L’esprit d’Aum existe toujours

Vingt-cinq ans après l’attentat au gaz sarin perpétré par Aum1 dans le métro de Tokyo qui avait conduit à sa dissolution, trois groupes dissidents continuent d’exister. Ayuko Watanabe, la directrice de l’agence de renseignement de la sécurité publique en charge de suivre ces groupes dissidents, a souhaité, lors  conférence de presse, rappeler leurs dangers, leurs fonctionnements et le fait qu’ils constituent toujours une menace. Lire la suite

Hommage aux victimes

La date du 20 mars 2020 correspondait au macabre anniversaire des 25 ans de l’attentat au gaz sarin perpétré par des membres d’Aum dans le métro de Tokyo. Cet acte terroriste a fait 13 morts et plus de 6 300 blessés. Le Japon a rendu hommage à ces victimes. Lire la suite

Des envois de colis piégés

Des enveloppes contenant du cyanure de potassium et une demande de rançon ont été envoyées à des sociétés japonaises. Un quotidien japonais, Asahi Shimbun, et des fabricants de médicaments ont notamment été visés par ces envois. Les noms d’expéditeur figurant sur ces courriers sont ceux des dirigeants d’Aum exécutés l’année dernière1.

Lire la suite

Exécution de 13 membres d’Aum

Le gouvernement japonais a annoncé l’exécution, en juillet, des treize condamnés à mort de la secte Aum. Le mouvement est, entre autres méfaits, l’auteur de l’attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995. Pour rappel, cet attentat avait tué 13 personnes et intoxiqué 6 500 autres. Parmi les condamnés se trouvait le leader du mouvement Shoko Asahara (de son vrai nom Chizuo Matsumoto).

Lire la suite

23 ans plus tard

Le 20 mars dernier, le Japon commémorait l’attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo perpétré par la secte Aum pour lequel des membres du groupe, dont le leader Shōkō Asahara, sont condamnés à mort. Pourtant plusieurs groupes liés à Aum existent encore au Japon.

Lire la suite