Le charlatanisme fait débat à Nantes

Le samedi 3 novembre 2012, un séminaire vantant de « supposées méthodes d’autoguérison » a eu lieu à Nantes, animé par les québécois Guy Corneau et Pierre Lessard. Sur ce qui tient lieu de programme, il était annoncé que les animateurs se proposaient de guider les participants pour les amener à « dialoguer avec leurs cellules ». L’association nantaise, « Langages », à l’origine de ce séminaire, facturé 100 euros, avait annoncé près de 180 inscriptions.

Interrogée sur cette manifestation, Dominique Hubert, présidente de l’ADFI Nantes, dénonce l’escroquerie intellectuelle mise en place par les deux conférenciers qui misent « sur la faiblesse et la détresse » des malades. Elle raconte avoir assisté à une intervention de M. Corneau qui, guéri d’un cancer, « minimise volontiers l’effet de la chimiothérapie pour mettre en avant sa pseudo-méthode » d’autoguérison. Quant à Pierre Lessard, décrit comme un « guide spirituel créateur », il est connu pour orchestrer des séances de « canalisation » au cours desquelles il s’autoproclame médium et laisse le comte de Saint-Germain, réputé être immortel, prendre possession de son corps et dispenser des conseils à son auditoire. Cette « performance » n’était cependant pas au programme à Nantes. Les deux intervenants étaient là pour proposer des méthodes de guérison venant en appui de la médecine traditionnelle.

Quant au responsable de l’association organisatrice « Langages », il a paru découvrir le terme d’autoguérison sur le programme et il s’est ensuite « fendu d’un plaidoyer » en faveur du Dr Hamer, condamné en 2004 à trois ans de prison ferme pour « escroquerie et complicité d’exercice illégal de la médecine ».

Source : Presse Océan, Yan Gauchard, 03.11.2012

Des précédents graves dans la région nantaise

En 1997, un lycéen nantais souffrant de la maladie de Hodgkin, était mort « faute de soins ». Sa famille était adepte de la méthode Hamer qui dénigre les traitements conventionnels.

En 1998, une nantaise a été embrigadée par des pseudo-énergéticiennes qui ont fait « voler sa vie en éclats » et qui l’ont dépouillée de 15.000 euros.

Enfin, une adolescente de Loire-Atlantique a accusé, en 2001, Gabriel Loison [Université de la Relation. Voir le site de [l’UNADFI]] et sa compagne de viols lors d’un stage ésotérique en Espagne. Le gourou est en prison et en attente de son procès.

Source : Presse Océan, Arnaud Jaffré, 03.11.2012

 

« Défendre une médecine par la preuve »

 

Lors d’une interview, le Dr Simon Schraub, professeur émérite de cancérologie à Strasbourg, donne son point de vue sur l’autoguérison. Pour lui, cette notion ne peut pas s’appliquer à des maladies organiques.

Il explique l’essor du concept d’autoguérison par le fait que les malades qui se sentent passifs vis-à-vis de la médecine, veulent participer à leur guérison. Des personnes « plus ou moins bien intentionnées leur proposent alors leurs méthodes basées sur l’énergie, les ondes cosmiques ou des principes d’ordre alimentaire…

Le danger survient lorsque le patient en vient à se détourner de son traitement.
Plus généralement, le professeur Schraub se prononce contre l’introduction de pratiques comme l’homéopathie ou la réflexologie plantaire dans un service de cancérologie, en dehors d’essais cliniques. « Nous devons défendre une médecine par la preuve scientifique, point ».

Source : Presse Océan, Yan Gauchard, 03.11.2012