Comment expliquer le succès de la « médecine quantique » ?

Née dans les années 1970 de l’intuition et de l’imagination du biophysicien allemand Fritz Albert Popp, la médecine quantique a été popularisée par Deepak Chopra, (gourou du bien-être et ancien adepte de la Méditation transcendantale) dans son best-seller Le Corps quantique.


Selon les promoteurs de cette pratique, l’origine des maladies résiderait dans des perturbations des flux de lumières qui permettent aux cellules de communiquer entre elles. Ainsi en rééquilibrant les fréquences énergétiques de nos cellules, il serait possible de soigner des maladies telles que la dépression ou le cancer.

Profitant du renom de la physique quantique et de l’ignorance du grand public sur cette notion scientifique complexe, certains commercialisent des machines censées rééquilibrer les énergies, à l’image de « Claude-Jean Lapostat, de la société Quantaform, avec son système L.I.F.E. (Living Information Forms Energy). Il prétend accompagner près de 2 500 patients et même s’il admet l’absence de publication scientifique sur le sujet, il évoque le soutien de médecins et en particulier de l’équipe du docteur François Desgrandchamps, chef du service d’urologie de l’hôpital Saint-Louis, qui a testé le système sur deux patients. Or n’ayant obtenu aucun résultat, l’équipe médicale a interrompu ses essais.

Bien que n’ayant fait preuve d’aucune efficacité, cette thérapie est très populaire. Pour Richard Monvoisin1, didacticien des sciences à l’université de Grenoble, les promoteurs de cette pseudothérapie parlent soit de traitements préventifs : « Vous n’avez pas de maladie, c’est donc la preuve que mon soin est bon. », soit de la satisfaction des patients. Or on peut être très satisfait d’un soin inefficace. Il il souligne que « irréfutabilité de la théorie et témoignage en guise de preuve sont les deux ingrédients majeurs des thérapies pseudo médicales ».

Julien Bobroff, physicien à l’université Paris-Sud, explique que les effets de la physique quantique n’ont rien de mystérieux, ils sont éprouvés, maîtrisés et utilisés par les scientifiques notamment dans le domaine du laser. Les pseudo-thérapies extrapolent des effets connus à l’échelle de l’atome pour les transposer à plus grande échelle. Mais leurs théories sont fausses car les expérimentations ont démontré que les propriétés de la physique quantique disparaissent si un « objet est d’une taille supérieure à quelques milliardièmes de mètre, et encore plus si cet objet est vivant et à 20 °C ».

(Source : Sciences et vie 23.05.2019)

1. Auteur de Quantox : mésusages