-classe/lorigine-esoterique-de-lagriculture-biodynamique-devoilee/

  • Auteur : Unadfi