Aller simple pour la souffrance, sans passer par la case « soins »

La Biologie totale vient d’être condamnée à Montpellier en la personne de Claude Sabbah1, son fondateur, reconnu coupable de publicité mensongère. Un motif bien mince au regard des premières inculpations pour exercice illégal de la médecine et blessures involontaires. Mais une condamnation quand même qui rend un peu justice après le décès de l’un de ses plus fervents adeptes. Et une condamnation de plus. Car en 2011, c’était le représentant belge de la Biologie totale qui était condamné, définitivement, pour exercice illégal de la médecine, coups et blessures involontaires et escroquerie2. En attendant le procès initié par Nathalie De Reuck, journaliste et documentariste, dont la mère est décédée des suites d’un cancer du sein, revenons plus en détails sur ce premier cas belge, celui de Maria S.

Lire la suite

Biologie totale des Êtres vivants : procès Sabbah

Au terme de neuf années d’instruction, Claude Sabbah, inventeur et praticien en Biologie totale des êtres vivants, est jugé pour avoir vanté les effets d’une thérapie censée guérir le sida ou le cancer avec un taux de réussite de « 100% »1. Atteint d’un cancer, Claude Saksik est décédé en 2007, ayant préféré les préceptes de Claude Sabbah, basés sur la psychologie, à la chimiothérapie.

Lire la suite

CIAOSN : Les gourous de la santé inquiètent

Certaines pratiques comme la Biologie totale, le respirianisme ou la kinésiologie peuvent mener à des abus et doivent inquiéter. Interrogé à ce sujet, le CIAOSN (Centre d’information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles) précise qu’il peut arriver « qu’une personne, manipulée par son thérapeute, en vienne à se détourner de la médecine classique et que ce choix soit préjudiciable pour sa santé. Ça peut aller jusqu’à la mort ».

Lire la suite

Communiqué de presse

Procès de Claude Sabbah

Claude Sabbah, un pseudo-thérapeute inventeur de la « Biologie totale des êtres vivants » a été condamné, mercredi 04 novembre 2015, en première instance, à deux ans de prison ferme pour avoir incité Claude Saksik, atteint d’un cancer, à interrompre son traitement. Celui-ci  est décédé en 2007 faute de soins appropriés.
Le tribunal a également condamné Claude Sabbah à 30.000 euros d’amende et a ordonné la publication de la décision dans plusieurs journaux dont Science et Avenir et le Midi Libre.
Maryse Saksik, l’épouse de la victime, voit enfin l’aboutissement d’une trop longue procédure.
L’UNADFI qui s’est constituée partie civile se félicite de cette décision qui est aussi une condamnation des pratiques issues de la méthode Hamer ayant déjà fait d’autres victimes.
 
Catherine PICARD,
Présidente de l’UNADFI

Lire la suite

Procès de Claude Sabbah

 
Au terme de neuf années d’instruction, Claude Sabbah, praticien en « Biologie totale des êtres vivants », est jugé pour avoir vanté les effets d’une thérapie censée guérir le sida ou le cancer avec un taux de réussite de « 100% » (1). Atteint d’un cancer, Claude Saksik est décédé en 2007, ayant préféré les préceptes de Claude Sabbah, basés sur la psychologie, à la chimiothérapie.

Lire la suite

Morte en l’absence de traitement

En décembre 2009, à Lunenbourg (Basse-Saxe), Sighild, quatre ans, meurt d’une hyperglycémie. Atteinte d’un diabète type1, elle est décédée dans d’atroces souffrances car ses parents, adeptes de la Nouvelle Médecine Germanique [ou méthode Hamer], avaient estimé que son état ne nécessitait pas d’injection d’insuline. Les parents ont été condamnés à huit mois de peine de probation pour ne pas avoir apporté les soins nécessaires à leur enfant.

Lire la suite

Claude Sabbah devant la justice

Au terme de neuf ans d’instruction, Claude Sabbah, ancien médecin et inventeur de la Biologie totale, va être jugé par le tribunal correctionnel de Montpellier. Cette procédure fait suite à la plainte d’une femme dont le mari, atteint d’un cancer, est décédé après avoir abandonné tout traitement pour se conformer aux préceptes de la Biologie totale. Dans ce procès, l’Unadfi s’est portée partie civile.

Lire la suite