Une enquête de la RTBF révèle les dangers du Cercle des amis de Brunon Gröning

Des journalistes de la RTBF ont mené une enquête sur les dérives sectaires en Belgique. Pour l’émission Investigation, ils se sont particulièrement penchés sur deux groupes, l’ASBL Association pour la Diffusion de l’Evangile, soupçonnée de « traite des êtres humains » et le Cercle des amis de Bruno Gröning, un groupe de guérison qui propose de soigner toutes les maladies par la « force divine ».

À l’occasion de la diffusion du reportage, la RTBF revient sur les faits suscitant le plus d’inquiétude en ce qui concerne le Cercle des Amis de Bruno Gröning.

Devant le refus du Cercle de répondre à leurs questions, les journalistes ont décidé d’assister à plusieurs rassemblements du groupe au cours desquels ils ont enregistré, en caméra cachée, les propos inquiétants des participants.

Les partisans de Bruno Gröning, un guérisseur allemand mort il y a 60 ans, croient que visionner un film ou regarder une photo de leur mentor suffit à enclencher le processus permettant de guérir toutes les maladies, voire de réparer les voitures en plaçant une photo du gourou sur le capot.

Les rassemblements sont l’occasion d’écouter les témoignages d’adeptes convaincus d’avoir guéri grâce à la « force divine » délivrée par le maître. Une femme raconte son refus d’être opérée d’un fibrome qui aurait miraculeusement disparu en déposant la photo de Bruno Gröning sur son ventre. Un autre participant déclare qu’il ne consulte son médecin que pour les affections bégnines, « mais pour les vrais problèmes… Non ».

Pire, un conférencier affirme que « quand le moment sera venu d’arrêter un traitement, un médicament, de refuser une opération, Bruno Gröning, Dieu, vous le diront clairement ». Selon Jean- Michel Froidart, Secrétaire Perpétuel de l’Académie Royale de médecine, ces propos tiennent de l’exercice illégal de la médecine.

Interrogée sur le groupe, la directrice du Centre d’information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles (CIAOSN), le principal organisme de lutte contre les sectes en Belgique, refuse de prononcer le mot secte à propos du mouvement. La difficulté à qualifier légalement une organisation comme sectaire a pour conséquence de rendre le combat contre ce genre de dérive très difficile et laisse ses victimes sans solutions.
(Source : RTBF, 17.09.2020)

  • Auteur : Unadfi