« Enquête sur la Nouvelle Acropole à Marseille »

La Nouvelle Acropole propose une série de conférences à la Maison de la philosophie de Marseille. Le journal Zibeline (média traitant de l’actualité culturelle dans la région PACA) a voulu en savoir plus sur les activités de ce mouvement cité par les rapports parlementaires sur les sectes(1).

La Nouvelle Acropole a choisi d’illustrer ses affiches avec le portrait de Carl Gustav Jung, personnage controversé pour son soutien à Göring dès 1933 et certains de ses écrits anti-freudiens « affirmant la supériorité de l’inconscient aryen sur l’inconscient juif ».

Interrogée sur cette organisation, la Miviludes apprend à Zibeline que la Nouvelle Acropole a été fondée en 1957 par l’argentin Jorge Angel Livraga Rizzi. Elle explique également que le mouvement se définit comme « une association culturelle à vocation humaniste qui promeut, par le biais de cours de philosophie et d’activités sportives et artistiques, un enseignement ésotérique et spiritualiste ». Sa doctrine est d’inspiration théosophique : « elle véhicule notamment la croyance en la transmigration des âmes, la possibilité d’établir des contacts médiumniques avec des « maîtres », guides de l’humanité, ainsi qu’une théorie selon laquelle des races se sont succédé dans l’histoire : hyperboréens, atlantes, lémuriens, aryens… »

La Miviludes exerce une vigilance sur la Nouvelle Acropole pour « de fortes suspicions de dérives autoritaires. Sous ses activités de façade, la Nouvelle Acropole diffuserait auprès de ses membres les plus assidus un message anti-démocratique voire totalitaire ». Elle s’inquiète également de « son fort prosélytisme envers la communauté scolaire et estudiantine ».

La Nouvelle Acropole aurait utilisé des figures politiques locales pour assoir sa respectabilité. Les principaux intéressés ont affirmé qu’ils ignoraient l’utilisation de leur image par le mouvement bien qu’ils reconnaissent avoir soutenu ce qui leur semblait être « une initiative culturelle intéressante ».
Pourtant l’association marseillaise GEMPPI(2) (Groupe d’étude des mouvements de pensée en vue de la protection de l’individu) avait alerté l’un d’eux. Elle pense que « la Maison de la Philosophie est une émanation locale de l’association Nouvelle Acropole (…) dont elle diffuse la doctrine et la littérature sous un masque culturel, prétendument philosophique ». Le GEMPPI avait également signalé à la Ville de Marseille qu’un stand de la Nouvelle Acropole, installé en plein quartier touristique, arborait le logo de la cité phocéenne.
Zibeline a étendu ses recherches à l’extérieur de Marseille. Elle a découvert qu’il existait un lien entre la Nouvelle Acropole et ONG Rapid France, association organisant des interventions d’urgence dans les lieux de catastrophes naturelles et recrutant, par ce biais, de jeunes idéalistes. Le président d’ONG Rapid France admet connaître des membres de la Nouvelle Acropole – il finira par reconnaître qu’il en est lui-même membre – rencontrés lors d’un « week-end aventure » près de Marseille et lors de formations de secourisme à l’espace Mouneyra de Bordeaux, clairement connu pour ses liens avec le mouvement.

C’est en isolant les membres de leur entourage que s’opère l’emprise mentale (3). À l’instar d’autres mouvements sectaires, la Nouvelle Acropole attire de nouveaux membres par Internet..

(Source : Journal Zibeline, Gaëlle Cloarec, Jan-Cyril Salemi et Agnès Freschel, mai 2015)

(1) Rapport de la commission d’enquête sur les sectes de 1995 : http://www.assemblee-nationale.fr/rap-enq/r2468.asp

Rapport de la commission d’enquête sur la situation financière, patrimoniale et fiscale des sectes,ainsi que sur leurs activités économiques et leurs relations avec les milieux economiques et financiers de 1999 : http://www.assemblee-nationale.fr/dossiers/sectes/sommaire.asp

(2) Lire sur le site du GEMPPI : http://www.gemppi.org/accueil/new-age-et-occultisme.html?id=142

(3) Lire le témoignage d’une mère sur le site du journal Zibeline : http://www.journalzibeline.fr/societe/enquete-sur-la-nouvelle-acropole-a-marseille/