Le gourou une nouvelle fois condamné aux assises

Après une procédure en cassation pour vice de procédure, Sean O’Neil, appartenant au mouvement Krishna, vient d’être de nouveau condamné en appel par la Cour d’assise du Var à 20 ans de réclusion criminelle pour viols aggravés sur personnes vulnérables et corruption de mineures, peine maximale requise par l’avocat général.

Lire la suite

Naissance d’un groupe

La sortie du documentaire intitulé Hare Krishna ! The mantra, the movement and the Swami who started est l’occasion de revenir sur les débuts de l’Association internationale pour la conscience de Krishna (ISKON).

Lire la suite

Le palais d’or se réveille

Le palais d’or de Vrindaban construit par les premiers dévots de Krishna en l’honneur de leur fondateur1 dans la ville de Moundsville (Virginie occidentale) retrouve son faste d’antan après une longue période de léthargie, grâce à l’arrivée de nouveaux adeptes. Cette nouvelle génération a un profil bien différent des premiers adeptes, qui étaient plutôt des hippies voulant abandonner un mode de vie matérialiste au profit d’une vie plus spirituelle. Pour atteindre cet objectif ils devaient se dépouiller de leurs biens matériels, laisser derrière eux leur famille et s’engager à vivre au sein de la communauté.

Lire la suite

Le gourou de Valbonne

La Cour d’assises des Bouches-du-Rhône a condamné en appel Sean O’Neil à 19 ans de prison pour des viols commis en 2009 et 2010 à Valbonne, sur trois adolescentes sur fond de manipulation mentale, aggravant la peine de 15 ans prononcée en première instance. Cet australien de 43 ans, adepte d’Hare Krishna, avait en outre été accusé d’avoir exercé sur les jeunes filles un chantage affectif, une emprise morale.

En mai 2009, Sean O’Neil avait rencontré une jeune fille âgée de 15 ans via Facebook. Elle s’était installée chez lui et partageait sa dévotion à Krishna : régime végétarien, récitation de la prière 1 700 fois par jour en égrenant les perles d’un chapelet… Une amie de l’adolescente du même âge, avait été invitée « à rejoindre » le couple.
Les deux jeunes femmes avaient été transformées en « esclaves » sexuelles totalement soumises à celui qu’elles devaient appeler « Mon roi ». Affaiblies, elles étaient contraintes à vivre nues, à se soumettre à des séances de photo à caractère pornographiques et missionnées pour recruter d’autres jeunes filles « vierges » afin de fonder une communauté en Australie.

En 2010, l’une d’elle a fini par se confier à l’assistante sociale scolaire. Elle a assuré avoir été manipulée par un homme qu’elle qualifiait de gourou ; ce fait avait été retenu par la juge d’instruction niçoise en charge du dossier. Elle avait indiqué que Sean O’Neil avait « délibérément usé de manipulations notamment mentales pour les séduire tout en les dominant et en les culpabilisant, en les isolant de leur vie sociale notamment par la pratique de rituels, aux fins de leur imposer des rapports sexuels non réellement consentis ».

(Sources : Ouest France 04 et 09.03.2015 & English RFI, 10.03.2015)

Lire la suite

Dévots de Krishna. Après l’imposture, connaîtra-t-elle le renouveau ?

Après les dernières nouvelles du Temple de Virginie évoquées par Sylvaine Stein dans un numéro de  » l’Express  » de novembre 1986, P. Mangetout dans  » Libération  » du 3 février 1987, en communique d’autres, d’une manière un peu différente cependant, venues de nos Provinces. Dernières nouvelles de la vie des châteaux d’Oublaisse et d’Ermenonville, qu’on abandonne peu à peu, où vivaient depuis plus de 10 ans Dévots et Grands Maîtres. Vie de luxe et de privilèges pour ceux-ci, vie de rigueur et d’austérité pour les autres, qui l’acceptèrent avec une patience qui étonna beaucoup.
Lire la suite