Le sort des enfants au sein du Holy Alamo Christian Church

Publié à la fin du mois de mai 2018, le livre de l’universitaire américaine Debbiy Schriver, « Whispering in the daylight » retrace l’histoire de la secte dirigée par Tony Alamo. Elle s’ap­puie sur les témoignages de cinq ex-adeptes ayant grandi dans le groupe, et sur les récits de Randall Harris, un agent du FBI, et de David Carter l’avocat qui a réussi à faire condamner Alamo à 175 ans de prison en 2009. Pour éclai­rer les lecteurs sur la mécanique sectaire elle a également fait appel à des sociologues et des psychologues spécialistes du sujet.

Les cinq principaux témoins, dont les récits sont re­latés dans le livre, racontent leur enfance au sein du groupe.

Alamo, qui se faisait appeler le « prophète de Dieu », prétendait parler au Seigneur et lire dans les pensées de ses adeptes. Ayant tout pouvoir sur eux, il séparait les familles selon ses caprices, pouvait choisir n’im­porte quelle jeune fille pour devenir son épouse. La plupart des naissances n’étant pas déclarées, les en­fants n’avaient pas de numéro de sécurité sociale et rien qui puisse prouver leur existence légale. Jouer au football, regarder la télévision, aller au cinéma leur était interdit. Par contre, ils étaient employés, sans rétribution, pour coudre et broder des vestes en jean si renommées que des stars comme Brooke Shields, Bono, Mike Tyson les ont portées. Rien ne leur était épargné, à la moindre transgression les en­fants étaient battus à coups de poing ou de planche. Ils étaient forcés de jeûner pendant plusieurs jours.

Ce sont les parents adoptifs de deux des cinq té­moins qui ont fait appel à Debby Schriver. Ils souhai­taient que son livre puisse aider d’autres victimes de secte, les recettes de l’ouvrage doivent donc aller à une fondation destinée à aider les sortants de mou­vements sectaires.

(Source : Tennessean, 27.05.2018)

Lire sur le site de l’UNADFI, Le prédicateur Tony Alamo meurt en prison : http://www.unadfi.org/le-predicateur-tony-ala­mo-meurt-en-prison