Version imprimablePDF version

Suisse / Action en justice contre une école Steiner

Onze parents ont accusé des enseignants de l’école Steiner de Schafisheim (canton d’Argovie) d’avoir commis des actes de violence sur leurs enfants. Une mère a déposé une plainte pour agression contre l’un des enseignants.

Un enfant saisi brutalement par les épaules a présenté des ecchymoses. Un autre a été traîné jusqu’aux toilettes et contraint à se laver la bouche avec du savon. Un autre enfin a été menacé d’exclusion parce que sa mère refusait que son fils soit examiné par un médecin anthroposophe.

Les violences physiques ne sont pas l’unique inquiétude des parents. Ces derniers parlent d’intimidation, d’oppression subie par les élèves. Ils pensent également que l’anthroposophie, système de pensée servant de base à l’enseignement des écoles Steiner, « y serait trop strictement appliquée » : lorsqu’une mère a demandé des explications sur les mauvais traitements perpétrés sur sa fille, il lui a été répondu qu’elle avait été molestée « à cause de sa charge karmique négative, héritée d’une vie antérieure ».

Les parents ont constaté également un retard scolaire de un à deux ans de leurs enfants à qui ils doivent donner des cours de soutien pour que leur niveau puisse égaler celui des autres écoles.

Les autorités cantonales ont réagi : Monika Morgenthaler, inspectrice en chef des écoles, pense qu’il s’agit d’une situation exceptionnelle. Elle a rendu public un rapport dans lequel des problèmes de gestion de la discipline sont soulevés. Elle précise néanmoins que « l’établissement remplit toujours les critères pour fonctionner » et que l’école « a pris conscience de ses manquements ». Selon Joseph Hess, enseignant de longue date de l’école, « il y a eu quelques incidents » qu’il ne pourrait qualifier de violents.

Pour Lucio Carlucci, responsable de l’école, il ne peut s’agir que d’un cas isolé et que d’un seul enseignant car son école « a une position très claire contre toutes formes de violence ».

Le procureur a demandé à la mère de retirer sa plainte, ce qu’elle a refusé.
L’avocat d’un des parents a exprimé un avis contraire suite aux résultats de deux enquêtes : le personnel est insuffisant et l’école ne répondrait pas aux exigences de certification.

Sources : 20 minutes, 20.05.2014 & Derbund.ch, 19.05.2014


Posté le 28 Mai 2014

Copyright © 2006 UNADFI. Tous droits réservés. Les textes ou ouvrages mentionnés sont propriété de leurs auteurs respectifs.

Les mentions légales - Les conditions générales d'utilisation - Les conditions générales de vente

 

Association reconnue d'utilité publique, agréée par les Ministères de l'Education Nationale et de la Jeunesse et des Sports, membre associé de l'Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)

Dernière modification le 18 janvier 2018